Le Gouvernement inflige un nouveau revers à la Radio Numérique Terrestre

Bientôt la Radio Numérique Enterrée ? 64

Le Gouvernement vient d’annoncer qu’il ne demandait pas pour l'instant de fréquences de Radio Numérique Terrestre pour le groupe Radio France. Ce faisant, il porte un sérieux coup de semonce au projet de RNT, déjà rejeté par les grands groupes privés comme RTL ou NRJ.

radio

En gestation depuis 2005, le projet de RNT a récemment été relancé par le Conseil supérieur de l’Audiovisuel, qui a ouvert il y a cinq mois un appel à candidatures pour les villes de Paris, Marseille et Nice. Au mois de mai, cet appel était étendu à 20 nouvelles zones, et annonçait un déploiement de la RNT sur l’ensemble du territoire métropolitain pour 2015.

 

Toutefois, le ministère de la Culture a annoncé aujourd’hui que le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault ne sollicitait pas de fréquences de diffusion RNT pour le groupe Radio France (France Inter, France Info, France Culture,...) et Radio France Internationale (RFI), et ce dans le cadre des appels à candidatures pour les villes de Paris, Marseille et Nice. D’après la Rue de Valois, « ces appels à candidature s’inscrivent dans un environnement économique et technologique très incertain, sans que les expériences conduites dans d’autres pays européens permettent de lever ces incertitudes ».

 

Surtout, le ministère de la Culture avance des raisons financières : « le lancement à grande échelle de la RNT engendrerait des surcoûts significatifs pour les radios publiques, liés à la nécessité devant laquelle elles se trouveraient de diffuser à la fois en modulation de fréquences et en numérique ». De la sorte, le Gouvernement rejoint la position de plusieurs groupes privés, comme Lagardère, NextRadioTV, NRJ et RTL, qui ont déjà officiellement renoncé à ce projet « sans aucune perspective de retour sur investissement et de nature à mettre en jeu les emplois du secteur ». En mai dernier, ces derniers expliquaient effectivement que « l’avenir de la radio numérique se fera via les réseaux IP », refusant dès lors de dépenser des millions d'euros « en pure perte ».

 

radio france

 

Mais le Gouvernement tente de sauver la face, assurant qu’il se réserve « la possibilité d'un engagement futur » en fonction des « résultats des travaux initiés sur le sujet ». De plus, le ministère de la Culture a annoncé qu’une étude sur « les usages de réception de la radio des Français situés en zones rurales recevant moins d'une dizaine de services en  bande  FM » allait être menée en lien avec le CSA, afin d’« éclairer la réflexion sur les complémentarités à rechercher avec d'autres modes de réception, qu'il s'agisse de la RNT, de la radio hybride par voies satellitaire et terrestre, ou de la radio sur internet aujourd'hui en plein développement ».

 

Enfin, la rue de Valois indique que le Gouvernement « envisage de prendre prochainement un arrêté d’autorisation de la norme DAB+, qui coexisterait ainsi avec la norme T-DMB, et enrichirait la période d’expérimentation en offrant  deux  voies  techniques  pour  faire de la RNT, avec leur particularités de coûts et de modalités opératoires ». 

Publiée le 06/09/2012 à 17:45
Publicité


chargement
Chargement des commentaires...