Les télécoms en 2015 : revenus en baisse et explosion du très haut débit

Des millions et des milliards 14
Accès libre
image dediée
Crédits : alphaspirit/iStock
FAI
Guénaël Pépin

Selon le dernier observatoire des marchés télécoms de l'ARCEP, les revenus des opérateurs ont (une nouvelle fois) baissé en 2015, pour s'établir à plus de 9 milliards d'euros. Dans le même temps, la transition vers le très haut débit fixe et mobile s'affirme, avec plus d'un tiers des cartes SIM actives en 4G, contre à peine 15 % un an plus tôt.

En fin de semaine dernière, l'ARCEP a publié son observatoire des marchés télécoms pour le quatrième trimestre 2015, qui permet de tirer un bilan des finances et des usages du secteur sur l'année écoulée. Les tendances déjà observées pendant l'année se confirment nettement, notamment la transition de l'Internet fixe et mobile vers le très haut débit, la montée des cartes SIM pour objets connectés (MtoM) ou encore l'explosion du nombre de portabilités sur les derniers mois.

Des revenus en baisse sur le fixe et le mobile

Au quatrième trimestre, le secteur a engrangé des revenus de 9,1 milliard d'euros, en baisse de 1,8 % par rapport à l'année précédente (plus de 9,2 milliards). Cela alors que c'est le trimestre le plus rémunérateur de l'année. Sur son cœur de métier, les communications électroniques, la baisse est plus importante : -2,7 % d'une année à l'autre, pour un peu plus de 8 milliards d'euros de revenus.

Cette baisse des revenus ralentit sur mobile mais accélère sur le fixe, avec « le déclin des services bas débit, mais également par un ralentissement de la croissance du revenu des accès Internet haut et très haut débit et un reflux des services de capacités vendus aux entreprises (-1,5% en un an) », explique le régulateur.

Dans le détail, les services fixes ont rapporté 4,2 milliards d'euros pour les marchés de gros et de détail, contre 4,3 milliards en 2014. Les revenus du bas débit fondent ainsi de 100 millions d'euros chaque année, explique l'ARCEP, sur un total de 920 millions fin 2015.

ARCEP T4 2015 revenus opérateurs

Dans le même temps, ceux des accès haut débit et très haut débit restent relativement stables, à 2,6 milliards d'euros. Le revenu moyen par utilisateur (ARPU) est aussi en berne, à 32,2 euros, contre 33 euros un an plus tôt. Les services de capacité aux entreprises ont, eux, rapporté 619 millions d'euros, soit une légère baisse de 1,5 % d'une année sur l'autre. 

Sur mobile, les revenus hors forfaits MtoM s'établissent à 3,5 milliards, en déclin de 2,2 % depuis 2014. La facture mensuelle suit le même mouvement, avec 16,3 euros de revenus par mois par carte SIM, contre 16,7 euros un an plus tôt. Même si elles représentent une part croissante des cartes SIM, les communications entre objets connectés (MtoM) sont marginales dans les revenus : 25 millions d'euros sur le dernier trimestre, contre 22 millions d'euros 12 mois plus tôt.

Le très haut débit progresse sur le fixe

Du point de vue des usages, une tendance nette s'est dégagée sur l'Internet fixe : la transition vers le très haut débit. Même si le nombre de lignes progresse globalement, celui des lignes haut débit baisse de trimestre en trimestre, au profit de celles à plus de 30 Mb/s en débit descendant. Fin 2015, la France comptait 26,9 millions d'abonnés à l'Internet fixe, soit 900 000 de plus qu'un an plus tôt. Parmi eux, 4,3 millions sont connectés en très haut débit, soit 1,3 million de plus que fin 2014.

Pour rappel, le THD comprend des lignes entre 30 Mb/s et 100 Mb/s (VDSL2 et câble), des lignes en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH) et des lignes à 100 Mb/s ou plus hors fibre (réseau câble). Sans grande surprise, la majeure partie des abonnés très haut débit (1,6 million) sont à moins de 100 Mb/s (+500 000 en un an), contre 1,4 million d'abonnés FTTH (+490 000) et 1,2 million en câble à plus de 100 Mb/s (+310 000). Malgré ces bons chiffres pour la fibre, celle-ci reste encore aujourd'hui située majoritairement en zones (très) denses.

