Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Déclaration automatique des revenus issus des plateformes : le Sénat veut une application dès 2018

Revenus vs ventes
Droit 3 min
Déclaration automatique des revenus issus des plateformes : le Sénat veut une application dès 2018
Crédits : vetkit/iStock/ThinkStock

En fin de semaine dernière, les sénateurs ont adopté, en la modifiant quelque peu, l’obligation pour les plateformes de mise en relation de notifier au fisc les revenus de leurs utilisateurs.

Le Sénat a donc voté l’article 19 ter du projet de loi de finances rectificative pour 2016. Cette disposition va avoir des effets mécaniques directs pour les utilisateurs d’eBay, Airbnb, Uber, Priceminister... Du moins ceux qui arrondissent leurs fins de mois via ces intermédiaires.

Ces plateformes devront en effet adresser chaque année à l’administration fiscale une déclaration électronique, mentionnant, pour chacun de leurs utilisateurs présumés redevables de l’impôt en France, tout un lot d’informations :

  • Pour une personne physique, le nom, le prénom et la date de naissance de l’utilisateur ;
  • Pour une personne morale, la dénomination, l’adresse et le numéro Siren de l’utilisateur ;
  • L’adresse électronique de l’utilisateur ;
  • Le statut de particulier ou de professionnel caractérisant l’utilisateur sur la plateforme ;
  • Le montant total des revenus bruts perçus par l’utilisateur au cours de l’année civile au titre de ses activités sur la plateforme en ligne, ou versés par l’intermédiaire de celle-ci ;
  • La catégorie à laquelle se rattachent les revenus bruts perçus ;

Et encore, cette liste n’est pas définitive, puisqu'un décret programmé par le législateur pourra ajouter à ce stock « toute autre information (…) à titre facultatif ou obligatoire », non encore précisées dans le marbre de la loi.

Deux ajustements votés au Sénat

L’article a été voté par les sénateurs avec deux ajustements qui devront être arbitrés avec les députés. 

D’une part, seules seront obligées les plateformes de « mise en relation de plusieurs parties en vue de la vente d'un bien, de la fourniture d'un service ou de l'échange ou du partage d'un contenu, d'un bien ou d'un service » (2° du I. de l’article L111-7 du Code de la consommation).

Sur ce point, l’Assemblée nationale avait vu plus large encore, en intégrant ceux qui classent ou référencent au moyen d’algorithmiques les contenus de tiers, et donc les comparateurs de prix et les moteurs de recherche.

Autre adaptation : alors que les députés voulaient déporter cette obligation au 1er janvier 2019, les sénateurs ont prévu sa mise en œuvre une année plus tôt, au 1er janvier 2018. 

Pour un meilleur recouvrement de l'impôt

Ces dispositions « participent au combat pour un meilleur recouvrement de l'impôt », s’est félicité en séance le sénateur Richard Yung. Dans la logique de l'amendement, les gains calculés par Bercy pourront en effet être déportés dans les déclarations préremplies que doivent signer les contribuables. 

Ajoutons que suite à l’adoption de la loi de finances pour 2016, les plateformes devront adresser également un récapitulatif des transactions à leurs abonnés. Un décret notifié à la Commission européenne est sur la rampe.

Les internautes recevront au final deux documents annuels : ce récapitulatif mais aussi une copie de la notification adressée automatiquement au fisc. 

Une disposition impraticable 

Contacté, Benjamin Moutte-Caruel, ne décolère pas. « La notion de revenus bruts est impraticable » considère le responsable juridique de Priceminister. Et pour cause, ces intermédiaires n’ont connaissance que du montant des ventes cumulées par une personne outre la commission prélevée, mais sans plus. « Et le prix vendu ne quantifie pas le revenu ! »

De même, l’intermédiaire devra souffler à l’oreille du fisc le statut de particulier ou de professionnel caractérisant l’utilisateur. Or, il s’agit d’un critère tout aussi flou, uniquement déclaratif aux yeux des plateformes. Juridiquement, il revient en effet aux tribunaux, in fine, de déterminer si tel utilisateur peut être requalifié en commerçant, parce qu’il a effectivement réalisé des actes de commerce (achats pour reventes, etc.). 

Un problème concurrentiel entre les plateformes

« Cette disposition engendre aussi un vrai problème concurrentiel entre les places de marchés comme Priceminister ou eBay et les sites d’annonces, qui, une fois de plus, ne sont pas concernés ». 

