Avec 2 milliards d'utilisateurs, Facebook signe un nouveau trimestre record

WhatsCash 33
Accès libre
image dediée
Finances
Par
le jeudi 27 juillet 2017 à 15:03
Kevin Hottot

Après Microsoft et Google, c'est au tour de Facebook de dévoiler ses résultats financiers pour le deuxième trimestre 2017. Le réseau social poursuit sa folle progression et a franchi la barre des 2 milliards d'utilisateurs mensuels.

« Nous avons connu un bon deuxième trimestre ». Cette phrase, prononcée par Mark Zuckerberg pour introduire la présentation des derniers trimestriels de Facebook, est un doux euphémisme. Le réseau social a tout simplement connu un trimestre record, faisant oublier qu'il y a quelques mois de cela, l'entreprise estimait ne pas être certaine de pouvoir maintenir la croissance de ses revenus publicitaires en 2017.

Record sur record

Sur les trois derniers mois, Facebook a enregistré un chiffre d'affaires de 9,321 milliards de dollars. C'est 45 % de mieux que l'an dernier à la même période, mais c'est surtout un record absolu pour l'entreprise, qui n'avait jusqu'ici jamais cumulé autant de revenus sur trois mois. Le dernier record en date remonte au quatrième trimestre 2016, où les recettes publicitaires avaient été dopées par les fêtes de fin d'année.

Avec pareille progression des revenus, le résultat net suit assez logiquement la même tendance, signant là encore un nouveau record pour Facebook. Le bénéfice net de la société s'établit à 3,894 milliards de dollars au deuxième trimestre, soit 71 % de mieux que l'an dernier à la même période. Une progression spectaculaire.

Facebook Q2 17Facebook Q2 17

Un chiffre : deux milliards

Si Facebook voit ses revenus encore progresser, c'est en partie parce que ses audiences font de même. Pour la première fois de son histoire, le réseau social a compté en moyenne 2,006 milliards d'utilisateurs actifs mensuellement (MAU), toutes plateformes confondues. L'Europe et l'Amérique du Nord sont minoritaires dans ce total, avec respectivement 360 millions et 236 millions d'utilisateurs. 

Si l'on resserre un peu la base de calcul pour ne tenir compte que des utilisateurs actifs quotidiennement (DAU), le total atteint 1,325 milliard de personnes, soit 197 millions de plus qu'il y a un an. Le ratio entre DAU et MAU se maintient quant à lui depuis début 2016 autour de 66 %. 

Facebook Q2 17Facebook Q2 17

Des progrès sur tous les territoires

Comme toujours avec Facebook, les revenus dégagés varient fortement d'une zone géographique à l'autre. Sur ce trimestre encore, les recettes publicitaires proviennent à 48,9 % des utilisateurs nord-américains (soit 4,556 milliards de dollars, +42 % sur un an), alors qu'ils ne représentent que 11,8 % des utilisateurs mensuels de la plateforme. Ce sont ces profils là, au pouvoir d'achat plus élevé, que le réseau social monétise le mieux, avec en moyenne 19,38 dollar par tête sur le dernier trimestre (+35 % sur un an).

En Europe, la progression du nombre d'utilisateurs est assez lente (+22 millions de MAU en un an, 6 millions en trois mois) mais la monétisation évolue plus rapidement. Les profils européens ont tout de même permis à Facebook de générer 2,242 milliards de dollars de chiffre d'affaires (+41 % sur un an). Le revenu moyen par utilisateur (ARPU) atteint quant à lui 6,28 dollars (+33 % sur un an), un record pour cette zone géographique. 

Facebook Q2 17Facebook Q2 17

Dans la zone Asie-Pacifique, l'ARPU progresse également et atteint 2,13 dollars par utilisateur. Cependant cette croissance est moins rapide (+20 % sur un an) que sur les autres territoires, ce qui tend à montrer que Facebook a encore des difficultés à attirer les annonceurs sur sa plateforme dans cette zone là. Or il s'agit de son principal vivier d'utilisateurs, avec 756 millions d'actifs au moins une fois par mois. Il sera intéressant de voir comment ce chiffre évolue dans les prochains trimestres. 

L'érosion des paiements, l'explosion des effectifs

Il n'y a qu'un seul point sur lequel Facebook recule : celui des paiements et des autres services fournis par le réseau social. Déjà marginales par le passé, les recettes tirées de ces services s'érodent trimestre après trimestre. Sur les trois derniers mois, elles ont représenté un total de 157 millions de dollars, soit un recul de 20 % sur un an. La situation n'a toutefois pas l'air d'inquiéter le réseau social qui n'a apporté aucun détail sur les raisons de ce recul observé depuis plus de deux ans. 

Le recrutement va par contre bon train. Facebook compte désormais plus de 20 000 employés autour du monde soit 43 % de plus que l'an dernier. « Notre rythme de recrutement a augmenté pour le troisième trimestre consécutif, puisque nous continuons d'investir dans les nombreuses opportunités qui se présentent », précise David Wehner, directeur financier de l'entreprise. 

Facebook Q2 17

L'inquiétude demeure

Malgré ces résultats plus que satisfaisants, la direction de Facebook ne cache pas ses inquiétudes pour la suite. « La croissance, l'engagement et la demande publicitaire restent en bonne santé, mais il y a certains facteurs qui auront un impact sur la croissance qui méritent d'être mentionnés », explique Wehner. 

L'un d'eux concerne Messenger. Le directeur financier admet que les premiers efforts de monétisation de la messagerie instantanée ne permettent pas encore de compenser d'autres facteurs qui pourraient évoluer dans le mauvais sens. Parmi eux, il est question du virage pris par la plateforme sur la publicité vidéo sur mobile. « Cela pourrait ralentir la croissance du nombre d'impressions, étant donné le nombre plus faible d'impressions vidéo dans le fil d'actualités », note le dirigeant.

La croissance devrait également ralentir lors du prochain semestre, puisque cela fera un an que Facebook aura pris ses mesures contre les bloqueurs de publicité. Une partie de la croissance observée ces derniers mois était due à ce changement, et cette part ne sera plus visible d'ici quelques mois. 

Les investisseurs ne semblent pas apeurés outre mesure par ces annonces. Le cours de l'action Facebook a en effet grimpé de 3,8 % dans les échanges précédant l'ouverture de la séance du jour à Wall Street. Le réseau social est ainsi valorisé à près de 500 milliards de dollars, soit 47 % de plus qu'au début de l'année et 39 % de mieux sur un an. 


chargement
Chargement des commentaires...