JeProtegeMonEnfant.gouv.fr attaqué par une association anti-porno

Est-ce si grave ? Pas vraiment.
Droit 2 min
JeProtegeMonEnfant.gouv.fr attaqué par une association anti-porno
Crédits : Jeprotegemonenfant.gouv.fr

Le gouvernement, via JeProtegemonenfant.gouv.fr, est attaqué au Conseil d’État par l’association Stop au Porno. Celle-ci épingle plusieurs de ses liens qui seraient, à ses yeux, en contradiction avec l’objectif même du site. 

Une étape de plus dans la série consacrée à la lutte contre le porno en ligne ? La semaine dernière, en collaboration étroite avec la Chancellerie, e-Enfance et La Voix de l’Enfant ont été audiencées au tribunal judiciaire de Paris, dans le cadre d’un référé.

Leur objectif ? Que les FAI bloquent l’accès à neuf gros sites X, dont YouPorn, PornHub, xHamster ou encore xVideos. L’une et l’autre reprochent à ces sites d’être « accessibles » aux mineurs, et donc en infraction avec l’article 227-24 du Code pénal.

Certes, tous s’abritent derrière un « disclaimer », mais ce bouclier n’est plus efficace depuis une loi votée l’an passé. L’ordonnance de référé sera rendue le 8 octobre prochain. On verra alors si Free, Orange, Bouygues Télécom ou encore SFR et Colt se retrouvent astreints à couper le robinet d'accès.  

C’est armée de ce même texte du Code pénal que l’association Stop au Porno a demandé à Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance, de faire le ménage sur le site JeProtegeMonEnfant.gouv.fr. Faute de réaction du gouvernement, l'association a décidé de passer à l'attaque devant la haute juridiction administrative. 

Fait notable, ce site fut lancé en février dernier afin justement de lutter « contre l’exposition des enfants aux contenus pornographiques en ligne », mais aussi « sensibiliser les parents », « faciliter le recours aux dispositifs de contrôle parental » ou encore assurer « le dialogue parents/enfants sur l’éducation à la sexualité et la pornographie en centralisant des ressources sur ce sujet ».

Pour l’association anti-porno, cependant, des contenus ou, plus exactement, certains des liens proposés, « sont propres à heurter la sensibilité de nombreux jeunes tant ils sont détaillés et hypersexualisés ».

Selon Santé Public France, la conso du porno par les ados « n'est pas si grave » 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !