I/O : Google progresse sur les assistants personnels, le chat et la réalité virtuelle

Android N pour Nachos ? 66
En bref
image dediée
Services
Guénaël Pépin

Ce soir, Google a affirmé une tendance de fond : l'intégration de plus en plus poussée des assistants personnels dans ses produits. Cela en plus de nouveaux services de messagerie, des améliorations d'Android et de Studio, ainsi que d'un nouveau programme de réalité virtuelle.

Google a commencé sa conférence par la litanie habituelle de statistiques. Parmi elles, il est à noter que 20 % des recherches Google sur mobile sont désormais lancées par voix. La recherche est d'ailleurs la première emphase de cette conférence, avec plusieurs lancements à la clé.

Un assistant et une enceinte connectée pour la maison

Sundar Pichai, le patron du groupe, a présenté le Google Assistant, qui permet d'exploiter le Knowledge Graph du moteur de recherche, pour l'interroger sur quantité de sujets. Il permet par exemple de pointer un smartphone vers un monument pour obtenir le nom de son créateur.

Comme d'habitude, le groupe met l'emphase sur les conversations et la prise en compte du contexte. L'assistant est ainsi capable de commander lui-même des tickets de cinéma à partir de critères vagues donnés dans une conversation, affiche Google. Cette compréhension du contexte est notamment permise par l'entrainement intensif des algorithmes, dernièrement avec des romans d'amour, comme l'a annoncé dernièrement l'entreprise.

Comme attendu, le groupe a également présenté Google Home, son équivalent à Amazon Echo, un objet qui permet de « dialoguer » avec son assistant personnel et gérer des tâches quotidiennes. L'entreprise promet qu'il sera plus tard capable de gérer des actions en dehors de la maison, via l'ouverture à des services tiers. Comme Echo, il est proposé sous la forme d'une enceinte portable, qui permet de jouer de la musique à partir de services ou via Google Cast, un protocole désormais supporté par la majorité des services audio actuels.

Google I/O

Un nouveau service de messagerie instantanée, Allo

Seconde étape, deux nouvelles applications de communication. La première, nommée Allo, propose de revisiter la messagerie instantanée en s'appuyant sur le numéro de téléphone et en intégrant l'Assistant présenté auparavant. Il propose quelques éléments supplémentaires, comme la personnalisation du fond d'une conversation, de la taille du texte d'un message ou l'annotation d'une photo.

Google oblige, Allo est capable de suggérer des réponses en fonction des questions posées par l'interlocuteur.  Des « smart replies » qui ne sont plus une nouveauté dans le secteur. L'inspiration graphique et fonctionnelle est d'ailleurs évidente : WhatsApp, qui s'appuie également sur le numéro de téléphone et insiste largement sur la personnalisation graphique. 

Comme avec le clavier virtuel Gboard et l'application de partage Spaces, l'idée est de pouvoir chercher et intégrer du contenu extérieur sans sortir de l'application. Google en profite également pour présenter son chatbot @google, censé pouvoir répondre à tout type de question, en apportant la réponse directement dans l'interface de chat.

Allo disposera également d'un mode de conversation « incognito » (comme la navigation privée de Chrome), qui introduit plusieurs nouveautés inédites pour Google. Ces discussions seront ainsi chiffrées de bout en bout, signalées par des notifications privées sur Android et pourront expirer. Des fonctions qui rappellent cette fois (très) fortement ce qui fait actuellement le succès de Telegram. Reste des points à connaître, comme l'endroit où seront stockées les clés de chiffrement.

google i/ogoogle i/o 

Duo, une application de conversation vidéo

La seconde application de communication est Duo, un service d'appel vidéo à deux, qui doit être le compagnon d'Allo. Elle s'appuie sur le protocole WebRTC et est conçue par ses créateurs, vante Google. Autant dans les fonctions que la présentation par Google, la cible de cette application semble bien être Facetime d'Apple.

Petite innovation : l'image est affichée avant de décrocher, pour avoir une idée de ce qu'on verra une fois en ligne, une fonction nommée KnockKnock. Le couple Allo/Duo semble donc bien calqué sur le couple iMessage/Facetime, qui manquait jusqu'ici au groupe de Mountain View.

Ces deux applications seront disponibles en version finale durant l'été sur Android et iOS, mais il est déjà possible de se préinscrire pour un accès via le Play Store :

Android N améliore performances et sécurité

Par la suite, Google rappelle les apports d'Android N, notamment l'arrivée de l'API graphique Vulkan ainsi que les améliorations de performances de l'Android Runtime et du compileur JIT, pour de meilleures performances et des installations plus rapides.

Côté sécurité, Android N introduit le chiffrement par fichier, le renforcement des entêtes médias et des mises à jour transparentes. L'idée est d'éliminer plusieurs contraintes actuelles, comme l'entrée du mot de passe ou schéma pour déchiffrer l'appareil au démarrage ou la mise à jour manuelle du système. Le tout doit désormais être invisible à l'utilisateur, tout comme la compilation des applications après une mise à jour du système.

google i/ogoogle i/o 

L'interface a elle aussi droit à quelques nouveautés, dont le mutli-fenêtre et le picture-in-picture. Des améliorations déjà présentes dans les premières Developer Preview mises en ligne depuis mars. Quelques détails d'interface ont été revus, comme l'ajout d'un bouton « Tout supprimer » dans l'écran multitâche, pour fermer l'ensemble des applications en cours de fonctionnement. Cela en plus de l'accès à la dernière application utilisée en double-tapant sur le bouton multitâche.

