Transition écologique : le gouvernement lance son incubateur « Green Tech »

À quand la Pass Tech ? 24
image dediée
Applications

Le ministère de l’Écologie a inauguré hier son incubateur « Green Tech », destiné à accompagner 50 start-ups dans le développement de projets dédiés à la transition énergétique. Au programme : thermostat intelligent, géolocalisation des transports publics, détecteur de pesticides, etc.

Chacune des entreprises retenues suite à cet appel à projets pourra bénéficier « pour démarrer » de 150 000 euros. Le ministère de l’Écologie proposera également l’appui de son « réseau scientifique et technique » : Ademe, IGN, Météo-France... Autant d’institutions qui disposent de précieuses données, notamment cartographiques et météorologiques, auxquelles ces start-ups devraient donc avoir accès. « Les plus prometteuses d’entre elles » bénéficieront ensuite d’un second financement pouvant atteindre les 500 000 euros.

Sélectionnées par un jury présidé par la ministre Ségolène Royal, ces 50 start-ups devront proposer des solutions à 14 défis identifiés par le gouvernement dans les principaux secteurs de la transition écologique :

Économies d’énergie

  • Compteur individuel de chauffage dans le logement collectif.
  • Objet connecté et application liés aux compteurs intelligents (électricité et gaz) permettant la réduction de la facture énergétique des ménages.
  • Numérisation de l’éclairage public.

Énergies renouvelables

  • Application favorisant l’autoconsommation et l’effacement chez les particuliers.

Bâtiment

  • Carnet numérique de suivi et d’entretien des bâtiments et logements qui centralise les différentes données : diagnostics, plans et travaux de performance énergétique.

Transports

  • Application de recensement et de partage des services liés au véhicule électrique.
  • Solution de géolocalisation en temps réel facilitant l’accès aux transports publics et privés aux citoyens, par territoire, prenant en compte l'état du trafic, la qualité de l’air...

Risques

  • Système participatif d’alerte en cas de catastrophe naturelle (notamment inondations).

Économie circulaire

  • Répertoire numérique des compositions des produits en vue de faciliter leur réutilisation ou leur recyclage.
  • Calculateur individuel du volume de déchets pour l’optimisation de la collecte.

Santé et environnement

  • Détecteur (reconnaissance et mesure) de pesticides dans les fruits et légumes.
  • Calculateur individuel de qualité de l’eau, de l’air et du niveau sonore dans l’habitat et les espaces collectifs.

Biodiversité

  • Annuaire numérique d’impact sur la biodiversité par territoire des aménagements publics et privés.
  • La grande application de la biodiversité dans les territoires : inventaire, gestes écoresponsables...

Plusieurs de ces défis correspondent à des projets d’ores et déjà prévus par la récente loi de transition énergétique, à l’image du « carnet de santé numérique » des logements, qui sera obligatoire pour toutes les constructions neuves dont le permis de construire aura été déposé à compter du 1er janvier 2017 (voir notre article).

Certains remarqueront enfin que l’exécutif cherche à développer des solutions permettant d’optimiser les trajets en transports en commun alors que dans le même temps, il n’a toujours pas pris le décret d’application de l’article 4 de la loi Macron... Celui-ci impose pourtant la mise en Open Data, avant la mi-novembre 2015, des données détenues par les transporteurs et autres fournisseurs de services de mobilité de type Autolib ou Blablacar : horaires en temps réel, arrêts, accessibilité aux personnes handicapées, etc.

Publiée le 10/02/2016 à 16:20
Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...