Comment YouTube maintiendra la monétisation de vidéos signalées par les ayants droit

Une amélioration sous conditions 17
En bref
image dediée
Crédits : Zoonar RF/iStock/ThinStock
Streaming
Guénaël Pépin

YouTube a annoncé un changement important pour les créateurs : s'ils contestent une réclamation pour copyright sur une vidéo, celle-ci pourra continuer d'être monétisée. La nouvelle suit une contestation de plus en plus visible des règles précédentes, qui auraient privé à tort des créateurs de leurs revenus.

L'argent fait tourner le monde, YouTube compris. Depuis plusieurs mois, les utilisateurs de la plateforme se plaignent de plus en plus de la suppression de leurs vidéos et de sanctions infligées après des réclamations d'ayants droit sur leurs vidéos. Cela même si celles-ci tombent sous le « fair use » américain (par exemple pour la critique). Face à eux, affirment-ils, l'équipe derrière Content ID reste souvent muette. Certains perdent donc la monétisation de leurs vidéos, sans réel moyen de recours.

Une monétisation sous conditions

« Aujourd'hui, nous annonçons une décision majeure pour mettre fin à cette situation frustrante » a répondu YouTube dans un billet de blog. La plateforme compte laisser active la monétisation sur les vidéos signalées par un ayant droit, si l'utilisateur conteste ce signalement.

Dans les faits, une vidéo doit être réclamée par un ayant droit, l'utilisateur doit contester cette réclamation. Dans ce cas, YouTube gardera l'argent collecté sur un compte, qui sera débloqué pour le créateur de la vidéo ou l'ayant droit une fois le différend réglé.

Une condition importante doit tout de même être remplie : il faut que les deux partis décident de laisser la monétisation de la vidéo. Si le créateur ou l'ayant droit qui réclame ses droits décide de la bloquer, pas un centime ne sera collecté. Le système doit être mis en place dans les prochains mois, affirme Google.

 Un problème visible ces derniers mois

Le sujet de la monétisation est devenu plus visible ces derniers mois, notamment après l'intervention de Doug Walker, connu pour son émission Nostalgia Critic et son studio Channel Awesome. Suite à plusieurs signalements d'ayants droit, ses critiques de films ont pour certaines été supprimées et sa chaine a vu ses droits rétrécir comme peau de chagrin, de l'interdiction d'envoyer des vidéos de plus de 15 minutes à... la suppression pure et simple de la monétisation de ses vidéos.

Après plusieurs semaines de réclamations sans réponse, il s'est fendu d'une vidéo explicative, suivie de quelques jours du retour de ses droits. Suite à cet épisode, il a affirmé prendre le sujet à bras-le-corps et vouloir défendre les utilisateurs qui n'avaient pas de poids suffisant pour porter réclamation. Google avait répondu sur les forums fin février qu'il créera une nouvelle équipe dans les prochains mois, destinée à réduire le taux d'erreurs liées à Content ID.

Fin novembre, la plateforme vidéo affirmait déjà vouloir s'ériger en rempart contre les abus d'ayants droit, entre autres en défendant les créateurs si besoin est. Une belle intention qui a eu peu de suites visibles jusqu'ici.


chargement
Chargement des commentaires...