Le risque est que ces couches successives sur ce premier groupe incitent les internautes à se rendre par exemple sur LeBonCoin, qui échappe à une telle régulation. « Et encore, le texte va se heurter aux réalités » ajoute le juriste de Priceminister. Comment faire par exemple lorsqu’une personne ou un foyer a plusieurs comptes, en utilisant des noms différents et des adresses bidon ? 

23 commentaires
Avatar de Liara T'soni INpactien
Avatar de Liara T'soniLiara T'soni- 19/12/16 à 10:45:36

On a une liste précise des plateformes concernées ?

Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 19/12/16 à 10:49:42

il n'y a qu'à taxer a priori tout le monde comme des professionnels, charge revenant au contribuable par la suite de monter un dossier en plusieurs exemplaires pour justifier son statut de non professionnel et après avis d'une commission éventuellement favorable il pourrait se voir notifier la possibilité d'envisager peut-être pour plus tard un remboursement du trop perçu.

Avatar de MarcRees Équipe
Avatar de MarcReesMarcRees- 19/12/16 à 10:53:36

Regarde la disposition du Code de la consommation listée..c'est hypra large.

Avatar de petitevieille INpactien
Avatar de petitevieillepetitevieille- 19/12/16 à 12:09:34

On est ici dans une situation très classique : pour choper une minorité de personnes qui abusent effectivement d'une situation (la possibilité de se générer un revenu au noir via ces plateformes est réelle, et il y a réellement des gens qui en usent), on va mettre la suspicion sur tout le monde. Ce n'est pas blanc ou noir, et déterminer ce qui est réellement du revenu est infaisable en pratique.
Ou alors on souhaite la mort des sites entre particuliers, pour ne faire que du très classique marchand vers client, à l'ancienne.

Concrètement PriceMinister perdra encore un peu plus de particuliers, effrayés par l'éventualité d'un contrôle fiscal. Et ça ira grossir leboncoin, dont les revenus sont essentiellement publicitaires, donc payés par tout le monde - en tout cas tous les clients des annonceurs.

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

picatrix a écrit :

il n'y a qu'à taxer a priori tout le monde comme des professionnels, charge revenant au contribuable par la suite de monter un dossier en plusieurs exemplaires pour justifier son statut de non professionnel et après avis d'une commission éventuellement favorable il pourrait se voir notifier la possibilité d'envisager peut-être pour plus tard un remboursement du trop perçu.

Mieux : il suffit que tout le monde soit salarié par l'état, et que tout paiement pour un bien/service passe par une caisse nationale qui s'occupe de gérer l'imposition et les diverses charges sociales.

Avatar de Liara T'soni INpactien
Avatar de Liara T'soniLiara T'soni- 19/12/16 à 12:15:40

Ah oui merci ! C'est large en effet !

 "les plateformes de mise en relation de plusieurs parties en vue [...] du partage d'un contenu, d'un bien ou d'un service"...

 Le partage de frais est imposable maintenant. C'est parfait. Belle carotte ( ça rend les fesses roses et on sait pourquoi maintenant ).

Édité par Liara T'soni le 19/12/2016 à 12:15
Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 19/12/16 à 12:35:24

ActionFighter a écrit :

Mieux : il suffit que tout le monde soit salarié par l'état, et que tout paiement pour un bien/service passe par une caisse nationale qui s'occupe de gérer l'imposition et les diverses charges sociales.

ça revient à faire de tous des fonctionnaires.
mais si tout le monde est fonctionnaire : qui va faire le travail ? :fumer:

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

picatrix a écrit :

ça revient à faire de tous des fonctionnaires.
mais si tout le monde est fonctionnaire : qui va faire le travail ? :fumer:

Ben comme d'hab, les chinois qui travaillent dans leurs usines :fumer:

Avatar de Graphico INpactien
Avatar de GraphicoGraphico- 19/12/16 à 12:41:13

" il n'y a qu'à taxer a priori tout le monde comme des professionnels, charge revenant au contribuable par la suite de monter un dossier en plusieurs exemplaires pour justifier son statut de non professionnel et après avis d'une commission éventuellement favorable il pourrait se voir notifier la possibilité d'envisager peut-être pour plus tard un remboursement du trop perçu. "

-Trop gros, passera pas !

Avatar de Krogoth Abonné
Avatar de KrogothKrogoth- 19/12/16 à 13:09:46

Et les sites étrangers ne serront sans doute pas concerné ou c'est prévu?

Édité par Krogoth le 19/12/2016 à 13:12
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3
  • Introduction
  • Deux ajustements votés au Sénat
  • Pour un meilleur recouvrement de l'impôt
  • Une disposition impraticable 
  • Un problème concurrentiel entre les plateformes
S'abonner à partir de 3,75 €