Notifié par l'ALPA, Google a déréférencé (un peu) LibertyLand et VoirFilms

Stream poker 14
En bref
image dediée
Crédits : iStock/ThinkStock
Justice
Marc Rees

Google a déréférencé Libertyland.co, voirfilms.org et voirfilms.co, sites de téléchargement et de streaming de films et séries, suite à une demande de l’association de lutte contre la piraterie audiovisuelle. C’est du moins ce qui transparait sur le site Lumen, la base de données de notifications adressées par les ayants droit.

Dans cette procédure reposant sur le droit américain, et spécialement le DMCA, l’ALPA a agi sur demande du Syndicat de l’édition vidéo numérique (SEVN) et la Fédération nationale des distributeurs de films (FNDF).

L’opération s’est déroulée jusqu’à la fin 2016 où, dans une première étape, un agent assermenté de l’ALPA a d'abord été chargé de « vérifier la présence du site Libertyland.co dans le moteur de recherche Google ».

Le site Lumen, qui répertorie les demandes DMCA, diffuse des documents précieux pour ces procédures. Ce PDF décrit en effet la méthode utilisée pour mettre en cause la licéité de Libertyland.co.

Une analyse des fiches de films et séries via iMDb.com

L’agent a d’abord procédé au recensement automatisé des œuvres. Près de 20 000 fiches de films et 435 fiches de séries ont été identifiées puis comparées avec la base audiovisuelle IMDb.com. Une première passe a isolé celles ayant une correspondance parfaite, une correspondance multiple (quand plusieurs titres sur IMDb correspondent au nom de l’œuvre) ou sans correspondance. Cette dernière catégorie a alors fait l’objet d’une analyse approximative pour tenir compte d’éventuelles fautes d’orthographe.

Au final, l’agent a identifié près de 65% de films et séries avec correspondance parfaite, 22 % avec correspondances multiples et 13 % sans correspondance. Le travail s’est doublé d’une analyse manuelle pour 200 œuvres issues des catégories « correspondances multiples » ou « sans correspondance ». Ces 195 films et 5 séries ont tous été retrouvés sur la base de données.

Enfin, afin de déterminer le pourcentage d’œuvres contrefaites, 150 titres ont été choisis aléatoirement dans la masse totale. 106 liens ont renvoyé vers l’œuvre contrefaite annoncée, et 44 n’étaient plus actifs. Le pourcentage de liens contrefaisants dépasse au final les 70 %.

Armé des mesures Médiamétrie, le document pointe que Libertyland.co affiche 146 000 visiteurs uniques pour le seul mois de juillet 2016, sachant que près de 30 % des visiteurs proviennent de Google.

alpa

Un résultat mitigé

Le moteur de recherche a jugé suffisamment sérieuse cette demande pour la prendre en compte. La procédure s’est d’ailleurs dédoublée pour voirfilms.org et voirfilms.co (voir ce PDF encore plus détaillé) : toutes les homepages ont été dézinguées par Google.

Le résultat est cependant mitigé. En cherchant Libertyland, toujours sur ce moteur ou voirfilms.org et voirfilms.co), les sous-catégories sont toujours affichées : /séries, /gratuit, /animation, /films, etc. Une requête « libertyland » suivie du titre d’un film quelconque nous mène cette fois directement sur la page idoine. 


chargement
Chargement des commentaires...