Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Stéphane Richard : 30 000 clients pour Orange Bank et quelques tacles

La vie poing comme
Internet 4 min
Stéphane Richard : 30 000 clients pour Orange Bank et quelques tacles

Un peu moins de deux semaines après son lancement, Stéphane Richard dresse un premier bilan plutôt positif de l'offensive Orange Bank, qui compte 30 000 clients. Le PDG en profite pour livrer son avis sur le secteur des télécoms en général, et sur le cas de SFR en particulier.

Stéphane Richard était ce dimanche l'invité du Grand Jury de RTL, l'occasion pour lui de dresser un premier bilan du lancement d'Orange Bank, mais aussi de parler plus largement de la situation dans le domaine des télécoms.

Pour lui, « Orange Bank est un grand succès populaire [...] on a en moyenne 3 000 personnes par jour qui sont venues ouvrir un compte [sur 10 jours]. C'est un beau résultat, je dirais assez supérieur à ce que l'on anticipait ». Pour rappel, le seul objectif affiché d'Orange pour son service bancaire est de 2 millions de clients en 10 ans, avec 500 millions d'euros d'investissement.

Stéphane Richard vante sa banque et mise sur la confiance dans la marque Orange

La clé du succès selon lui ? « Le produit que nous proposons correspond aux attentes aujourd'hui des françaises et des français. [Ce qu'ils] attendent d'une banque c'est plus de simplicité [et un usage] sur le téléphone mobile qui est devenu un peu la télécommande de nos vies. Et de la confiance ».

Aucun chiffre n'est donné sur l'usage de l'application ou le dépôt moyen, pas plus que sur le nombre de livrets d'épargne ouverts. Il est de toute façon encore un peu tôt pour tirer de premiers enseignements à ce niveau puisque les cartes bancaires arrivent seulement chez les premiers clients.

Sans vouloir citer directement de concurrent, Stéphane Richard évoquera (à nouveau) le fait que les utilisateurs ont besoin d'être rassurés concernant leurs fonds et n'iront donc pas les confier à des acteurs qui peuvent être perçus comme moins solides, comme une startup allemande.

N26, qui compte plus de 100 000 clients en France un an après son arrivée sur le marché, est donc ici clairement visée. Mais la remarque vaut aussi sans doute pour nombre de ses concurrents qui ne disposent en général que d'une petite structure et d'une licence bancaire leur permettant d'exercer en Europe, où le mécanisme European Deposit Protection Scheme (EDPS) s'applique.

SFR dans le viseur

N26 n'était d'ailleurs pas le seul à en prendre pour son grade. Le cas d'Altice ayant aussi été largement évoqué pendant l'interview. Le PDG d'Orange a ainsi rappelé que le modèle de convergence n'était pas le sien.

« Je préfère mettre un milliard chaque année pour faire la fibre optique en France, plutôt que pour acheter les droits du foot » précisant au passage qu'il était dubitatif sur le fait que des géants comme Amazon ou Facebook puissent chercher à se payer les droits du foot français.

« Nous avons une conviction très forte, c'est que l'utilisateur veut la liberté de choix [...] nos clients veulent avoir Netflix, ils veulent avoir Canal+, OCS bien entendu, toute sorte de contenus [...] ils n'ont pas du tout envie qu'on les mette dans une espèce de souricière dans laquelle on leur dit "Tu as pris un abonnement, tu vas aussi consommer nos contenus" » a-t-il ajouté.

Il préfère ainsi miser sur des partenaires auxquels il permet d'avoir une forte position sur le marché plutôt que de les intégrer au groupe. Il a notamment évoqué le cas du service de BD Izneo ajouté récemment à certains de ses forfaits, gratuitement pour les six premiers mois, qui compte 1 million de téléchargements.

La baisse des effectifs n'est pas un objectif

Sur le terrain de l'emploi, Stéphane Richard indique que le groupe cherche constamment à s'adapter aux transformations de l'entreprise et du besoin de ses clients plutôt qu'à réduire les effectifs. Ainsi, un départ à la retraite sur deux ne serait pas remplacé, mais le groupe recrute dans certains domaines précis, en CDI, chaque année.

Il a donné l'exemple des centres d'appel « que les français appellent de moins en moins ». Le nombre d'appels réduirait ainsi de 10 % chaque année. « On réduit progressivement les effectifs » a-t-il ajouté, le groupe ayant actuellement 20 000 salariés dans ce secteur, dont ceux intégrés à l'occasion du rachat de Groupama Banque.

54 commentaires
Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 13/11/17 à 09:04:07

le téléphone mobile qui est devenu un peu la télécommande ... de la confiance 

Quand on voit toutes les problématiques de sécurité des smartphones (et de l'informatique en général), il faut quand même être fou/idiot (ou ne rien y connaitre) pour avoir confiance en ces outils, d'autant plus que de nombreux téléphones ne sont pas à jour et disposent de failles rendues publiques et exploitables (et déjà exploitées).

Pour l'anecdote, une amie avait justement mis une appli compte bancaire HSBC sur son smartphone (galaxy S6): elle s'est faite voler 4 000 euros grâce à ça.

  Bref, t'auras beau construire le plus puissant des moteurs de voitures, si tu ne l'équipes pas de roues, d'une carlingue et tout le reste, il ne risque pas d'être utile pour rouler.

Édité par js2082 le 13/11/2017 à 09:07
Avatar de laurent64480 Abonné
Avatar de laurent64480laurent64480- 13/11/17 à 09:05:00

Par contre l'inscription était vraiment galère la semaine dernière, entre les pièces justificatives qui ne se validaient pas, la non réception des identifiants et la saisie du code de vérification ça m'a pris 5 jours pour y parvenir.

Avatar de JoePike INpactien
Avatar de JoePikeJoePike- 13/11/17 à 09:08:57

Je vais quand même rester chez ING
:D

Avatar de Mythe_Railleur Abonné
Avatar de Mythe_RailleurMythe_Railleur- 13/11/17 à 09:12:42

Il y a combien d'employés chez Orange ? Combien ont été incités (et c'est de bonne guerre) à ouvrir un compte dans le nouveau service proposé par l'entreprise ? :keskidit:

Avatar de keralan INpactien
Avatar de keralankeralan- 13/11/17 à 09:17:24

En banque secondaire ( et pour la prime :O) ça fera l'affaire mais je n'en ferais pas une banque principale...

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 13/11/17 à 09:32:23

« Je préfère mettre un milliard chaque année pour faire la fibre optique en France, plutôt que pour acheter les droits du foot »

oh oui :incline::incline::bravo:

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 13/11/17 à 09:34:38

environ 98 000 en France.
Y'a pas d'incitation, outre quelques avantages (40€ offerts si client Orange, et 40€ en plus si employé, en plus des 80€ offerts à tous il me semble).
Après comme souvent, l'idée est de profiter que les employés y souscrivant vont en parler et faire la promotion auprès de leurs proches, mais c'est pas spécifique à Orange :fumer:

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 13/11/17 à 09:34:41

Il y avait déjà eu un accès avant le lancement. Mais bon, Orange a largement rabattu côté clients (SMS, mails, etc.)

Avatar de Tchikow INpactien
Avatar de TchikowTchikow- 13/11/17 à 09:42:18

Ce petit troll au passage j'ai bien aimé ahah

Avatar de Tchikow INpactien
Avatar de TchikowTchikow- 13/11/17 à 09:44:00

Comment elle se fait voler 4 000€ par son appli? Ça m'intéresse par ce que c'est facile de dire ça mais savoir comment?

Car bon à tous les coups le phishing ou autre ça arrive vite si on fait pas attention.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6