Windows 10 : un ménage contraint et forcé dans le Store

Puisqu'il faut y aller 54
En bref
image dediée
Crédits : ginosphotos/iStock
OS
Vincent Hermann

Le ménage promis par Microsoft a commencé pour toutes les applications qui n’ont pas renseigné l’âge minimal d’utilisation. En arrière-plan se dessine cependant le problème des développements laissés à l’abandon et du fameux chiffre total des applications présentes dans la boutique.

En janvier, Microsoft annonçait que les applications de son Store allaient devoir passer au système de classification IARC, pour International Age Rating Coalition. Il s’agissait alors d’harmoniser les pratiques dans ce domaine, chaque zone géographique ayant en général sa propre classification. En Europe par exemple, c’est le système PEGI (Pan European Game Information) qui est utilisé.

La démarche de l’éditeur était claire : les développeurs avaient jusqu’au 30 septembre pour remplir le formulaire, sachant que les réponses seraient automatiquement traduites vers les classifications régionales (PEGI, ESRB, ACB et autres). Le risque en cas de dépassement ? Un retrait pur et simple de l’application. Pourtant, le 1er octobre n’a pas marqué le début du ménage comme on s’y attendait.

Le ménage commence, avec du retard

Presque trois semaines après cette date butoir, il apparait cependant que les retraits ont maintenant commencé. Ces suppressions ne concernent que les applications dont les développeurs n’ont pas rempli le formulaire à temps, malgré un délai de presque neuf mois. Les éléments temporels soulèvent d’ailleurs des questions, notamment sur cette inaction et sur le retard de Microsoft dans le ménage prévu.

Les développeurs avaient de nombreux mois pour réagir, d’autant que plusieurs emails ont été envoyés pour rappeler l’échéance. Pourquoi dès lors ne pas agir ? Parce qu’ils ne s’occupent plus de leurs applications. Ces créations abandonnées sont nombreuses. Sans être spécifiques à la boutique de Microsoft – loin de là -  elles ont pullulé du fait de nombreux programmes et outils visant à en publier facilement. Mais dès lors que l’attrait de la nouveauté ou le défi lancé sont passés, il n’y a plus de mise à jour.

Le sacro-saint nombre d'applications

Comme le note Neowin, Microsoft n’a pas mis à jour son compteur d’applications pour le Store depuis septembre 2015. On reste donc sur le chiffre de 669 000, très loin des millions d’applications des boutiques d’Android et iOS – Play Store et App Store. L’éditeur s’est probablement accordé un petit délai avant de sortir la hache et de trancher dans le vif, avec pour conséquence directe une baisse du nombre d’applications présentes.

windows 10 apps store

Mais est-ce réellement un problème ? Pas vraiment. Les applications de qualité et/ou celles qui sont entretenues régulièrement seront moins noyées dans la masse. Si le Store propose moins de choix, il sera aussi moins encombré de « détritus ». La guerre des boutiques entre Apple, Google et Microsoft avait consacré le nombre d’applications comme élément concluant de leur force : plus le chiffre était gros, plus le Store était intéressant. Le résultat en a été une prolifération de créations discutables, les grandes plateformes américaines n’aimant guère influer sur cette « valeur ».

Une situation qui peut rapidement être corrigée

Pourtant, les développeurs n’ont dans le cas présent pas grand-chose à faire pour rétablir la situation. Un nouvel email leur a été envoyé pour leur indiquer que leur application a été supprimée de la boutique. Tout ce qu’ils ont à faire, c’est remplir le questionnaire IARC et refaire une demande de publication.

En fait, le seul problème potentiel concerne les utilisateurs, qui se servent peut-être d’applications désormais supprimées du Store. Normalement, cela n’a aucune influence sur le quotidien, à moins qu’ils les suppriment ou ne réinitialisent l’appareil. Dans ce cas, il ne sera pas possible de les télécharger à nouveau, tant que le développeur n’aura pas rétabli la situation.


chargement
Chargement des commentaires...