Microsoft rend son Store compatible avec la classification IARC pour les jeux et logiciels

L'éditeur promet moins de travail 8
image dediée
OS

Pour la classification des applications et jeux selon les tranches d’âge, Microsoft a décidé de changer les systèmes utilisés jusqu’à présent. L’éditeur va se baser désormais sur l’échelle IARC, une mesure internationale qui permet d’harmoniser les pratiques.

Toute boutique d’applications et de jeux possède une échelle de mesure pour classer les titres par tranche d’âge. Cette classification est surtout utilisée pour les jeux, pour signaler notamment ceux qui contiennent des scènes particulièrement violentes. En Europe, le système utilisé est nommé PEGI (Pan European Game Information), et il en est fait clairement mention par exemple dans les publicités pour certains titres, y compris à la télévision.

Une classification pour les rassembler tous

Microsoft, comme les autres éditeurs à cheval sur de nombreux marchés, doit se mettre en conformité avec ces différents systèmes. Mais l’éditeur a travaillé sur l’intégration d’un autre système, initialement présenté par PEGI en 2013 et baptisé IARC, pour International Age Rating Coalition. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une initiative internationale visant à simplifier le classement des jeux et à réduire les couts des développeurs.

Le fonctionnement du système IARC est très simple : plutôt que de demander autant d’autorisations qu’il existe de système, un éditeur va faire sa demande via le système IARC, qui se chargera alors d’obtenir pour lui l’ensemble des informations nécessaires. Pour effectuer sa demande, l’éditeur devra remplir un ou plusieurs questionnaires, dont les réponses seront traduites en autant d’éléments réclamés d’habitude par les systèmes PEGI, ESRB, ACB et autres.

Une bascule progressive sur le mois de janvier

Du côté de Microsoft, la bascule va se faire justement durant le mois de janvier. La société explique sur son blog que les éditeurs devront donc se conformer à un questionnaire, comme expliqué précédemment. Mais ces réponses ne devront pas être fournies pour une version existante : seule l’arrivée d’une mise à jour ou d’un nouveau logiciel/titre fera apparaitre les questions. Par la suite, les mises à jour ultérieures garderont la même classification, mais l’arrivée d’un autre titre nécessitera bien sûr de nouvelles réponses. 

Une fois le questionnaire complété, le système IARC arrosera automatiquement les classifications suivantes :

  • Classification Board (ACB) en Australie
  • Classificação Indicativa (ClassInd) au Brésil
  • Entertainment Software Rating Board (ESRB) en Amérique du Nord
  • Pan European Game Information (PEGI) en Europe
  • Unterhaltungssoftware Selbstkontrolle (USK) en Allemagne

Microsoft déduira également des réponses d’autres notes, notamment une propre au Windows Store, une pour la Game Software Rating Regulation (CSRR) à Taiwan et une dernière pour le Russian Age Rating System (PCBP). Les éditeurs auront la possibilité d’ajouter manuellement une note obtenue pour le marché sud-Coréen, le pays ne participant pas au système IARC.

Publiée le 08/01/2016 à 08:30
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...