ExoMars en route vers sa mission, le lanceur Proton fait parler de lui

En fait, c'était un feu d'artifice pour les astronautes ! 26
En bref
image dediée
Crédits : Heidi Meamber/iStock
Nouvelle Techno
Sébastien Gavois

La mission ExoMars est en route pour la planète rouge depuis un peu plus d'une semaine. Si l'agence spatiale européenne annonce que tout se déroule comme prévu, pour d'autres, la catastrophe n'était pas loin : le dernier étage de la fusée aurait explosé en vol après avoir libéré le module TGO.

Le 14 mars dernier, une fusée Proton-M décollait sans encombre de Baikonur au Kazakhstan afin d'emmener dans l'espace la mission ExoMars. À son bord étaient présents le satellite TGO (Trace Gas Orbiter) ainsi que l'atterrisseur Schiaparelli. Selon l'agence spatiale européenne (ESA), le début de la mission s'est « parfaitement » déroulé... Malgré quelques couacs.

Décollage et trajectoire conformes... mais que s'est-il passé avec le dernier étage ?

L'ESA explique en effet que le lanceur Proton s'est délesté de ses deux premiers étages sans encombre, puis c'était au tour de la coiffe d'être libérée. Il n'aura fallu qu'une dizaine de minutes seulement avant la séparation avec le troisième étage. « L’étage supérieur Breeze‑M, qui abritait la charge utile ExoMars, a ensuite procédé à quatre allumages successifs, avant d’éjecter le véhicule spatial à 21h13 heure de Paris » explique l'agence spatiale. Un peu plus d'une heure après, le centre de Darmstadt en Allemagne recevait des signaux de TGO indiquant que tout allait bien.

Mais peu après la séparation du dernier étage, celui-ci aurait explosé. C'est du moins ce que pensent des scientifiques en se basant sur des clichés de l'observatoire brésilien OASI, également repris par l'ESA. Photos à l'appui, Popular Mechanics explique ainsi avoir remarqué au moins six gros débris sur les images. Les observateurs craignaient alors qu'ExoMars ait été endommagée, d'autant plus que l'ESA expliquait que TGO était « un objet lumineux au centre » des images.

L'ESA se veut rassurante... sans donner la moindre explication

Mais l'agence s'est ravisée hier : « Après une analyse supplémentaire par ses équipes [...] il est devenu clair que TGO n'est en fait pas dans cette image - il était déjà plus loin, au-delà du cadre. Ainsi, tous les objets en mouvement dans cette image sont liés à Breeze-M ». Aucune mention n'est faite d'une quelconque explosion. A priori donc, tout va donc bien pour TGO, même si l'ESA ne donne pas d'explication sur la présence des débris.

Dans tous les cas, l'ESA n'évoque pas cet incident dans ses différents rapports et ne donne pas de réponse aux questions des internautes sur les réseaux sociaux. L'agence se contente de rappeler le déroulement des opérations : en avril, les instruments scientifiques commenceront à être mis en marche, tandis qu'il faudra attendre le mois d'octobre pour qu'ExoMars arrive à destination.


chargement
Chargement des commentaires...