Jolla lève 12 millions de dollars pour Sailfish OS

C'est un peu plus que prévu 41
En bref
image dediée
Finances
Kevin Hottot

Jolla vient de boucler son tour de table relancé en décembre dernier. Son montant est finalement un peu plus important que prévu, à 12 millions de dollars. De quoi laisser à l'entreprise le temps de peaufiner son système avant d'en vendre des licences. 

En novembre dernier, Jolla, l'entreprise derrière Sailfish OS annulait une levée de fonds, licenciait « temporairement » la moitié de ses équipes et cherchait à restructurer sa dette. À ce moment, l'avenir de l'entreprise était plus qu'incertain, mais une éclaircie viendra avec l'annonce de la clôture de son « round C » d'investissements. 

Round C, le retour

Selon les informations de Techcrunch, la startup finlandaise a finalement levé un peu plus de moyens que prévu. Le montant promis n'avait pas été dévoilé, mais des sources proches du dossier évoquaient au moment du versement de la première tranche des fonds, un montant global inférieur à 10 millions de dollars.

Finalement, ce sont 12 millions de dollars que Jolla récoltera, grâce à un coup de pouce plutôt inattendu. L'un de ses concurrents, Sirin Labs, développe en ce moment un autre OS ayant pour principal attribut la sécurité, et a levé 72 millions de dollars pour son premier tour de table le mois dernier. Jolla visant également ce secteur, ses investisseurs ont revu à la hausse le montant de leurs injections de capital pour aider leur poulain à faire face à cette nouvelle concurrence. 

Entre licences et remboursement de la campagne Indiegogo

Avec ces 12 millions de dollars, Jolla ne va toutefois pas investir directement dans ce domaine, sa priorité étant de se préparer à commercialiser des licences de son système d'exploitation à destination des fabricants de terminaux mobiles. Les revenus tirés de cette activité viendront ensuite alimenter le développement de ses solutions de sécurité. 

Pour l'heure, Jolla ne compte que quelques clients dont l'africain Mi-Fone, l'indien Intex et le finlandais Turin Robotics. Des débuts encore timides, mais la société assure ne pas vouloir s'intéresser au marché grand public, préférant cibler des niches bien précises, mais plus rémunératrices. 

Il reste néanmoins toujours une grosse épine dans le pied de Jolla : sa campagne de financement participatif pour sa tablette. 20 000 personnes ont soutenu le projet et seulement 661 terminaux ont été livrés. L'entreprise est par ailleurs dans l'incapacité de rembourser intégralement l'ensemble des contributeurs de sa campagne. « En raison de nos contraintes financières, ce remboursement se fera en deux parties. La première moitié sera effectuée au premier trimestre 2016, et l'autre moitié d'ici un an, quand notre situation financière le permettra », précisait ainsi début février Antti Saarnio, le président de Jolla.


chargement
Chargement des commentaires...