Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La Hadopi lorgne encore sur le jeu vidéo

Jeu vidéodorant
Droit 4 min
La Hadopi lorgne encore sur le jeu vidéo
Crédits : robtek/iStock Editorial/Thinkstock

Après les livres numériques, la Hadopi s’intéresse tout particulièrement aux jeux vidéo dématérialisés. Un simple hasard ? Pas vraiment, dans la mesure où ces deux filières boudent aujourd’hui la riposte graduée, qui n’est alimentée que par les ayants droit de la musique et du cinéma. Explications. 

marché jeux vidéo

 

Le 10 juin dernier, la Hadopi a lancé un énième marché public afin qu’un prestataire externe réalise pour son compte une étude « sur la dématérialisation des jeux vidéo et les nouvelles formes de consommation illicites liées à ce mode de distribution ». En clair, la Haute autorité souhaite en savoir davantage à la fois sur l’utilisation par les Français de jeux vidéo autres qu’en version « boîte », mais aussi sur le piratage de ces mêmes jeux. Proposant en échange jusqu’à 45 000 euros (hors taxes) d’argent public, la Haute autorité a donc exigé une étude se déclinant en deux volets (voir le cahier des clauses particulières, que s'est procuré Next INpact).

 

Premièrement, le prestataire est tenu de réaliser une étude de marché qui se veut assez classique. Il est ainsi question de dresser un état des lieux de la dématérialisation des jeux vidéo (volumes, parts de marché, acteurs en présence, supports de jeu – consoles, mobiles, « avec un focus particulier sur le PC », etc.). Un travail de prospective quant à l’avenir de la dématérialisation des jeux est également souhaité, ce qui devrait passer par une mise au clair des « défis » futurs pour la filière (DRM, types d'offres...).

 

Deuxièmement, c’est une étude quantitative qui est attendue de la part du prestataire. Ce volet devra effectivement permettre d’identifier, en lien avec l’étude de marché, « l’impact de la dématérialisation sur la consommation illicite et le « piratage » : évolution des pratiques illicites, apparitions de nouvelles pratiques (fraude, contrefaçon, vol de compte, vol de coordonnées bancaires, reventes de clés d’activation, contournement de DRM, mise en place de serveurs parallèles, copie de jeux déprotégés, importation de l’étranger, etc.) » ainsi que « l’impact de ces nouvelles pratiques sur les offres licites » cette fois.

Une étude toute particulière des pratiques illicites qui ne semble pas désintéressée

Dans le cadre de ce second volet, le meneur de l’étude est également chargé de sonder au maximum les joueurs, puisque la Hadopi souhaite « connaître la notoriété et la perception des pratiques illicites et de piratages liées à la dématérialisation, ainsi que les risques perçus pour les joueurs ». En somme, l’institution veut savoir si les adeptes de jeux vidéo dématérialisés sont de près ou de loin des pirates (il est d'aillleurs en ce sens question d’« identifier la part de joueurs ayant déjà rencontré ces pratiques illicites »), et surtout s’ils ont connaissance des risques qu’ils encourent.

 

Car ce sujet n’a rien d’anodin. En effet, l’industrie vidéoludique n’a toujours pas frappé Rue du Texel afin de demander à participer au dispositif de riposte graduée. Aujourd’hui, seuls les ayants droit de la musique et du cinéma transmettent des adresses IP à la Haute autorité (SACEM, SDRM, ALPA, SCPP et SPPF). Autrement dit, il est impossible de recevoir un avertissement de la Hadopi en raison du téléchargement illégal d'un jeu vidéo. Or pour la l'institution, le secteur du livre et du jeu vidéo auraient vocation à être de la partie, comme l’a rappelé avant-hier Mireille Imbert-Quaretta.

 

« Hadopi a vocation à traiter l’ensemble des contenus culturels, a ainsi déclaré la présidente de la Commission de protection des droits de la Hadopi. Nous avions eu des contacts avec le secteur du jeu vidéo, qui, d’abord intéressé, n’a pas été plus loin. Nous ne sommes donc pas saisis par les autres secteurs que la musique ou l’audiovisuel, mais nous voulons être en capacité, si le jeu vidéo souhaite recourir finalement à la réponse graduée, de pouvoir traiter leurs signalements sans entamer sur les autres parties. »

 

Le tout ressemble donc à un nouvel appel du pied, d’autant qu’il est précisé que « pour la conduite de l’étude, l’Hadopi pourra s’appuyer sur le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV), représenté par Monsieur Pierre Forest, membre du Conseil d’Administration ». On rappellera au passage que ce n’est pas la première fois que l’institution lance une étude dédiée au jeu vidéo, puisque de précédents travaux ont été conduits et dévoilés l’année dernière (voir notre article à ce sujet). La Haute autorité soutient néanmoins que ses programmes d’études sont « complètement décorellés des questions [liées à la] réponse graduée ».

 

Mario et Sonic aux Jeux Olympiques de Sotchi 2014

 

Notons enfin qu’en prévision des entretiens à réaliser pour cette nouvelle étude, la Hadopi avertit son futur prestataire qu’elle « fournira une partie de la liste de contact, et aidera si nécessaire au recrutement des personnes à interroger ». Aussi, à propos de l’indépendance du titulaire du marché, l’institution indique qu’elle « propose des orientations ou sollicite des corrections sur la présentation formelle des livrables ou sur le cadrage de l’enquête ».

 

L’étude est censée débuter d’ici à la fin du mois, et la Rue du Texel attend un rapport final complet pour la mi-octobre. 

