[Édito] Et si les opérateurs mobiles français proposaient de la data illimitée ?

I have a dream 110

Il y a un an quasi jour pour jour, nous nous demandions dans un édito si l'accès à internet fixe allait mourir. Un titre volontairement provocateur qui impliquait un usage internet passant exclusivement par le mobile. Si cela peut paraître insensé, notamment du fait de la congestion des réseaux, il n'empêche qu'en complément de la fibre optique, un forfait 4G (LTE) totalement illimité, ou avec une limite très élevée, aurait un véritable sens. Explication.

Orange 4G mai 2013

Qui a eu cette idée folle ? 

L'an passé, l'idée (un peu folle) d'un internet passant uniquement par les réseaux mobiles nous traversait l'esprit. Nous avancions alors plusieurs arguments. Financièrement tout d'abord : alors que relier chaque foyer en fibre optique est coûteux, hormis dans les très grandes villes, et terriblement long, le haut débit via mobile est bien moins cher à mettre en place. Ensuite, au niveau des protocoles : depuis l'an passé, les forfaits mobiles ressemblent enfin à de véritables forfaits internet, ou tout du moins ils s'en rapprochent grandement hormis les limites de Go. L'époque où seul l'accès au web et aux emails était autorisé appartient au passé pour la plupart des offres,Orange fait toujours de la résistance par exemple. Enfin, nous notons qu'un nombre croissant de personnes surfent exclusivement via leur mobile. Une habitude qui devrait se développer avec le temps.

Un an plus tard, où en sommes-nous ? Des forfaits 4G ont éclos, avec des débits supérieurs à l'ADSL et parfois équivalents voire meilleurs que la fibre optique. Quant à la couverture de la population, elle reste encore secondaire mais ne cesse de progresser, et il est certain que d'ici deux ans elle n'aura rien de ridicule. Il existe toutefois encore deux problématiques à ce jour : Free Mobile reste mystérieux sur ses offres 4G, et les limites en Go proposées par ses concurrents sont pour l'instant ridicules. Comment penser qu'avec un débit de 50 Mb/s par seconde (par exemple), un forfait de 3, 4 ou 5 Go peut suffire ?

100 Go/mois ou de l'illimité, certains le font déjà (à l'étranger)

En mai dernier, nous rappelions que si la France était désormais compétitive dans le marché mobile, en particulier sur la voix et les SMS/MMS, elle ne l'était pas du tout au niveau des forfaits internet mobiles. Il faut dire que certains pays proposent des limites de téléchargement de 100 Go par mois. Un nombre qui parait irréel en France et qui serait largement suffisant pour de petits surfeurs. Certains opérateurs vont jusqu'à proposer des forfaits 3G ou 4G sans aucune limite de téléchargement. Et il s'agit de pays développés et même parfois comparables à la France, puisque l'on parle des USA, du Royaume-Uni et de la Finlande. Preuve qu'il est possible de proposer des offres vraiment intéressantes. En Finlande, Saunalahti (Elisa) propose par exemple pour 22,80 euros par mois un forfait de 300 minutes d'appel, 25 SMS, et surtout un accès internet mobile illimité en 4G avec des débits de 50 Mb/s.


T-Mobile 4G


En France, il est tout à fait possible d'obtenir ces débits. Mais avec de telles limites que son intérêt est bien trop faible. Aujourd'hui, un forfait totalement illimité sans « Fair use » serait un choc trop important pour nos si chers opérateurs, si habitués à enfermer et restreindre leurs abonnés. Mais si l'on peut aisément comprendre leur besoin de gestion afin d'éviter l'engorgement des réseaux, ceci dans le but d'offrir un bon débit peu importe l'heure, nous pouvons, ou plutôt, nous devons sérieusement penser à relever les barrières actuelles. Sans aller jusqu'à illimité ni même à 100 Go, un forfait de 50 Go avec un débit assuré en 4G de 50 Mb/s serait déjà plus agréable à exploiter, quitte à ce que ce super forfait soit (légèrement) plus onéreux que les offres actuelles. Cela aurait en tout cas plus de « gueule » et susciterait assurément un appétit important de la part des Français.

Internet sur le réseau mobile, un passage obligé

Aujourd'hui, la plupart des pays peu développés n'ont pas un bon réseau de lignes fixes et au regard des coûts que la fibre optique engendrerait, miser sur le mobile semble être la solution la plus sage, tout du moins à court terme. En Afrique et en Asie par exemple (hors Japon et Corée), passer par le mobile pour surfer est ou sera une évidence. La Chine compte d'ailleurs depuis fin 2012 plus de mobinautes que d'internautes sur ordinateur. Une tendance qui devrait se conforter dans le futur et qui ne concernera pas uniquement la Chine.

Internet mobile

Pour la France, la logique est bien sûr différente. Le marché est largement assez mature pour déployer le FTTH dans les grandes et moyennes villes assez rapidement. Le réseau de Numericable est d'ailleurs assez vaste, et Orange tout comme SFR ont franchement accéléré ces derniers mois, au point que leur recrutement d'abonnés à la fibre commence à décoller et même à parfois surpasser celui des clients ADSL. Preuve qu'un changement s'amorce dans l'Hexagone, après des années de galère où la France a vu son retard sur certains pays devenir abyssal, et en particulier le Japon et la Corée.

Une couverture de la population largement en avance sur le programme

Du côté de la 4G, si du retard il y a sur quelques pays, tout semble indiquer qu'un rattrapage rapide est tout à fait possible. Ceci bien que certains pays pensent déjà à la LTE Advanced (la vraie 4G), qui permettra des débits de 1 Gb/s, ce qui n'est pas du tout le cas en France. Il faudrait pourtant déjà s'y préparer, au moins sur la théorie. Mais nous pouvons déjà rêver à une 4G (LTE) disponible pour une forte partie de la population d'ici quelques années. L'ARCEP impose d'ailleurs aux quatre opérateurs un taux de couverture de 25 % d'ici fin 2015, 60 % d'ici fin 2019 et 75 % d'ici fin 2023. Des dates ridicules quand on sait que d'ici la fin de cette année, Orange et SFR devraient dépasser les 30 % de la population, et Bouygues les 40 %. Du fait de cette avance historique, en particulier quand on se remémore les retards de la 3G, nous pourrions donc rêver qu'un nombre important de Français ne disposant pas d'une ligne en fibre optique (ou même d'un accès ADSL de bonne qualité), puissent surfer dans de très bonnes conditions en 4G dans un avenir très proche. Encore faut-il que les forfaits suivent et que les limites de Go explosent...

Terminons enfin sur le mystère Free Mobile. Alors que ses concurrents communiquent comme jamais sur la 4G, le quatrième opérateur reste discret. Tout au plus se contente-t-il de quelques piques envers ses concurrents en se moquant de leur couverture 4G, tel un boomerang faisant suite aux critiques de ces mêmes opérateurs sur la couverture 3G de Free Mobile. Reste que ce silence de mort de la part de la filiale d'Iliad alimente logiquement bien des fantasmes. Nous pourrions ainsi nous attendre à une couverture supérieure à 50 % dès le lancement de ses offres 4G. Des offres qui pourraient être celles proposées actuellement, ce qui signifie que tous les clients disposant d'un smartphone 4G profiteront automatiquement et aux mêmes tarifs des débits LTE de l'opérateur. Mais c'est surtout une offre supérieure, avec plusieurs dizaines de Go de données disponibles, qui infligerait une véritable claque aux concurrents. Reste à savoir si Free Mobile peut techniquement proposer un tel forfait.

Publiée le 15/06/2013 à 09:42
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...