Free Basics : l'Internet gratuit et limité de Facebook est suspendu en Inde

Pas de CGU ? Pas de chocolat 79
En bref
image dediée
FAI
Guénaël Pépin

L'offre Free Basics de Facebook, qui donne accès gratuitement à un nombre limité de services Internet, a été suspendue par le régulateur indien des télécommunications. L'opérateur partenaire, Reliance, ne respecterait pas la neutralité du Net en fournissant ce service.

Les déboires continuent pour Free Basics de Facebook. L'agence indienne de régulation des télécoms (TRAI) a décidé de suspendre l'offre de services mobiles gratuits du groupe américain, a rapporté hier Times of India. Pour rappel, Free Basics (anciennement Internet.org) fournit dans plusieurs pays une sélection de quelques dizaines de services gratuits via smartphone, qui est ensuite censé encourager les utilisateurs à passer à une offre payante.

Le respect de la neutralité, c'est pas automatique

Depuis plusieurs mois, Free Basics est vertement critiquée par nombre d'associations aux États-Unis et en Inde, qui estiment qu'en fournissant une version étriquée du Net, Facebook viole la neutralité de ce dernier. Dans les faits, une recherche sur Bing sera ainsi totalement gratuite, quand une sur un autre moteur (comme Google) sera bien payante. De même, la qualité de service ne convaincrait pas tous les utilisateurs. Ce à quoi Mark Zuckerberg avait répondu qu'il valait mieux une version bridée d'Internet que pas d'Internet du tout.

La neutralité serait bien la raison de la suspension de l'offre, décidée par le régulateur il y a deux semaines. « La question s'est posée de savoir si un opérateur devrait pouvoir fournir des prix différents pour différents contenus. À moins qu'une réponse y soit apportée, il n'est pas approprié que nous laissions ceci perdurer » a expliqué une source de l'agence à Times of India.

Selon le New-York Times, une raison plus précise a justifié l'arrêt du service : Reliance Communications, l'opérateur qui fournit son réseau à Facebook pour Free Basics, n'a pas pu fournir les conditions d'utilisation du service quand le régulateur les a demandées. Il n'est pas dit si les conditions d'utilisation existent bel et bien.

« Nous sommes engagés dans Free Basics et dans un travail avec Reliance et les autorités compétentes pour aider les gens à se connecter » a simplement répondu Facebook, interrogé par The Verge.

Un altruisme qui a ses limites

Suite à cette interdiction, Reliance aurait indiqué au régulateur qu'il compte retarder l'extension de l'offre de Facebook à de nouvelles zones du pays. Un sérieux revirement pour le groupe américain, qui a modifié marginalement son service en septembre, juste avant une visite du Premier Ministre indien dans ses locaux de la Silicon Valley. Facebook s'était d'ailleurs exprimé à l'ONU sur la connexion de ceux qui n'ont pas (encore) Internet.

Le système de Facebook pose tout de même encore problème, malgré des modifications de son modèle. Même s'il offre désormais le chiffrement sur le web, le trafic est toujours routé par ses serveurs. Même s'il s'est ouvert aux développeurs lambda, Facebook reste au final celui qui décide quels services sont rendus disponibles gratuitement.

Enfin, comme nous le relevions en mai, les données collectées via ces services restent la propriété de Facebook, qui peut les utiliser comme bon lui semble. L'absence de conditions d'utilisation pour les internautes n'en est d'ailleurs que plus troublante.


chargement
Chargement des commentaires...