Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Ne se sentant « pas terroriste », Christophe Castaner ne craint pas la future loi sécuritaire

Ça craint
Droit 4 min
Ne se sentant « pas terroriste », Christophe Castaner ne craint pas la future loi sécuritaire
Crédits : BFM TV

En septembre, les députés vont examiner à leur tour le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Un texte qui vient inscrire dans le droit commun plusieurs dispositions issues de la loi sur l’état d’urgence. Après un cafouillage sur Twitter, Christophe Castaner a trouvé l’argument ultime pour plaider en faveur de son vote.

Comme expliqué dans notre panorama, ce texte va mettre à jour la législation sécuritaire en vigueur en dehors de l’état d’urgence : périmètre de protection, fermeture des lieux de culte, mesures individuelles de contrôle administratif dont une forme d’assignation administrative à résidence, visites et saisies administratives, sans oublier le Passenger Name Record, un super fichier des voyageurs, ou encore la réformation de la surveillance hertzienne après la censure du Conseil constitutionnel...

En approche de l’examen à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner est revenu plusieurs fois à la charge pour défendre ce texte. Sur l’antenne de BFM, le porte-parole du gouvernement a eu ces mots, ainsi retranscrits sur Twitter : « Rien ne menace la liberté si cela permet de lutter efficacement contre le terrorisme ».

La liberté vs ma liberté

Inutile de rechercher ce bout de phrase très vite décrié, le tweet a été supprimé par l’intéressé. Peu après, nous l’avions d’ailleurs rediffusé, capture à l’appui. L’effet Streisand a fait alors son cruel office avec un message reproduit plus de 3 000 fois, « liké » près de 1 000 fois…

Face à cette vague, le membre de l'exécutif est sorti de sa réserve pour nous expliquer que son post initial « a été supprimé tout simplement parce que le texte exact prononcé sur BFMTV était "ma liberté" et pas "la liberté"... ». Nuance typographique !  

De retour sur l’antenne de BFM ce matin, l’intéressé est revenu sur l’épisode, pointant un doigt accusateur sur la personne chargée de retranscrire ses propos sur son compte.

« Je ne me sens pas terroriste »

Tout en insistant face à Jean-Jacques Bourdin : « Il y a une vraie différence quand je me prononce et que je parle de ‘ma liberté’ parce que ‘la liberté’, c’est celle des Français, ‘ma liberté’ c’est la mienne ». Sur son envolée, il poursuit : « Je considère, pour ce qui me concerne, que  je n’ai pas à avoir peur des moyens de vérification et de lutte contre le terrorisme, parce que je ne me sens pas terroriste ».

L’argument, qui flirte avec le sempiternel « je n’ai rien à cacher » (voir ce site), a l'épaisseur d'une feuille. Déjà, on n’imaginerait pas une seconde le porte-parole de l’exécutif démonter méthodiquement un projet de loi, produit par ses pairs. La petite phrase rectifiée est surtout pire que la première version, car elle traduit une vision étriquée du respect des droits et des libertés.

Sidération du Syndicat de la magistrature 

« Il est sidérant dans une démocratie d’entendre un responsable politique avoir des considérations aussi absurdes, commente en ce sens Laurence Blisson, représentante du Syndicat de la magistrature. Ce qui est en jeu, c’est trouver un équilibre entre les atteintes qu’on peut porter aux libertés individuelles et les garanties associées. En l’occurrence, aujourd’hui lutter contre ce projet de loi antiterroriste, cela n’est donc pas se sentir potentiellement terroriste, mais au contraire de manière très objective, identifier des dérives extrêmement graves ».

Selon la secrétaire générale du SM, la principale dérive vise les pouvoirs accordés au ministère de l’Intérieur en matière de privation de liberté et d’intrusion. « Les bases sont bien trop floues. En réalité, elle ne vise pas les terroristes, mais une catégorie beaucoup plus large, sans aucune garantie effective, quand bien même a été rajouté un juge des libertés et de la détention dans certaines dispositions ».

Pour la représentante, il faut avoir peur de ce projet de loi « car il est susceptible de concerner tout le monde s’agissant notamment de la fouille dans l’espace public et des possibilités de contrôle aux frontières, mais aussi parce qu’il est susceptible de viser certains de manière arbitraire, en les assimilant à une catégorie pénale de terroristes, sans exiger les éléments suffisants, concrets, précis qu’exige le droit pénal ».

Alors qu'une manifestation contre ce texte sera organisée à Paris le 10 septembre à 15h, au départ du Père Lachaise jusqu’à la place de la République, Laurence Blisson estime que « ce projet de loi augmente le risque d’arbitraire étatique. Et cela ce n’est souhaitable dans aucune démocratie de quelques manières que l’on se sente ».

116 commentaires
Avatar de Tifeing INpactien
Avatar de TifeingTifeing- 31/08/17 à 15:36:18

Alala, mon cher Christophe, si seuls les terroristes étaient assignés à résidence... (Ah, on me dit qu'être écologiste pendant une COP21, c'est compris dans le terme, ok)

Avatar de floop Abonné
Avatar de floopfloop- 31/08/17 à 15:36:42

bizarrement les députés n'aiment pas trop la transparence quand on leur demande des comptes...

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 31/08/17 à 15:37:57

ah évidemment, et "si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à craindre" :mad: :kill: mais jamais ils réalisent les énormités qu'ils racontent ? :craint:

Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 31/08/17 à 15:41:30

Il ne se sent pas très résistant ce collabo du MEDEF :chinois:

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 31/08/17 à 15:46:22

Le Pen en a rếvé, Macron l'a fait. :bravo:

Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 31/08/17 à 15:58:13

Bon bin on attend ses "dick pics" donc 😁

Avatar de piwi82 INpactien
Avatar de piwi82piwi82- 31/08/17 à 16:00:41

"Ne se sentant « pas terroriste », Christophe Castaner ne craint pas la future loi sécuritaire"

Le but de cette loi sécuritaire serait donc de faire croire comprendre aux personnes ne se sentant pas terroristes qu'elles n'ont rien à craindre ?
:mad2:

« Rien ne menace ma liberté si cela permet de lutter efficacement contre le terrorisme »

Heureusement qu'il a apporté une correction à son tweet, on aurait pu croire qu'il s'intéressait aux Français. :francais:

Édité par piwi82 le 31/08/2017 à 16:01
Avatar de sylvaing Abonné
Avatar de sylvaingsylvaing- 31/08/17 à 16:07:06

Le gouvernement français ne serait-il pas en train de rattraper la Chine en matière de liberté répression ?...

Avatar de numerid Abonné
Avatar de numeridnumerid- 31/08/17 à 16:10:13

Moi non plus je n'ai rien à cacher (enfin je crois pas) ni ne me sens terroriste. Je n'ai absolument pas envie qu'on vienne le vérifier jusque dans mes toilettes, c'est tout. Et avec ce genre de loi je ne me sentirai pas en sécurité étant donné qu'il y aura toujours le risque de voir débarquer les forces de l'ordre sur la foi de dénonciations. Ça a déjà été le cas dans le cadre de l'état d'urgence. Alors non merci.

Édité par numerid le 31/08/2017 à 16:10
Avatar de Stel INpactien
Avatar de StelStel- 31/08/17 à 16:14:57

" G_RIENACACHER " : argument classique du con en puissance.

Édité par Stel le 31/08/2017 à 16:15
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 12