La France veut lancer une initiative internationale contre le chiffrement

Bernard et Bianca 210
En bref
image dediée
Crédits : Elysée/Dailymotion
Loi
Par
le vendredi 12 août 2016 à 10:30
Xavier Berne

Au nom de la lutte contre le terrorisme, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé hier que la France souhaitait impulser une initiative européenne à l'encontre du chiffrement des communications. L’exécutif espère que ses propositions auront un écho mondial. Il mise pour cela sur le soutien de l’Allemagne.

« C'est l'un des sujets absolument cruciaux de la lutte anti-terroriste et sur lequel il faut que nous soyons en situation d'avancer et de progresser ensemble », a martelé hier le « premier flic de France » depuis la cour de l’Élysée, suite au Conseil restreint de défense qui s’est tenu en présence de François Hollande. Pour Bernard Cazeneuve, le chiffrement est « une question centrale », « sur laquelle la France est en première ligne » :

« Beaucoup des messages échangés en vue de la commission d'attentats terroristes le sont désormais par des moyens cryptés, ce qui rend difficile le travail des services de renseignement. Et c'est un enjeu considérable, sur lequel les interpellations récentes, les enquêtes conduites, montrent (...) la nécessité d'y faire face au plan international – parce que ce n'est pas un pays seul qui peut prendre des initiatives. »

L’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray est manifestement passé par là. L’un des deux terroristes abattus par les forces de l’ordre utilisait en effet l’application Telegram, souvent présentée comme une application permettant de chiffrer ses communications (alors que celle-ci ne propose pas de chiffrement de bout-en-bout par défaut, ni dans les tête-à-tête, ni dans les conversations de groupe).

Rencontre France-Allemagne le 23 août

Avant de partir en croisade, le ministre de l’Intérieur compte sur l’aide de nos alliés d’outre-Rhin : « Je recevrai mon homologue allemand, Thomas de Maizière, le 23 août pour que nous puissions lancer une initiative européenne destinée à préparer une initiative plus internationale. »

Bernard Cazeneuve a indiqué avoir déjà soumis « un certain nombre » de pistes au ministre de l’Intérieur allemand. « Nous allons ensemble adresser des propositions à la Chancelière et au président de la République » a-t-il poursuivi. « Notre objectif est de faire en sorte qu'au sein du Conseil « justice et affaires intérieures » [qui réunit tous les ministres européens de l’Intérieur et de la Justice, ndlr] sur cette question notamment  mais pas seulement  nous puissions dans les semaines qui viennent créer les conditions d'un contexte qui permette par-delà des frontières de l'Europe, au plan international, (...) d’avancer à travers des propositions concrètes. »

La piste du soft law

Le locataire de la Place Beauvau n’a donné aucun détail supplémentaire quant à ses intentions exactes. Il semble néanmoins vouloir passer outre les récentes recommandations de la très sérieuse Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (ANSSI). L’institution défend en effet le chiffrement de bout-en-bout, les backdoors ne pouvant qu'affaiblir la sécurité. Elle estime au passage que la législation actuelle, qui impose par exemple de fournir les clés de chiffrement aux autorités si besoin, est aujourd'hui proportionnée. La CNIL est d'ailleurs sur une ligne similaire, au motif que « la mise en place de portes dérobées ou de clés maîtres fragiliserait l’avenir de l’écosystème du numérique ».

Concernant ses projets, Bernard Cazeneuve a en revanche cité les codes de « bonnes pratiques » qu’ont accepté de conclure l’année dernière les géants du Net (Google, Facebook, Microsoft, Apple et Twitter). « Sur la question du chiffrement, il faut que nous ayons la même méthode, la même détermination, la même volonté » a tambouriné le ministre de l’Intérieur. Il n’est toutefois pas sûr que les spécialistes du chiffrement acceptent de lâcher du lest sur ce qui fait désormais figure d’argument commercial de poids, quelques années après les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de masse opérée par les États...


chargement
Chargement des commentaires...