Dropbox prépare l'arrivée de placeholders avec son Project Infinite

« Révolution » 8
En bref
image dediée
Applications
Vincent Hermann

Dropbox a procédé à plusieurs annonces durant sa conférence Open, qui vient de se tenir à Londres. C’est particulièrement le cas du Project Infinite, qui vise à mettre en place des « placeholders » pour les fichiers, les faisant ainsi apparaitre sur l’ordinateur, mais sans consommer d’espace de stockage.

Dans le cadre de sa conférence Open, Dropbox a fait le point en fournissant plusieurs chiffres, comme il est de rigueur dans ce type d’évènements. Le service de synchronisation est ainsi utilisé par plus de 500 millions d’utilisateurs dans le monde, répartis dans 200 pays. 150 000 entreprises s’en servent, dont la moitié de celles présentes dans le classement Fortune 500. La solution semble particulièrement populaire en Europe, où un internaute sur quatre utilise Dropbox.

Des fichiers à la fois locaux et distants

L’éditeur a ensuite annoncé des éléments plus concrets. À commencer par le Project Infinite, qui ambitionne de montrer aux utilisateurs leurs fichiers sur l’ordinateur, sans prendre de place. Comment ? En utilisant des « placeholders », c’est-à-dire des fichiers pratiquement vides ne représentant en fait que des liens vers les données distantes.

Dropbox présente ce fonctionnement comme une révolution, ce qu’il n’est pas, même si la société a trouvé une méthode relativement élégante de le faire. Microsoft avait en effet utilisé les placeholders dans OneDrive sous Windows 8. Mais une partie des utilisateurs avait pesté : il n’était pas possible de faire la différence entre un fichier réellement présent en local et en un autre vide. De fait, ceux qui voulaient ouvrir une photo devaient parfois attendre que son téléchargement se fasse, donnant la sensation d’un système peu réactif. BitTorrent Sync le fait par contre bel et bien.

dropbox

Dropbox a résolu ce problème de manière finalement assez simple : un signe « check » vert montrera toujours les fichiers synchronisés complètement, tandis qu’un petit nuage gris indiquera ceux qui ne sont que des placeholders. Dans les deux cas, les informations telles que les dates de création et de modification, le poids ou encore les dimensions (pour les images) seront disponibles. Les placeholders se manipuleront également comme des fichiers classiques, avec par exemple la possibilité de les déplacer.

Ne reste finalement qu’à voir les performances lors de leur ouverture, Dropbox n’ayant pas encore donné de date pour l’arrivée de cette fonctionnalité. Elle est en cours de test par un petit groupe privé et pourrait arriver d'ici la fin de l'année.

Une API pour les propriétés de fichiers

Dropbox a également mis à disposition une nouvelle API à son éventail. Elle est entièrement dédiée aux propriétés des fichiers. La société indique qu’elle permettra aux clients de manipuler les fichiers de manière beaucoup plus précise, en permettant par exemple l’ajout de métadonnées spécifiques dans des flux de travail. Elle est faite pour renforcer la sécurité et simplifier certains processus, comme la migration de données et la gestion des ressources.


chargement
Chargement des commentaires...