Covid-19 : comment la Chine a accéléré l'infodémie

La Russie et l'Iran aussi
Internet 2 min
Covid-19 : comment la Chine a accéléré l'infodémie
Crédits : wildpixel/iStock

L'analyse de la propagation de la théorie selon laquelle le coronavirus émanerait d'un laboratoire et non d'une chauve-souris, voire qu'il constituerait une arme biologique créée par des humains, révèle qu'elle a été activement propagée par les autorités chinoises, dans le contexte de leurs rivalités diplomatiques avec l'Amérique de Trump. 

« Attention aux Américains ! », écrivait un utilisateur du réseau social chinois Weibo le 31 décembre 2019, laissant entendre que le virus, qui ne s'appelait pas encore SARS-CoV-2, serait une arme biologique. Une enquête de neuf mois de l'agence Associated Press, menée en partenariat avec le laboratoire de recherche médico-légale numérique (DFRLab) du Conseil de l'Atlantique, a examiné comment la rumeur s'est propagée dans quatre pays (Chine, Russie, Iran et États-Unis) dans les six premiers mois de la pandémie, mais également comment les trois premiers s'en sont servis dans leur guerre informationnelle avec l'Amérique de Trump.

Chine Iran Russie Covid
Crédits : DFRLab

De nombreuses rumeurs se sont largement répandues dans le monde au début de 2020, rappelle DFRLab. Reprises en chœur par les anti-vaxx et complotistes du monde entier, certains de ces récits étaient carrément faux, tandis que d'autres constituaient des préoccupations légitimes mais non vérifiées, concernant la possibilité que le virus soit accidentellement libéré d'un laboratoire chinois.

Certaines laissaient ainsi entendre que le virus avait été conçu comme une arme biologique potentielle, voire qu'il aurait été intentionnellement diffusé pour contaminer la population. L'examen de millions de publications et d'articles sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, VK, Weibo, WeChat, YouTube, Telegram et d'autres plateformes) indique que c'est la Chine – et non la Russie – qui a pris les devants dans la diffusion de cette désinformation sur les origines de la Covid-19.

Pourquoi ? Car elle était attaquée pour sa gestion précoce de l'épidémie, au point d'amplifier voire de « militariser » la rumeur et d'enclencher une « course aux armements narratifs », pour reprendre le titre du rapport de DFRLab (« Weaponized : how rumors about Covid-19's origins led to a narrative arms race »).

Les responsables chinois réagissaient en cela à un autre récit puissant, nourri aux États-Unis par les groupes QAnon, Fox News, l'ancien président Donald Trump et les principaux républicains, qui le qualifiaient de « virus chinois ».

Le Pew Research Center a ainsi découvert qu'un Américain sur trois pensait que le nouveau coronavirus avait été créé dans un laboratoire, et qu'un sur quatre pensait qu'il avait été conçu intentionnellement. En Iran, de hauts dirigeants ont cité la conspiration des armes biologiques pour justifier leur refus de l'aide médicale étrangère. Des groupes anti-confinement et anti-masque ont qualifié, dans le monde entier, la Covid-19 de canular et d'arme, compliquant les efforts de santé publique pour ralentir la propagation.

Une double pandémie : le virus et la peur 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !