Spotify pourrait limiter l'écoute de certains albums aux abonnés payants

Pour le plaisir des investisseurs 57
En bref
image dediée
Streaming
Par
le vendredi 17 mars 2017 à 11:30
Vincent Hermann

Spotify aurait accepté de revoir son offre gratuite à la baisse, en réservant l’écoute de certains titres aux seuls abonnés Premium. Selon le Financial Times et The Verge, il s’agirait de motiver les investisseurs pour une future entrée en bourse.

La formule de Spotify en matière de streaming est particulièrement simple actuellement. Le catalogue accessible est le même pour tout le monde, que l’utilisateur ait un compte gratuit ou ait souscrit à la formule Premium. Cette dernière supprime par contre toutes les publicités et ajoute d’importantes fonctionnalités, comme la synchronisation hors-ligne des titres.

Jusqu’à présent, l’éditeur s’est toujours refusé à changer cette ligne de conduite. Premier sur le marché du streaming mais voyant Apple se profiler dans le rétroviseur, Spotify pourrait accélérer en lâchant du lest, en l’occurrence un point qui ferait débat chez les investisseurs. Or, les rumeurs d’entrée en bourse se renforcent, particulièrement depuis quelques mois.

Transiger pour préparer l'entrée en bourse

Dans un article publié hier par le Financial Times, on apprend que Spotify envisagerait désormais très sérieusement la fin du statu quo entre comptes gratuits et abonnés Premium. L’écoute de certains albums serait ainsi réservée à la seconde catégorie, en vue de motiver de manière un peu plus brutale les utilisateurs classiques, en plus de la publicité et du champ fonctionnel. Quelques heures plus tard, The Verge publiait également un article avec les mêmes informations.

Les deux sites mettent en avant la même explication : il s’agirait d’un point de désaccord important avec certains investisseurs potentiels. La rupture envisagée permettrait de créer un ascenseur supplémentaire vers les abonnements Premium, ce qui augmenterait en retour la confiance de certains dans la préparation de l’entrée en bourse.

Les raisons de la colère

Une telle cassure aurait de sérieuses implications, surtout quand on se rappelle de l’affrontement qui avait opposé la plateforme de streaming à Taylor Swift et d’autres artistes. Le principal grief était justement que certaines grosses sorties d’albums auraient dû être réservées à l’offre payante, au moins pendant un temps. Les comptes gratuits génèrent en effet un flux financier bien moindre, uniquement alimenté par la publicité.

Par ailleurs, les deux médias indiquent tous deux que Spotify pourrait obtenir en échange de cette cassure un rabais sur les royalties versées aux maisons de disque. Un point très important car, comme le rappelle le Financial Times, les résultats de Spotify en 2015 laissaient clairement paraître la part écrasante de cette charge : sur 1,95 milliard de dollars de chiffre d’affaires, la société avait dû reverser 1,53 milliard.

Une avance à préserver

Spotify n’a pas souhaité commenter ces informations. The Verge et le Financial Times semblent certains de leurs révélations mais ne donnent cependant aucune indication temporelle sur une annonce.

Si l’entreprise s’avance dans cette direction, il est probable qu’elle pourrait enregistrer une hausse de son nombre d’abonnés payants, qui a récemment passé la barre des 50 millions. Une avance confortable encore sur Apple et ses 20 millions d’abonnements, mais Cupertino jouit de l’intégration de son service à ses produits, sans parler des campagnes marketing régulières.


chargement
Chargement des commentaires...