Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Une sénatrice questionne Mounir Mahjoubi sur la protection de la souveraineté numérique française

e-Blanc, e-Bleu, e-Rouge
Droit 2 min
Une sénatrice questionne Mounir Mahjoubi sur la protection de la souveraineté numérique française
Crédits : mucahiddin/iStock/ThinkStock

Quels sont les moyens mis en œuvre par l’État pour protéger la souveraineté numérique ? Où en est le fameux commissariat à la souveraineté dont l’étude était promise par la loi Lemaire ? Voilà quelques-unes des interrogations de la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam.

 

 

L’article 29 de la loi Lemaire avait posé les jalons d’un Commissariat à la souveraineté numérique. De fait, dans les trois mois à compter de la promulgation de la loi, le gouvernement avait l’obligation de remettre au Parlement une telle entité dont les missions devaient concourir « à l'exercice, dans le cyberespace, de la souveraineté nationale et des droits et libertés individuels et collectifs que la République protège ».

Un rapport toujours pas remis

Seulement, alors que ce document devait être remis le 7 janvier 2017, les services du Sénat nous ont indiqué n’avoir encore rien reçu. Après le député Lionel Tardy, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam vient à son tour de questionner le secrétaire d’État chargé du numérique. Celle-ci « s’étonne que, près de huit mois après la promulgation de la loi, ce rapport ne soit jamais parvenu au Parlement et demande quand celui-ci pourra être rendu ».

Selon la parlementaire, il y a pourtant urgence : citant WannaCrypt et la suspension du vote électronique des Français de l’étranger pour des raisons de sécurité, elle considère qu'il y a l’impérieuse nécessité « de mettre en place une stratégie cohérente » en matière de souveraineté. Selon elle, le Gouvernement doit envoyer « des signaux clairs en faveur de notre cybersécurité et de notre souveraineté numérique ».

Pour l’heure, poursuit-elle, « un renouvellement en catimini du contrat liant Microsoft au ministère de la Défense ne pourrait qu’aggraver les inquiétudes quant à l’absence de prise de conscience des enjeux » dégomme-t-elle. Ce contrat est actuellement en phase de négociation entre les deux entités, mais la même sénatrice a déjà sollicité du gouvernement la suspension des négociations et l’organisation d’un vrai marché public.

Ce matin, questionné sur le sujet en marge du Cloud Independance Day 2017, Guillaume Poupard, numéro un de l'ANSSI , a été relativement clair sur l'avancement du rapport sur le Commissariat : « Pour être franc, je n’ai pas tous les détails, j’ai l’impression que cela ne bouge plus beaucoup ».

 

 

15 commentaires
Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 06/06/17 à 15:44:34

La sécurité chez EM, on gère à mort, c'est Mounir qui est en charge!
D'abord on dit que tout est fake, puis on porte plaintehttps://m.nextinpact.com/news/104396-macronleaks-en-marche-porte-plainte-contre-... :mdr2:
Suffit de trouver auprès de qui porter plainte contre daech ou les USA ou autre!

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 06/06/17 à 15:54:29

De fait, dans les trois mois à compter de la promulgation de la loi, le gouvernement avait l’obligation de remettre au Parlement...

Résultat du jeu "La Patate Chaude":

  • Axelle Lemaire: 1
  • Mounir Mahjoubi: 0
Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 06/06/17 à 16:01:28

:neuf:

Avatar de Arcy Abonné
Avatar de ArcyArcy- 06/06/17 à 16:06:53

Ce matin, questionné sur le sujet en marge du Cloud Independance Day 2017, Guillaume Poupard, numéro un de l'ANSSI , a été relativement clair sur l'avancement du rapport sur le Commissariat : « Pour être franc, je n’ai pas tous les détails, j’ai l’impression que cela ne bouge plus beaucoup ».
:incline: pas de novlangue !

Perso, je préfère un type qui dit "je sais pas" / "j'ai pas toutes les infos" plutôt qu'on dise des conneries qui seront corrigées/découvertes quelques temps plus tard :dd:

Merci l'ANSSI :)

Édité par Arcy le 06/06/2017 à 16:07
Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 06/06/17 à 16:11:44

c'est peu ou prou ma pensée pendant toute la lecture de l'article : "mais mais mais... c'est la responsabilité du gouvernement précédent ! pourquoi ils l'agressent lui ?" (ma réponse perso étant : histoire d'assurer le suivi et que ça finisse pas sous un tapis)

(Demi HS : il n'y a aucune 'mesure de rétorsion' d'aucune sorte quand la loi enjoint quelqu'un - gouvernement, autorité quelconque, etc. - à faire quelque chose dans un temps imparti et que la deadline n'est pas respectée ?
Question subsidiaire : du coup, pourquoi mettre une deadline si elle est illusoire ?)

Arcy a écrit :

:incline: pas de novlangue !

Perso, je préfère un type qui dit "je sais pas" / "j'ai pas toutes les infos" plutôt qu'on dise des conneries qui seront corrigées/découvertes quelques temps plus tard :dd:

Merci l'ANSSI :)

c'est rafraichissant, effectivement :chinois:

Édité par WereWindle le 06/06/2017 à 16:12
Avatar de numerid Abonné
Avatar de numeridnumerid- 06/06/17 à 17:38:05

La France, et son arsenal législatif et règlementaire ne change pas à chaque élection. Il est donc, de toute façon, normal de demander au titulaire du poste actuel pourquoi le boulot n'est pas fait. Il est payé pour ça : suivre un dossier, vérifier que le droit qui le concerne est appliqué, ce genre de choses quoi.

Édité par numerid le 06/06/2017 à 17:39
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 06/06/17 à 20:37:53

La souveraineté numérique de la France ?
Bah c'est simple. Open bar pour MS dans l'armée et l'éducation nationale. Circulez, y a rien à voir.

Avatar de Patrick_C. Abonné
Avatar de Patrick_C.Patrick_C.- 06/06/17 à 21:15:09

numerid a écrit :

La France, et son arsenal législatif et règlementaire ne change pas à chaque élection. Il est donc, de toute façon, normal de demander au titulaire du poste actuel pourquoi le boulot n'est pas fait. Il est payé pour ça : suivre un dossier, vérifier que le droit qui le concerne est appliqué, ce genre de choses quoi.

Euh, c'est justement un arsenal législatif en voie de changement sur lequel on l'interroge. Il débarque et on lui demande pourquoi un changement n'a pas été fait. Votre position est assez foutage de gueule, en restant poli.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 06/06/17 à 22:28:02

Il lui demande si un tel programme de surveillance a bien été mis en place par les services de renseignement français

Réponse: "Bah oui, bien sur. En tant que service de renseignement, on ne va pas se priver d'intercepter les flux ADSL"

et, le cas échéant, ce qu’est devenu ce programme.

Réponse: "il va bien merci... Par contre, avec le https partout, faudrait voter une loi pour qu'on puisse accéder aux clés de chiffrement. Merci."

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2