Qwant lève 18,5 millions d'euros, la Caisse des dépôts prend 20 % du capital

Moteur... Action ! 47
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

Le moteur de recherche français Qwant vient d'annoncer le bouclage d'une nouvelle levée de fonds. L'entreprise a récolté au total 18,5 millions d'euros, dont 15 millions auprès de la Caisse des dépôts et consignations.

Le marché européen de la recherche en ligne pèse plus de 20 milliards d'euros et Google s'en adjuge une très grande partie, suivi de loin par des moteurs soutenus par d'autres géants des nouvelles technologies, comme Microsoft avec Bing. L'omniprésence de ces acteurs rend toute percée sur ce marché plus que difficile, mais Qwant ambitionne pourtant d'en chiper 5 à 10 %, au nez à la barbe des géants du web. Il mise sur un créneau porteur : la protection de la vie privée.

Avoir les moyens de ses ambitions

Pour soutenir de telles ambitions, il faut pouvoir se reposer sur des moyens conséquents. Si Qwant ne livre pas de données sur ses résultats financiers qui permettraient de juger de sa musculature, la jeune pousse française dispose quand même de soutiens de poids. 

En 2014 elle a levé 5 millions d'euros auprès du groupe de médias allemand Axel Springer, avant de souscrire à un emprunt de 25 millions d'euros, remboursable en actions auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI). Aujourd'hui, le moteur de recherche annonce avoir levé 18,5 millions d'euros, dont 15 millions provenant de la Caisse des dépôts (CDC) et consignations, qui capte 20 % du capital de l'entreprise en échange.

Les 3,5 millions restants correspondent aux fonds versés par Axel Springer pour se maintenir également à 20 % du capital. Les trois fondateurs de la société restent quant à eux majoritaires. Dans le cadre de cette opération, Qwant est valorisé à hauteur de 75 millions d'euros.

Il est à noter que le moteur de recherche dispose également de financements de la part de BPIfrance, au titre de sa participation au projet Caliopen. L'organisme a en effet accordé une subvention de quelques milliers d'euros dans ce cadre, que ses participants doivent se partager.

Qwant en phase d'accélération

Dans un communiqué commun, Qwant, Axel Springer, la BEI et la CDC expliquent que ce nouvel investissement a vocation de permettre « le développement en Europe d'un moteur de recherche alternatif, disposant de sa propre technologie d'indexation, garantissant la confidentialité des données personnelles des utilisateurs ». La CDC elle, assure que cet engagement à lieu « au nom de sa responsabilité sociétale », l'organisme louant au passage l'empreinte européenne et les valeurs éthiques du projet.

De son côté Qwant affirme que ces fonds lui permettront notamment d'assurer une « les moyens nécessaires à une communication plus large auprès du grand public ». Jusqu'ici, la société jure ne pas avoir dépensé un seul euro en publicité, et va donc actionner ce levier pour entrer dans une nouvelle phase de croissance.  Le moteur compte en effet investir 300 millions d'euros dans le domaine du marketing sur les cinq prochaines années... le changement est donc radical.

Son objectif est aussi de passer à 500 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici à 2021, contre « plusieurs millions » actuellement, le service se reposant actuellement sur des publicités sponsorisées et de l'affiliation dans sa section Shopping. L'équipe devra ainsi grossir en conséquence et ce sont pas moins de 1 000 embauches qui sont annoncées pour les quatre prochaines années.

En 2016, Qwant a répondu à 2,6 milliards de requêtes, c'est deux fois plus que l'année précédente. Mais à titre de comparaison, Google répondait à 3,3 milliards de requêtes chaque jour en 2013. La marge de progression du petit poucet est donc gigantesque.


chargement
Chargement des commentaires...