Opera veut réduire drastiquement sa consommation d'énergie

Frapper là où ça fait du bien 19
En bref
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

Opera travaille actuellement sur une réduction drastique de la consommation d’énergie de son navigateur. Dans ses tests, l’éditeur n’hésite pas à monter au créneau et à annoncer jusqu’à 49 % de mieux qu’une séance de navigation avec Chrome, décidément dans le collimateur.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Opera écoute. L’éditeur surveille de près les plaintes des utilisateurs pour se concentrer sur des fonctionnalités qui pourraient clairement renouveler son image. C’est ainsi que l’on a vu débarquer un bloqueur de publicités directement intégré dans le moteur de rendu. Quitte d’ailleurs à bloquer tout le monde sans discernement, aussi bien les sites qui en abusent que ceux qui établissent des politiques responsables.

Désactiver tout ce qui peut l'être

Après la publicité, voici donc la consommation d’énergie. Opera veut être le navigateur que l’on vient chercher lorsqu’on veut épargner sa batterie. La récente version 38 bêta ajoute donc un mode économie d’énergie qui s’active automatiquement quand la machine n’est plus branchée sur le secteur. Cette nouvelle mouture se destine donc avant tout aux ordinateurs et aux tablettes, jusqu’à ce que la fonction arrive dans les déclinaisons mobiles.

Ce mode influe sur plusieurs éléments, notamment les onglets en arrière-plan, en réduisant leur activité. Cette idée de couper tout ce qui peut l’être est en fait appliquée. Par exemple, en réveillant le processeur moins souvent pour lui faire faire des calculs JavaScript, la planification des tâches étant « optimisée ». Idem, tout plugin non-utilisé est mis en pause, le nombre d’images par seconde est réduit à 30 pour l’ensemble des contenus et les animations dans les thèmes sont stoppées.

Tout couper, y compris les publicités

À session de navigation équivalente, l’activation de cette fonctionnalité permet à Opera de clamer offrir un gain de 40 % par rapport à Chrome, qui reste le navigateur à abattre. On retrouve le blocage publicitaire puisque, cumulé à la réduction de consommation, il permet de faire grimper le gain jusqu’à 49 %. Plus précisément, la session avec Chrome durait 3h32, contre 4h24 avec le mode économie et 5h06 avec le blocage publicitaire en plus.

En fait, les chiffres donnés par Opera ne sont pas forcément significatifs, l’éditeur précisant lui-même que ces valeurs dépendent de la machine utilisée, du système d’exploitation et ainsi de suite. Par contre, il est intéressant qu’un accent particulier soit mis sur la consommation énergétique, certaines pages web étant particulièrement gourmandes. Dommage cependant qu’aucune comparaison n’ait été faite avec Edge, Microsoft ayant justement travaillé ce point.

Ceux qui veulent en savoir plus à ce sujet pourront consulter le billet de blog d’Opera, qui contient notamment des détails sur la méthodologie – dans les grandes lignes, une simulation d’activité sur plusieurs sites chargés dans des onglets séparés.

OS X : la version 10.9 réclamée au minimum

Outre cet apport, Opera 38 assouplit la gestion des listes de blocage publicitaire. Désormais, l’utilisateur peut importer ses listes personnalisées. Il est cependant demandé qu’elles soient au format EasyList, permettant de récupérer toutes celles proposées par ce dernier. Rappelons cependant que les listes classique et EastPrivacy sont déjà actives par défaut.

Quelques autres points sont à signaler. Par exemple, l’utilisation de ses propres photos pour la composition des thèmes est plus évidente. On ne pourra plus supprimer par erreur une vignette dans le Speed Dial en cliquant sur la croix. Cette dernière est remplacée par un lot de trois petits points permettant d’ouvrir un menu.

Enfin, et c’est un point important, Opera 38 fait le ménage dans le support d’OS X. Les versions 10.6, 10.7 et 10.8 disparaissent, réclamant au moins la 10.9 (Mavericks) pour fonctionner. Un ménage similaire à ce qui était fait sur Chrome récemment. Pas une surprise puisque les deux navigateurs ennemis partagent la même base (Chromium).


chargement
Chargement des commentaires...