« Fin 2015, le nombre d’accès au très haut débit représente 29% du nombre total de logements éligibles au très haut débit toutes technologies confondues (+7 points en un an) » résume l'ARCEP, alors que le parc haut débit (à 98 % de l'ADSL) est retombé à son niveau de mi-2013, avec 22,6 millions de connexions. 

ARCEP T4 2015 Internet fixe

Le nombre de cartes SIM 4G doublé en un an

Sur le mobile, le nombre total de cartes SIM en activité s'établit à 72,1 millions fin 2015 (hors MtoM), soit 460 000 de plus en un an. Cela donne un taux de pénétration de 109 % (1,09 carte par habitant), un taux relativement stable sur l'année. La croissance du marché a d'ailleurs ralenti, passant de 3 % entre 2013 et 2014 à 0,6 % vers 2015. Cette progression est due aux forfaits mobiles et non aux cartes prépayées.

La France compte moins de cartes prépayées, dont le nombre a chuté en 2015 (-1,9 million), avec une hausse moins marquée du nombre de forfaits en 2015 qu'en 2014 (+2,4 millions contre +2,9 millions). Fait notable, les cartes SIM liées à un abonnement fixe (offres quadruple-play) sont bien plus nombreuses : 17,4 millions, soit 2 millions de plus en 12 mois. Les cartes SIM fournissant uniquement un accès Internet ne sont, par contre, plus que 3,6 millions (-2,9 %)... Dont à peine plus d'un tiers sont actives.

Côté technologies, le marché se répartit presque équitablement entre les usagers en 2G, en 3G et en 4G. La situation évolue tout de même beaucoup : désormais, 31 % des lignes mobiles (22 millions) sont en 4G, contre à peine 11 millions fin 2014. Le nombre a simplement doublé, quand celui des utilisateurs en très haut débit a bondi de 40 %. Une montée des débits promise à se poursuivre en 2016, entre autres grâce aux déploiements dans les zones moins denses, surveillés de près par le régulateur.

Portabilités et communications MtoM en progression

Le nombre de portabilités a, lui, logiquement explosé sur le quatrième trimestre, avec la guerre des prix qui a fait rage entre les opérateurs. Plus de deux millions de demandes ont été effectuées en trois mois, contre 1,7 million un an plus tôt (+20 %).

Face aux cartes SIM destinées aux terminaux classiques, celles destinées aux communications entre machines (MtoM) continuent leur explosion largement entamée sur l'année. Fin 2015, les opérateurs ont connecté 10,5 millions de cartes SIM MtoM, soit 515 000 de plus sur le trimestre et 2,3 millions de plus sur l'année. Négligeables dans les revenus des groupes télécoms, leur multiplication doit permettre à ceux-ci de se positionner sur le marché, surtout quand ceux-ci se lancent par ailleurs dans les réseaux bas débit.

ARCEP T4 2015 portabilités

Appels en baisse, SMS en hausse et explosion de l'Internet mobile

La progression du nombre de cartes SIM utilisées en 4G traduit une nette évolution de la consommation. De fin 2014 à fin 2015, le trafic voix a baissé de 1,2 % (60 milliards de minutes), dont 39,1 milliards depuis le mobile (+3,2 %) et 21 milliards de minutes sur le fixe (-6,4 %). « La consommation moyenne par carte mobile (+4 minutes en un an) et par ligne fixe (-19 minutes en un an) est strictement identique, à 3h10 par mois » note le régulateur.

Le nombre de SMS échangés continue lui de progresser, pour s'établie à 52,2 milliards de messages sur le quatrième trimestre (+2,1 % sur un an). Les MMS, eux, se sont comptés au nombre de 1,1 milliard, soit une nette progression de 17,2 % sur un an. Mais c'est la consommation d'Internet mobile qui est la plus impressionnante.

Chaque client avec un forfait consomme ainsi 814 Mo chaque mois en moyenne, contre 483 Mo un an auparavant. Pour les clients avec un forfait 3G ou 4G, cette consommation moyenne passe à 1,337 Go par mois (ça ne s'invente pas). Au total, le trafic de données mobile explose d'une année sur l'autre : de 98 Po (pétaoctets) sur le dernier trimestre 2014, la consommation totale passe à 167 Po. Soit une progression de près de 70 %, qui risque (encore) de se poursuivre dans les prochains mois.

ARCEP T4 2015 consommation données


chargement
Chargement des commentaires...