Cinéma : les pistes du CNC pour une nouvelle chronologie des médias

Cours de funambulisme 61
En bref
image dediée
Streaming
Guénaël Pépin

Le Centre national du cinéma (CNC) compterait raccourcir les fenêtres de diffusion TV et VOD après le passage d'un film au cinéma. S'il nous confirme préparer une refonte de la chronologie des médias, il ne commente pas son contenu.

La chronologie des médias est en plein travail. Le 15 février, Le Centre national du cinéma (CNC) a réuni le secteur pour présenter des fenêtres de diffusion revues. Selon plusieurs confrères, dont Electron Libre, L'Opinion et ZDNet, il aurait suggéré d'avancer plusieurs fenêtres de diffusion.

Pour mémoire, la première étape habituelle pour un film est la diffusion cinéma, avant les différentes exploitations en version physique et en vidéo à la demande. Le sujet est délicat, tant l'équilibre entre les types de diffusion est censé correspondre à celui entre revenus et largeur de l'accès, des plus rémunérateur aux plus ouverts au public... Cela alors que Canal+, l'un des grands soutiens du cinéma français, voit sa base d'abonnés français fondre à vue d'œil.

Des fenêtres de diffusion raccourcies

D'après nos confrères, le CNC proposerait d'ouvrir l'achat à l'acte (EST) trois mois après l'arrivée au cinéma, soit un mois plus tôt qu'actuellement. À quatre mois, la vidéo à la demande en location devrait être disponible, quand la première diffusion TV payante est censée arriver au bout de huit mois (soit deux mois gagnés).

À 20 mois, ce serait alors au tour de la diffusion gratuite ou payante pour les diffuseurs « appliquant des engagements de 3,2 % [de financement] minimum », comme l'explique Electron Libre. La seconde diffusion TV payante, ainsi que l'accès aux services de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) vertueux et la télévision gratuite seraient, eux, prévus à 28 mois. Ils sont suivis de l'ensemble de la SVOD à 34 mois, puis de vidéo à la demande gratuite au bout de 46 mois. Ces fenêtres seraient généralement avancées de deux mois.

Des fenêtres coulissantes en fonction des efforts financiers

Pour Electron Libre, il s'agit clairement d'un « coup de pouce pour la SVOD », alignée dans certains cas avec la télévision. Selon L'Opinion, l'objectif est d'encourager les diffuseurs qui investissent dans les contenus, dits « vertueux ». Une distinction assez floue, Pascal Lechevalier se demandant sur ZDNet s'il ne s'agit pas, pour le moment, d'une différence entre acteurs français et américains. Il note également que cette chronologie ne s'applique pas aux contenus exclusifs des services de SVOD, ni aux séries, au cœur de la guerre entre ces diffuseurs.

Le CNC compterait abandonner la dérogation d'un trimestre sur la vidéo à la demande pour les films qui ont affiché peu d'entrées au cinéma. Par contre, une fenêtre coulissante serait envisagée, avec une avance d'un à trois mois pour les acteurs qui contribueraient à certains seuils au financement des œuvres. Si une chaine payante contribue à plus de 26 % du budget d'un film, il pourra le diffuser au bout de six mois, au lieu de huit mois si elle contribue à hauteur de 21 % ou moins.

Contacté, le CNC nous confirme avoir émis des propositions sur la chronologie des médias, lors d'une réunion de travail « avec tous les intervenants du secteur ». Le centre refuse tout de même de commenter le contenu, affirmant qu'il s'agit d'une étape d'un « processus assez long ».


chargement
Chargement des commentaires...