Skyline : Le Figaro et Le Monde s'associent dans la pub et couvrent 80% des internautes français

Qui garde les pieds sur terre ? 47
En bref
image dediée
Web
Par
le jeudi 06 juillet 2017 à 10:07
David Legrand

Alors qu'une partie de la presse française a décidé de s'associer au sein de l'Alliance Gravity, Le Figaro et Le Monde profitent de leur taille et se la jouent solo avec leur propre initiative dans le domaine publicitaire : Skyline.

Comme prévu, Le Figaro et Le Monde viennent d'annoncer leur initiative publicitaire commune, sous la forme d'une place de marché commune qui sera mise en place à la rentrée, sans société commune. Ils vantent une gouvernance simple et promettent aux annonceurs une expérience Premium, simple et transparente. Une manière, surtout, de ne plus laisser une bonne partie de ce qui est dépensé par les annonceurs à de nombreux intermédiaires.

L'histoire ne dit pas s'ils vont en profiter pour retirer la mutlitude de trackers issus de ces mêmes intermédiaires et autres géants américains, tels que Google Analytics par exemple.

Peu d'acteurs pour une grosse couverture, de nombreuses promesses

S'ils indiquent ne pas vouloir verser les données de leurs lecteurs dans de gros silos (mais s'accordent sur un format et un accès unifié), c'est aussitôt pour rappeler qu'ils couvrent à eux deux plus de 80 % des internautes, avec 35 millions de pages vues par mois. Ils ne pourront néanmoins pas profiter d'un enrichissement à travers les données d'un revendeur ou d'un opérateur comme ne manqueront pas de le faire leurs concurrents à travers l'Alliance Gravity (voir notre analyse).

Le discours se veut aussi vertueux sur le terrain du respect des internautes avec la promesse d'une navigation qui n'est pas encombrée par la publicité. Des propos déjà entendus par le passé mais qui peinent à se concrétiser en pratique. 

Les deux médias mettent en avant une stratégie qui n'est pas que publicitaire et qui mise aussi sur les abonnements. Mais ce canal peut aussi profiter pleinement d'une récolte de données afin de mieux savoir à qui proposer telle offre, dans quelles conditions, etc. Les éditeurs disposant parfois de véritables CRM leur permettant de gérer ces dispositifs.

Plusieurs initiatives, mais qui seront les vainqueurs ?

Reste maintenant à voir la mise en œuvre de cette stratégie, et surtout son impact face à Gravity, alors que les deux solutions semblent relativement différentes malgré des constats de départ similaires. La réaction des GAFAM sera aussi intéressante à analyser, mais il y a fort à parier qu'ils ne manqueront pas d'apprécier cette division à la française.

Là encore, il faudra regarder si une solution d'opt-out du ciblage est proposée en attendant la mise en place des prochains textes européens. Pour référence, une initiative du même genre telle qu'eMetriq, soutenue en Allemagne par T-Mobile, propose un dispositif simple d'accès.


chargement
Chargement des commentaires...