Star Wars Battlefront a sauvé le dernier trimestre d'EA

Que la force des DLC soit avec vous 12
image dediée
Finances ANALYSE

Electronic Arts a publié ses résultats pour le troisième trimestre de son exercice fiscal 2016. Star Wars Battlefront a finalement bien rempli son rôle de locomotive et a tiré vers le haut les résultats de l'éditeur, qui a néanmoins perdu quelques plumes au passage.

Il s'en sera fallu de peu pour Electronic Arts. Début décembre, Gamestop, le plus gros revendeur de jeux au monde, clamait que l'éditeur ne tiendrait jamais son objectif d'écouler 13 millions de copies de Star Wars Battlefront d'ici fin mars. Le PDG de la chaîne de magasins affirmait ainsi au sujet du titre que « Nous n'allons pas donner de chiffre exact, mais nous avions de grandes attentes, qui ont diminué en se rapprochant du lancement, et il n'a pas réussi à atteindre cet objectif réduit ».

Peter Moore, le directeur exécutif d'EA lui, affirmait se  « sentir très à l'aise quant au fait que nous allons remplir l'objectif que nous avons donné aux analystes, aux investisseurs et à Wall Street ». Et c'est finalement lui qui a eu raison. Battlefield Star Wars Battlefront s'est écoulé à plus de 13 millions d'exemplaires, dont un million unités vendues en pack avec des consoles de salon. Et en plus de cela, l'éditeur a rempli la quasi-totalité des objectifs qu'il avait promis à ses investisseurs. 

Tout est dans les clous, ou presque

Bien aidé par les ventes de son jeu phare, Electronic Arts a réalisé un trimestre solide, avec un chiffre d'affaires (GAAP) de 1,07 milliard de dollars, tout juste dans la fourchette prévue. Les pertes nettes, classiques à cette période de l'année en raison des importantes dépenses faites pour la promotion des jeux et des délais de paiement des revendeurs, s'élèvent quant à elles à 45 millions de dollars, contre des prévisions à 52 millions de dollars.

Seul problème, la marge brute de l'éditeur s'est effondrée d'une année sur l'autre, passant de 64,4 % à seulement 49 %. L'explication de ce changement est toute simple : c'est encore de la faute de Star Wars Battlefront.

EA Q3 FY16EA Q3 FY16

Si le jeu a profité de très fortes ventes pendant la période des fêtes, le mix entre copies physiques (sur lesquelles l'éditeur marge moins) et copies dématérialisées n'était pas vraiment en faveur d'EA. De très nombreuses personnes ont en effet acheté des versions physiques du jeu pour les placer sous le sapin.

Les ventes de DLC et de micro-transactions se sont quant à elles relativement bien portées, avec 360 millions de dollars (sur un chiffre d'affaires non-GAAP de 1,8 milliard de dollars) bien aidées par les modes « Ultimate Team » des jeux de sport, qui continuent de faire recette. Lors de l'exercice fiscal précédent, ces seuls modes avaient généré 580 millions de dollars de chiffre d'affaires. Et il n'y a pas de zéro en trop.

Des objectifs ambitieux

Ce petit contretemps n'a toutefois pas calmé les ardeurs d'EA pour les prochains trimestres. L'éditeur s'attend toujours à réaliser un chiffre d'affaires annuel de 4,36 milliards de dollars, une marge brute de 69,1 % et à un bénéfice net annuel de 740 millions de dollars. Des chiffres que bien des concurrents peuvent lui envier, à l'exception peut-être d'Activision-Blizzard.

Pour parvenir à ce résultat, Electronic Arts s'attend à devoir réaliser un chiffre d'affaires de 1,27 milliard de dollars, une marge brute record de 82,5 % et un bénéfice net de 483 millions de dollars. L'éditeur sera aidé dans cette tâche par le lancement d'Unravel, de Plants vs Zombies Garden Warfare 2 et des DLC de Star Wars Battlefront

Un calendrier chargé d'ici mars 2017

Pour la suite, Electronic Arts s'appuiera sur un calendrier de lancement des plus chargés. Outre les classiques jeux de sport réédités chaque année, il est question d'un nouveau Titanfall, mais surtout de Mass Effect Andromeda d'ici la fin du mois de mars 2017.

Pour l'heure peu de détails sont connus sur ces titres, mais l'éditeur promet d'en dire davantage à leur sujet plus tard dans l'année. On rappellera qu'Electronic Arts a décidé de ne pas louer de stand lors de l'E3 pour privilégier sa nouvelle convention EA Play qui se déroulera à Los Angeles et Londres en marge du salon.

E3 2014 EA Mass Effect
Mass Effect Andromeda - E3 2014

Réalité virtuelle et nouvelles consoles

Lors de la séance de questions-réponses qui a suivi la présentation des chiffres trimestriels d'EA, des analystes se sont interrogés sur le parc actuel de consoles de nouvelle génération. L'éditeur estime ainsi que « les ventes de consoles ont progressé sur la fin de 2015, notre estimation est d'environ 55 millions d'unités installées, ce qui a dépassé toutes les prévisions pour l'année et représente 50 % de machines en plus que lors du cycle précédent ». Étonnamment, l'éditeur n'a pas parlé une seule fois de la future NX de Nintendo.

En sachant que Sony a déjà clamé haut et fort avoir vendu 35,9 millions de PlayStation 4 au 3 janvier 2016, cela nous permet de savoir que Microsoft a vendu approximativement 19 millions de Xbox One. Un chiffre que le constructeur ne confirmera pas lors de la présentation de ses résultats trimestriels, sur lesquels nous reviendrons très prochainement. 

Dernier dossier chaud, celui de la réalité virtuelle. Interrogé sur ses investissements dans ce domaine, l'éditeur a répondu de but en blanc que ce n'était pas sa priorité pour le moment. « Comme nous l'avons déjà dit, nous croyons que la réalité virtuelle deviendra une part importante de notre industrie. Et nous croyons qu'il y a quelques années devant nous avant qu'elle ne représente une part significative de notre industrie ». EA investit toutefois au niveau de son moteur Frostbite afin de le rendre compatible avec ce type d'utilisation sur n'importe quel support.

En bourse, les marchés n'ont pas vraiment accueilli ces résultats avec enthousiasme. L'action EA recule de 8 % dans les échanges après clôture de la dernière séance. Cela permet à l'éditeur d'être encore valorisé à un peu plus de 20 milliards de dollars. Activision Blizzard est à titre de comparaison évalué à 24,9 milliards de dollars, et Ubisoft à 2,9 milliards de dollars.

Publiée le 29/01/2016 à 14:00
Kevin Hottot

Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo. Passionné par le Dogecoin, le financement participatif. Ne se déplace jamais sans son poney.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...