54 commentaires
Avatar de Airmanbzh Abonné
Avatar de AirmanbzhAirmanbzh- 18/07/14 à 07:20:52

elle « propose des orientations ou sollicite des corrections sur la présentation formelle des livrables ou sur le cadrage de l’enquête »

Une étude faite dans la plus grande neutralité apparemment :non:

Avatar de Groumfy INpactien
Avatar de GroumfyGroumfy- 18/07/14 à 07:29:34

Quand on voit les rabais -notamment- sur Steam, le piratage devient scandaleux. Certains jeux coutent moins cher qu'une pinte dans un bar.

Il suffit de ne pas être pressé et ça fait de super moments en jeux solos. Et dans mon cas, une quantité de jeux "à finir quand j'aurais le temps".

Pour les jeux récents et multi d'Activision et EA, il faut passer à la caisse. Il y a quand même suffisamment de choix sur le marché pour éviter ces deux pompes à fric...

Avec 0€ de budget, on peut même se rabattre sur le gratuit. Il y a quelques années, on trouvait des occasions en magasin pour 20€/40€...

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 18/07/14 à 07:36:47

Et je ne sais pas pourquoi mais je sens qu'il vont rester coincer sur les Linker DS (et pas 3DS, moins de 5ans, c'est trop récent) et passer à la trappe les promo Steam, la chute des prix des jeux vidéo après leur sortie (en 1an, ça peut aller très vite), Steam qui à pousser à faire des stores de JV correcte....
Et même souvent, dans les pratiques, sur PC principalement, le piratage précède souvent l'achat, faute d'une démo correct.

Je pense que le jeu vidéo a eu le droit pratiquement dès sa naissance la copie illégale, mais que l'industrie ayant vécu avec a dû s'adapter, évoluer et même parfois tirer profit de cette pub.

importation de l’étranger

Ha, ça pose un problème ? Les jeu vidéo boite import UK et les clés steam Russe c'est interdit ?

Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 18/07/14 à 07:37:37

Et l'occasion juste que quand encore (le tout de voir de jolies pochettes)? (parce que le démat, ça ne m'a jamais trop attiré, mais ça encombrerait moins mes placards :transpi:):transpi::transpi:

:ouioui:

Avatar de tAran INpactien
Avatar de tArantAran- 18/07/14 à 07:38:25

Premièrement, le prestataire est tenu de réaliser une étude de marché qui se veut assez classique. Il est ainsi question de dresser un état des lieux de la dématérialisation des jeux vidéo (volumes, parts de marché, acteurs en présence, supports de jeu – consoles, mobiles, « avec un focus particulier sur le PC », etc.).

Ca aurait été tellement plus porteur de faire le focus sur le mobile... Mais bon, passons... :roll:

Avatar de Shaddei INpactien
Avatar de ShaddeiShaddei- 18/07/14 à 07:38:40

Groumfy a écrit :

Quand on voit les rabais -notamment- sur Steam, le piratage devient scandaleux. Certains jeux coutent moins cher qu'une pinte dans un bar.

Il suffit de ne pas être pressé et ça fait de super moments en jeux solos. Et dans mon cas, une quantité de jeux "à finir quand j'aurais le temps".

Pour les jeux récents et multi d'Activision et EA, il faut passer à la caisse. Il y a quand même suffisamment de choix sur le marché pour éviter ces deux pompes à fric...

Avec 0€ de budget, on peut même se rabattre sur le gratuit. Il y a quelques années, on trouvait des occasions en magasin pour 20€/40€...

Je suis tout à fait d'accord. Pourtant, la plupart des gens que je connaisse qui joue à des jeux piratés le font simplement pour avoir une idée du jeu pour ensuite passer à l'acte et l'acheter. Bien que je ne sois pas dans ce cas, faut reconnaître qu'en ce moment, les démos n'existent plus trop (surtout sur PC) et que si le consommateur ne veut pas être déçu, il n'a que très peu de moyen simple de se faire une idée d'un jeu (un ami possède déjà le jeu ou piratage...).

Avatar de Elwyns INpactien
Avatar de ElwynsElwyns- 18/07/14 à 07:39:41

Groumfy a écrit :

Quand on voit les rabais -notamment- sur Steam, le

Avec 0€ de budget, on peut même se rabattre sur le gratuit. Il y a quelques années, on trouvait des occasions en magasin pour 20€/40€...

sauf qu'a part les jeux inférieur à 2008 ( au doigt mouillé ) je te défis de trouver un jeu d'occasion Pc , et vient pas me dire que y a COD si c'est pour racheter derrière une clé CD pour réactiver le jeu .

j'ai cherché dans 4 magasins d'occasions ils ont plus 1 jeu PC

Édité par elwyns le 18/07/2014 à 07:40
Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 18/07/14 à 07:52:25

Sur le coup ça me gêne pas. Tous mes jeux sont légalement obtenu. Je suis PUR à 100%.

Avatar de Takoon INpactien
Avatar de TakoonTakoon- 18/07/14 à 07:52:39

On est en 2014 et ils lancent un appel d'offre....
et dire que j'étais déjà abonné aux compils des Réplicants en 1990/1992...
:francais:

Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 18/07/14 à 07:53:37

Elwyns a écrit :

sauf qu'a part les jeux inférieur à 2008 ( au doigt mouillé ) je te défis de trouver un jeu d'occasion Pc , et vient pas me dire que y a COD si c'est pour racheter derrière une clé CD pour réactiver le jeu .

j'ai cherché dans 4 magasins d'occasions ils ont plus 1 jeu PC

Juste une question. Quel intérêt de chercher des occasions quand le jeux tu le trouve à 2€? Avoir des occasions à 0.5€?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6