4G en outre-mer : les opérateurs se partagent le gâteau, lancement le 1er décembre

Free Mobile en 800 MHz !
Mobilité 4 min
4G en outre-mer : les opérateurs se partagent le gâteau, lancement le 1er décembre
Crédits : hh5800/iStock

L'ARCEP a étudié 25 candidatures et sélectionné les opérateurs qui pourront proposer de la 4G en outre-mer. Parmi les lauréats figure Free Mobile, qui fera son entrée sur plusieurs territoires, aux côtés notamment d'Orange et d'opérateurs locaux.

Via cinq décisions, l'ARCEP a tranché. Le régulateur des télécoms a sélectionné les opérateurs destinés à fournir de la 4G dans les territoires ultra-marins. Sur 25 dossiers déposés en mai, neuf opérateurs ont été retenus dans cinq zones. Des opérateurs nationaux et locaux ont donc obtenu des fréquences, à raison de quatre dans chaque territoire. Désormais, le régulateur échange avec les opérateurs pour les placer précisément dans chaque bande de fréquences, et préparer l'ouverture commerciale prévue au 1er décembre.

Les opérateurs nationaux en tête

Dans les faits, quatre bandes de fréquences seront attribuées aux groupes télécom : 800 MHz (réservées aux trois premiers lauréats), 1 800 MHz, 2,1 GHz et 2,6 GHz. Sur les fréquences les plus prisées, en 800 MHz, Iliad (Free Mobile et Telco OI), Orange et Altice (SRR et Outremer Telecom) s'affichent donc en bonne position. C'est d'ailleurs la première attribution de fréquences 800 MHz pour Free Mobile qui n'avait pas remporté d'enchères en métropole. En Guyane, à Saint Barthélémy - Saint Martin, des fréquences 900 MHz sont aussi de la partie. 

Attribution 4G outre-mer
Crédits : ARCEP

Pour départager les dossiers, l'ARCEP a notamment pris en compte leurs projets de prix, de couverture et de stimulation des usages, autant de points où les acteurs en place sont encore à la peine. Cela en plus de la capacité d'investissement de chaque opérateur candidat.

La cohérence du dossier est aussi un élément important, ce qui a notamment joué contre l'opérateur Nomotech en Guadeloupe et en Martinique, l'ARCEP estimant que la société « présente un plan de déploiement et un dimensionnement de son réseau peu cohérent », en plus d'imprécisions dans d'autres domaines. Contrairement aux opérateurs nationaux, aux moyens plus larges et disposant déjà pour certains d'infrastructures sur place, la société devait monter un plan d'investissement contraignant pour déployer son réseau et couvrir les habitants, pour un montant proposé qui aurait été moindre que ceux de ses concurrents.

Deux opérateurs font leur entrée dans certains territoires

Iliad gagne donc des places en outre-mer, via Free Mobile qui arrive en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint-Barthélémy et à Saint-Martin, et via Telco OI (dont Iliad est actionnaire avec Hiridjee) à La Réunion et à Mayotte. Comme l'indique le groupe (PDF), il propose déjà un réseau 2G et 3G. De son côté, ZEOP Mobile (Groupe Océinde) entre à La Réunion. « Ces nouveaux acteurs stimuleront la concurrence, au bénéfice des consommateurs ultra-marins et du développement de services innovants » se félicite d'ailleurs Bercy dans un communiqué.

Iliad « mettra ainsi un terme aux discriminations tarifaires qui existent aujourd'hui entre les Outre-Mer et la métropole et que rien ne justifie », promet-il. La 4G doit être lancée « dans les prochains mois » à Mayotte et la Réunion, et lancera « sans délai » la construction du réseau dans les autres territoires, pour un budget d'environ 100 millions d'euros.

Le groupe Altice, qui avait demandé des fréquences dans quatre zones via Outremer Telecom et SRR (SFR Réunion), a reçu une réponse positive dans l'ensemble de ses demandes. La société sera donc présente sur tous les territoires ultra-marins, à l'exception de Saint-Barthélémy et de Saint-Martin.

La répartition des fréquences est la même dans les cinq zones, en fonction de la place dans le classement. Orange, qui cumule quatre des cinq premières places, obtient un gain de 5 MHz dans la bande 2,6 GHz par rapport aux 2e et 3e lauréat. Si le 4e sélectionné de chaque zone obtient lui aussi 20 MHz dans cette bande haute, il n'en a aucune en contrepartie dans les 800 MHz, comme indiqué :

ARCEP outre-mer 4G répartition
Crédits : ARCEP

En Guyane, Orange obtient une bande de 9,6 MHz sur les 900 MHz, contre 7 MHz pour Outremer Telecom et 6,6 MHz pour Digicel AFG. À Saint Barthélémy et à Saint Martin, Free Mobile obtient respectivement 4,8 MHz et 4 MHz dans ces fréquences.

Dans sa communication, Bercy promet aussi de surveiller de près le respect de leurs engagements par les opérateurs. Il faut dire que les prix sur place sont encore très élevés par rapport à la métropole, et que les acteurs en 2G et 3G sont pour certains loin d'être irréprochables. Pour mémoire, l'ARCEP avait dû retirer leurs fréquences à trois opérateurs l'an dernier, suite à des retards de déploiements et de paiements.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !