Windows 10 : la préversion 15002 assouplit Windows Update et enrichit Edge

Début d'année en fanfare 72
image dediée
OS

Microsoft a publié hier soir la première préversion de Windows 10 pour 2017. Estampillée 15002, elle contient un nombre très important de nouveautés, dans tous les domaines. Certaines étaient attendues de pied ferme, comme la gestion des mises à jour, quand d’autres sont des surprises, comme les meilleures performances des applications GDI.

Les testeurs du canal rapide ont largement de quoi s'occuper depuis hier soir avec la build 15002. La liste des nouveautés est probablement la plus longue jamais publiée pour une préversion du système. Les ajouts sont très nombreux, tant pour Edge que dans les différents aspects de Windows 10, aussi bien sur les fonctionnalités que sur des éléments d’interface, en passant par des améliorations techniques.

Windows Update : enfin du neuf

Commençons tout de suite par les options des mises à jour. Nous avions relevé récemment qu’une option était apparue pour retarder le téléchargement et l’installation d’un maximum de 35 jours. Nous nous demandions alors si cette nouveauté serait réservée à la seule édition Entreprise. La réponse est finalement non : les éditions Pro et Education sont également touchées. Seule l’édition Familiale classique ne la possède pas. La case à cocher se trouve dans les options avancées de Windows Update. Notez que certaines mises à jour, notamment celles de Defender, continueront d'être fournies.

Ce dernier, qui affiche désormais une icône indiquant clairement que la machine est à jour, se dote également d’un autre réglage, pratique lui aussi : on peut l’empêcher d’installer de nouveaux pilotes. Une option bienvenue quand on est satisfait de ses pilotes et qu’on ne souhaite pas que Microsoft vienne chambouler la configuration.

On regrettera par contre encore une fois qu’aucune option ne permette de gérer la bande passante réservée aux téléchargements. Pour l’instant, ces derniers se font donc toujours en saturant la connexion.

Edge s'enrichit encore

Le navigateur reçoit une importante mise à jour. On commence avec le blocage par défaut de nombreux contenus Flash, avec la même philosophie que celle décrite par Google pour Chrome : en-dehors d’une liste blanche de sites autorisés, tous les autres voient leurs contenus bloqués. L’utilisateur peut cliquer au cas par cas pour afficher l’encadré Flash, par exemple pour lire une vidéo.

Edge reçoit également plusieurs fonctionnalités. D’une part, la possibilité de prévisualiser les onglets, soit en passant la souris sur l’un d’eux, soit de manière permanente, en cliquant sur la nouvelle icône située à droite du « + ». Une barre s’ouvre alors pour afficher toutes les vignettes des onglets ouverts, une fonctionnalité qu’Opera avait initiée il y a plusieurs années. D’autre part, Edge dispose enfin de sa Jump List. On peut donc effectuer un clic droit sur son icône dans la barre des tâches pour ouvrir de nouvelles fenêtres, classiques ou InPrivate.

Microsoft a aussi révisé son modèle multiprocessus et promet pour le navigateur une meilleure réactivité générale, notamment quand on manipule l’interface et que des sites lourds sont en train de charger. Enfin, Edge dispose d’un support expérimental de l’API Payment Request du W3C, pour simplifier les paiements en ligne.

edge

Évolutions des fonctionnalités dans Windows

Plusieurs apports importants sont également à signaler dans le reste du système. Le menu Démarrer se dote par exemple des dossiers, qui s’utilisent de la même manière que sur les Windows Phone : on prend une vignette et on la déplace sur une autre. On peut ensuite y réunir d’autres vignettes, le déploiement du dossier se faisant avec la même animation que la version Mobile du système.

La fonction de partage pour les applications UWP (Universal Windows Platform) change également de forme. Plus question d’une barre latérale, place à un panneau plus petit et plus pratique s’ouvrant au centre de l’écran. La nouvelle présentation est certes plus efficace, mais on regrettera que le raccourci Win + H qui permettait d’y faire appel ait disparu.

Microsoft a choisi en outre de déporter le raccourci Win + Maj + S de OneNote 2016 directement dans le système. Pour rappel, il permet de capturer une sélection de l’écran afin de l’envoyer dans le Presse-papier. Un ajout bienvenu . Dommage cependant qu’à l’inverse du raccourci Win + Impr écran, l’image ne soit pas directement stockée dans le dossier Captures d’écrans, dans Images.

Meilleures performances pour la GDI

La GDI (Graphical Device Interface), utilisée par l’immense majorité des applications Win32, reçoit pour sa part deux améliorations importantes. La première concerne le High-DPI, dont Microsoft continue d'améliorer le support pour certains composants, comme la MMC et le moniteur de performances. Dans le cas d’une application qui le gèrerait mal, l’utilisateur peut désormais faire un clic droit sur l’exécutable principal, aller dans les Propriétés puis dans l’onglet Compatibilité puis activer la gestion du DPI par le système.

La seconde sera plus facilement repérable : de meilleures performances. Contrairement à UWP, les applications Win32 sont rarement accélérées graphiquement. Le changement permet notamment d’avoir un redimensionnement plus fluide des fenêtres, même sur l’Explorateur. La différence est visible également quand on déplace certaines fenêtres. Une partie des applications UWP, non accélérées, tire également parti de cette nouveauté.

Parmi les autres améliorations, on signalera un positionnement et une mise à l’échelle plus stable des icônes sur le bureau en cas d’écrans multiples ou branchés puis débranchés, des accès VPN plus simples et plus rapides, une gestion améliorée des différents comptes Microsoft (personnel, professionnel et éducation) lors de la connexion, le support du calendrier lunaire dans la barre des tâches ou encore la possibilité pour les développeurs de créer des sous-catégories pour ranger leurs notifications.

Windows Ink, Defender, Cortana, Paramètres, lumière bleue...

Le reste des ajouts continue encore dans d’autres domaines, notamment avec Windows Ink et Cortana. Côté accessibilité, le narrateur gagne encore en fonctionnalités et on note l’apparition attendue du support du braille. Windows Defender continue également son évolution avec sa nouvelle interface, permettant désormais de lancer des scanners rapides, avancés ou complets, de fournir des rapports sur les performance et l’état général. Il se veut globalement plus fiable.

Plusieurs changements sont également à noter dans les Paramètres. La zone Affichage contient ainsi un plus grand nombre de réglages, notamment un changement direct de la résolution. On y trouve aussi une nouvelle option pour réduire la lumière bleue. Activée, elle se cale sur l’heure du coucher de soleil pour changer la teinte de l’écran, basculer vers un jaune plus ou moins orangé. L’utilisateur peut l’activer à la demande ou définir son propre créneau horaire.

La liste complète des changements est visible depuis le blog de Microsoft. Attention cependant, car cette build, même si elle dispose de nombreuses améliorations, a également son lot de problèmes, certains assez importants d’ailleurs. Par exemple, les sessions Miracast ne fonctionneront pas, une évolution depuis Windows 8.1 provoquera la perte de toutes les applications UWP, ces dernières peuvent planter si le DPI dépasse les 150 % et l’ouverture des réglages de la batterie fera planter l’application Paramètres.

windows 10 affichagewindows 10 lumière bleue

Publiée le 10/01/2017 à 15:00
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...