Bénéfice record pour Amazon au premier trimestre

Un bénéfice Premium 40
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

Le géant américain du commerce en ligne a dépassé toutes les prévisions des analystes. Une fois encore, c'est notamment grâce à sa branche AWS.

Nous sommes en plein cœur d'une de ces périodes de l'année où les investisseurs se demandent « hé au fait, comment se porte Amazon ? », et où l'entreprise fondée par Jeff Bezos leur répond que tout va bien. Le premier trimestre de 2016 s'est en effet très bien passé pour le géant américain du commerce en ligne.

Croissance partout

Sur cette période, Amazon a réalisé un chiffre d'affaires de 29,1 milliards de dollars, en hausse de 28 % sur un an. Sur 12 mois glissants, le géant américain a encaissé 113,4 milliards de dollars, un chiffre lui aussi en progression, de 23 % cette fois-ci. La nouvelle est très bonne puisque les analystes ne s'attendaient pas à autant, tablant en moyenne sur un CA sur trois mois de 28 milliards de dollars.

Amazon Q1 16Amazon Q1 16

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, l'entreprise affirme avoir fait exploser son bénéfice opérationnel qui s'établit à 1,07 milliard de dollars, contre 255 millions un an plus tôt. Côté résultat net, la progression est encore plus importante, puisqu'Amazon efface ses pertes de 57 millions de dollars du premier trimestre 2015, avec un bénéfice net de 513 millions. Ce chiffre est d'autant plus surprenant qu'il est supérieur à celui affiché lors du dernier quart de 2015. Les analystes s'attendaient à moitié moins.

Amazon Web Services, vers l'infini et au-delà

La fortune d'Amazon varie fortement en fonction de la direction dans laquelle on regarde. La branche e-commerce en Amérique du Nord se porte par exemple très bien. Son chiffre d'affaires atteint 17 milliards de dollars, soit 27 % de plus que l'an passé à la même période. Le bénéfice opérationnel de cette activité a quant à lui plus que doublé, passant de 254 millions de dollars à 588 millions. 

Dans le reste du monde par contre, les résultats sont moins bons. Le chiffre d'affaires grimpe au même rythme qu'en Amérique du Nord (+24 % sur un an à 9,57 milliards de dollars), mais Amazon ne parvient toujours pas à dégager le moindre bénéfice opérationnel. Les pertes ont néanmoins tendance à se réduire, passant de 194 millions de dollars à seulement 121 millions.

Amazon Q1 16Amazon Q1 16

Heureusement, le géant du e-commerce peut compter sur ses Amazon Web Services pour dégager du cash. Ce segment a comptabilisé un chiffre d'affaires de 2,566 milliards de dollars, en hausse de 64 % sur un an et représente 8 % des revenus totaux d'Amazon.

La progression du bénéfice opérationnel est encore plus impressionnante. Il a été multiplié par plus de trois, passant de 195 millions de dollars à 604 millions en l'espace d'un an. Il s'agit, de très loin de l'activité la plus rentable du groupe. Amazon tend donc en quelque sorte à se transformer en une entreprise spécialisée dans les services informatiques, adossée à une grosse boutique, et non plus l'inverse.

Chères expéditions

Comme d'habitude, l'enseigne détaille un point critique dans ses activités : ses coûts d'expédition. Ceux-ci pèsent lourd dans les comptes de l'entreprise, et grignotent une bonne partie de ses marges. Sur le dernier trimestre, ce poste montrait un déficit de 1,455 milliard de dollars, en hausse de 44 % sur un an, avec des coûts de 3,275 milliards de dollars (+42 %) et des revenus de seulement 1,820 milliard (+40 %).

Autre fait notable, Amazon continue de faire gonfler ses effectifs. Au 31 mars 2015, l'entreprise comptait 165 000 employés, à temps plein ou partiel, hors intérimaires et prestataires. Aujourd'hui, 245 200 personnes travaillent pour l'entreprise, soit 49 % de plus que l'an passé.

En bourse, les investisseurs ont vu d'un très bon œil toutes ces annonces, ce qui se traduit par une hausse de plus de 12 % du cours de l'action Amazon dans les heures qui ont suivi la clôture de la dernière séance à Wall Street. De quoi faire oublier la baisse de 11 % enregistrée depuis le début de l'année, et valoriser l'entreprise à plus de 310 milliards de dollars.


chargement
Chargement des commentaires...