Une nouvelle préversion du système est disponible pour certains terminaux Nexus et le Pixel C via le programme Android Beta. Vous êtes aussi invité à proposer le nom de la nouvelle déclinaison à travers un site dédié :

Des designs de référence pour la réalité virtuelle

Autre sujet du moment, la réalité virtuelle, dans laquelle Google a commencé à investir via son projet Cardboard. Après 50 millions d'applications Cardboard installées, le groupe annonce son programme Daydream. Il est constitué de trois pans : des smartphones « prêts pour la VR », des designs de référence pour contrôleurs et casques (où intégrer le smartphone), ainsi que des applications.

Android N intègre ainsi un mode Daydream, qui propose de naviguer dans l'interface du système et sélectionner les applications dans une interface « immersive » au look très inspiré de l'esthétique Wii. Côté smartphones, huit des principaux constructeurs Android, d'ASUS à Samsung, proposent des terminaux estampillées VR-Ready. Google promet que ses applications Play Films, Photos, Street View et YouTube seront bientôt intégré au système.

Enfin, le groupe présente un nouveau contrôleur avec deux boutons, un touchpad cliquable et un gyroscope. Le premier design de référence est promis pour cet automne.

google i/ogoogle i/o 

Des applications indépendantes avec Android Wear 2.0

Google a également dévoilé Android Wear 2.0, la seconde version majeure de son système pour montres connectée. Elle intègre des cadrans (watchface) plus personnalisables qu'auparavant, avec plus d'informations disponibles. Certaines applications sont accessibles directement dans ces cadrans, par exemple Spotify pendant une course. Il propose également certaines fonctions vues précédemment, comme les suggestions de réponse aux messages.

Surtout, les applications peuvent désormais être stand-alone, comme celles sous watchOS 2.0 côté Apple. Plus besoin de smartphone pour contrôler une application, sachant que certaines montres disposent déjà de leur propre connexion mobile. Une preview du système est d'ores et déjà disponible pour les développeurs, avant une version finale prévue à l'automne.

De nouveaux outils pour les développeurs

Google I/O oblige, le groupe a présenté des changements qui doivent faciliter la vie des développeurs. La preview d'Android Studio 2.2 apporte ainsi son lot de nouveautés. Son usage doit être plus rapide, avec de nouvelles optimisations de la compilation et de l'émulateur (censé être aujourd'hui plus rapide que les terminaux physiques) et un Layout Designer réécrit.

L'outil de développement propose aussi un nouvel analyseur d'APK, un inspecteur d'agencement et une analyse de code Android étendue. Cela en plus d'une intégration d'une nouvelle version d'IntelliJ, sur lequel est fondé Android Studio. Côté plateforme, sans surprise, Google réaffirme l'arrivée du compilateur Jack, le support de Java 8 et l'amélioration de celui de C++ amélioré. Cette nouvelle version est disponible dans le canal preview dès aujourd'hui.

google i/ogoogle i/o

Google prépare également une nouvelle version de Firebase, avec l'intégration de nouveaux outils, notamment d'analyse de l'usage, fonctionnel sur Android et iOS. Parmi les fonctions présentées (sur lesquelles nous reviendrons), Firebase intègrera la transmission unifiée des messages via la Google Cloud Messaging, déjà utilisée par une part importante des applications Android pour limiter l'usage de données et d'énergie. Des systèmes de notifications, de configuration à distance et des liens dynamiques sont aussi de la partie.

Mais le plus impressionnant est l'Android Instant apps, qui permet d'utiliser une application... sans l'installer, cela en récupérant sur Google Play uniquement les éléments nécessaires de l'application. Par exemple, dans une discussion sur Allo, le clic sur un lien récupère les parties nécessaires de l'application (par exemple Buzzfeed) utiles pour l'afficher, tout en proposant de l'installer pour la conserver par la suite. La fonction sera disponible à partir de Jelly Bean.

google i/ogoogle i/o

Sundar Pichai a conclu la conférence en insistant sur le machine learning, qui est derrière la plupart des applications et fonctions présentées aujourd'hui. Google annonce ainsi la mise en open source prochaine d'un de ses systèmes d'apprentissage, après le succès de Tensor Flow sur GitHub. Le machine learning est d'ailleurs censé devenir l'un des principaux éléments différenciateurs de la Google Cloud Platform, face aux autres géants que sont Amazon Web Services et Microsoft Azure.

Au final, cette conférence a été l'occasion de nombreux rattrapages de la concurrence (sur les assistants personnels et les outils communications) ainsi que de quelques avancées intéressantes, notamment sur Android, dont les mises à jour doivent être facilitées avec N. Annoncées aujourd'hui, la plupart de ces nouveautés seront tout de même uniquement disponibles à l'été ou l'automne.


chargement
Chargement des commentaires...