Bornes pour voitures électriques : le gouvernement veut imposer l’Open Data

Bornes to be wild 54
En bref
image dediée
Crédits : omada/iStock/Thinkstock
Loi
Xavier Berne

Alors que le développement des voitures électriques prend lentement son envol, le gouvernement s’apprête à imposer aux gestionnaires de bornes de recharge la mise en ligne sur « data.gouv.fr » des principales informations concernant leurs réseaux (localisation des appareils, caractéristiques techniques...). Le public pourrait ainsi savoir en quelques clics où se trouvent les stations. Il n’est cependant pas assuré qu’il connaisse en temps réel quelles en sont les disponibilités.

Si le succès des voitures électriques est intimement lié à la question des bornes de recharges disponibles sur le territoire, les pouvoirs publics tentent pour l’instant d’optimiser l’utilisation des stations existantes. Comment ? En améliorant les informations disponibles à propos de leur localisation. On en devine l’enjeu : pouvoir, lorsqu’on prépare ou effectue un trajet, savoir à quelle distance se trouvent les appareils de recharge les plus proches – que ce soit via un GPS ou un smartphone notamment.

Des données statiques mises gratuitement à la disposition du public sur « data.gouv.fr »

Alors qu’il existe actuellement des dispositifs plus ou moins contraignants à ce sujet, la France a notifié hier à la Commission européenne un projet de décret qui s’appliquera à l’ensemble des responsables de stations de recharge ouvertes au public. Les acteurs concernés devront effectivement rendre accessibles « sur une base ouverte et non discriminatoire à tous les utilisateurs » leurs données relatives à la « localisation géographique » et aux « caractéristiques techniques » des points de recharge qu’ils proposent.

Seront dévoilés : « le nom commercial et l'identifiant de l’opération, le nom de l'aménageur, le nom de l'opérateur de l’infrastructure de recharge, le nom et l'identifiant de la station, l'adresse complète de la station, le code INSEE de la commune d'implantation, les coordonnées en latitude et longitude de la station, le nombre de points de recharge de la station, l'identifiant, la puissance nominale (puissance maximale de dimensionnement), les types de socles de prise ou de connecteurs disponibles de chaque point de recharge et la date de mise à jour des informations ». Cette liste pourrait néanmoins être amenée à évoluer, le projet de décret précisant qu’un arrêté du ministre chargé de l'Industrie permettrait de la compléter ultérieurement.

En l’état, ce projet de décret impose plus précisément aux gestionnaires de bornes de publier et mettre à jour ces informations sur « data.gouv.fr », le portail national d’Open Data, « sous les formats en usage sur cette plate-forme et sous licence ouverte permettant la réutilisation libre de ces données ». S’il est bien précisé qu’aucune redevance ne pourra être réclamée par les producteurs de données, les « puristes » de l’Open Data regretteront certainement que le format de publication sur « data.gouv.fr » ne soit pas précisé – étant donné qu’on y trouve aussi bien des PDF que des CSV. Or le premier est très difficilement réexploitable, à l’inverse du second...

Un régime moins contraignant pour les données en temps réel

Quant aux données en temps réel, particulièrement précieuses pour savoir si une borne de recharge est disponible, celles-ci seront soumises à un régime moins contraignant. « Dès lors qu'il dispose de données dynamiques pour sa propre exploitation, l’opérateur d'une infrastructure de recharge ouverte au public doit rendre accessibles à tous les utilisateurs, au même niveau de qualité et dans les mêmes délais, a minima les données relatives à la disponibilité en temps réel des points de charge sur une base ouverte et non discriminatoire », indique tout d’abord le projet de décret. Sauf que cette obligation sera considérée comme remplie à partir du moment où l’opérateur aura « communiqu[é] ces données à une plate-forme d’interopérabilité » (destinée à optimiser les échanges d’informations entre opérateurs d’infrastructure de recharge et opérateurs de mobilité – mais pas directement au public)...

En attendant de voir comment seront appliquées ces dispositions (qui n’entreront pas en vigueur avant l'été, Bruxelles et les États membres de l’Union ayant jusqu’au 16 juin pour faire parvenir à la France leurs remarques, en vue d’éventuelles retouches sur ce projet de décret), rappelons que « data.gouv.fr » propose d’ores et déjà une compilation des principales données « statiques » concernant certaines bornes de recharges disponibles en France. Ces informations en Open Data ont d’ailleurs permis de développer une carte via OpenStreetMap (voir ici). On n'y trouve cependant pas d'informations en temps réel sur la disponibilité des bornes.


chargement
Chargement des commentaires...