Une station d'écoute dans une pagode chinoise au-dessus du Congrès US (2/4)

Le FUD qui valait 3 milliards
Droit 2 min
Une station d'écoute dans une pagode chinoise au-dessus du Congrès US (2/4)
Crédits : ·˙·ChinaUli2010·.·, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

S'il y a lieu de douter que des antennes relais Huawei déployées dans des zones rurales américaines « pourraient perturber les communications de l'arsenal nucléaire américain » (voir la première partie de cette série), la liste des griefs américains envers l'équipementier chinois n'a eu de cesse de grossir depuis 2017.

Dans une dataviz' publiée en marge de son enquête sur les antennes relais Huawei installées aux abords de silos nucléaires militaires américains, Reuters dénombre huit restrictions commerciales imposées par les États-Unis à Huawei « pour des raisons de sécurité nationale » depuis décembre 2017.

Elles ont successivement interdit au ministère de la Défense, puis « à toutes les agences de l'exécutif », de se procurer des équipements ou services de télécommunications auprès de Huawei.

En mai 2019, le département du Commerce plaçait Huawei sur sa liste noire, obligeant « l'entreprise à obtenir l'autorisation du gouvernement américain pour acheter des technologies américaines » : « Le même jour, l'administration Trump donnait aux agences gouvernementales de nouveaux pouvoirs étendus pour interdire aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunications fabriqués par des entreprises, dont Huawei, qui posent un risque pour la sécurité nationale. »

En mai 2020, le département du commerce élargissait « considérablement » l'inscription sur sa liste noire « dans le but de restreindre les ventes étrangères de puces à semi-conducteurs à l'entreprise ».

En juin, l'autorité américaine de régulation des télécommunications (FCC) désignait Huawei comme « une menace pour la sécurité nationale », interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des fonds publics pour acheter ses équipements.

En juillet 2021, la FCC mettait au point un « plan de remboursement » à destination des opérateurs américains afin d'obtenir le retrait des équipements Huawei de leurs réseaux de télécommunications.

En novembre, le président Joe Biden signait un « Secure Equipment Act » destiné à empêcher les entreprises comme Huawei d'obtenir de nouvelles licences d'équipement auprès des régulateurs américains.

Il manque 3 milliards de dollars pour remplacer les équipements Huawei 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !