Le Mini STX est une réalité : le barebone ASRock DeskMini 110 est là, quelles alternatives ?

Compact et facile à mettre à jour 42
image dediée
Carte mère CES

Cela fait un peu plus d'un an que le format Mini STX (14,7 x 14 cm) fait parler de lui. Plus évolutif que les NUC d'Intel, plus compact que le Mini ITX, il a tout pour plaire... et commence à arriver sur le marché. Tour d'horizon et analyse du Barebone DeskMini 110 d'ASRock.

L'année dernière, nous avons découvert un nouveau format de cartes mères au CES : le Mini STX (anciennement 5x5). Celui-ci avait déjà été évoqué par Intel quelques mois auparavant, mais le salon de Las Vegas était l'occasion de passer à du concret, notamment à travers l'annonce de la carte mère H110M-STX d'ASRock.

Dans la pratique, ce n'est vraiment qu'au Computex de juin dernier que l'on a vu les constructeurs multiplier les annonces. Chacun disposait de son modèle Mini STX, sans que l'on dispose pour autant de dates de disponibilité précises ou de tarifs. Aujourd'hui, force est de constater que ce nouveau standard commence à peine à percer chez les revendeurs.

ASRock est le plus actif sur le terrain avec son modèle unique à moins de 100 euros, qui est aussi proposé sous la forme d'un barebone à un peu moins de 200 euros : le DeskMini 110. Alors que le CES 2017 va ouvrir ses portes, nous avons donc décidé de faire le point sur ce format et sa disponibilité sur le marché français.

Mini STX : la compacité rencontre la flexibilité

Commençons par la première question qu'il convient de se poser : qu'est-ce que le Mini STX ? Les adeptes de Mini PC connaissent déjà des formats comme le Mini ITX (17 x 17 cm). Celui-ci a été décliné dans un version « thin », notamment adaptée pour un fonctionnement avec une alimentation externe, dans une machine dont l'épaisseur est contrainte.

Depuis, un format plus compact a vu le jour : celui des NUC. Ici, le but était de proposer une carte mère d'à peine 10,2 x 10,2 cm capable d'accueillir des processeurs Core, afin de fournir des machines à la fois très compactes, mais offrant un minimum de puissance et de flexibilité.

Ainsi, il est possible d'en modifier la mémoire, le stockage, etc. Ce qui n'est pas possible avec des formats encore plus petits comme Mini Lake ou les Compute Stick. Mais voilà, le gros souci des NUC, c'est qu'ils imposent un processeur BGA, donc soudé à la carte mère. Pour l'évolutivité de l'ensemble, on repassera. Le Mini STX a donc été créé pour offrir une solution intermédiaire, entre la flexibilité du Mini ITX et la compacité des NUC.

Au final, on peut donc changer le processeur qui utilise un socket LGA tout en économisant 2 à 3 centimètres puisqu'il est question de 14,7 x 14 cm. L'alimentation est gérée par un bloc externe.

DeskMini 110 : un PC de la taille d'une alimentation

Si le gain ne parait pas forcément énorme, cela permet à des machines comme le DeskMini 110 de voir le jour. Ce barebone a l'avantage d'afficher des dimensions qui sont plutôt celles d'une alimentation que d'un PC : 155 x 155 x 80 mm. Nous en avons commandé un exemplaire afin de vérifier ce qu'il en était dans la pratique.

ASRock DeskMini 110

Sa connectique est assez complète : deux ports USB 3.0 (1x Type-A, 1x Type-C) et un duo de jack (casque/micro) en façade. L'arrière offre un port USB 2.0, un USB 3.0, un trio de sorties VGA / HDMI / DisplayPort et un port réseau Gigabit.

Comme souvent, on regrettera de ne pas avoir plus de ports USB plutôt qu'un port VGA. Notamment à l'arrière puisque l'on dispose d'un seul à la norme 2.0 et un 3.0 alors qu'il faut souvent connecter le clavier et la souris en complément d'autres périphériques.

Il en est de même pour l'absence d'USB 3.1 ou de Thunderbolt. Ce dernier aurait permis l'utilisation d'une carte graphique externe à l'avenir. Ici, ASRock a sans doute préféré jouer le minimalisme, surtout pour un produit vendu à un tarif limité.

ASRock DeskMini 110ASRock DeskMini 110

De bonnes idées et de mauvaises surprises

Mais notre première réelle déception est à chercher ailleurs : l'alimentation fournie. Il s'agit en effet d'un énorme bloc de 120 watts (19V / 6,32 A) qui occupe plus du quart du volume de la machine complète. Un comble. On regrettera aussi quelques manques au niveau des finitions comme l'absence de vis à main pour retirer la coque, de dissipateur sur le chipset (sans doute pour ne pas gêner le SSD M.2) ou de kit de montage VESA.

Pour le reste, le design est relativement sobre, d'un noir mat et l'on dispose de quelques emplacements sur la partie supérieure du boîtier pour mettre en place des ports complémentaires ce qui est plutôt une bonne idée. 

Côté bons points, on notera l'ouverture en « glissière » permettant de séparer le support de la carte mère du reste du boîtier, à la manière de ce que proposait Cooler Master à une époque. On apprécie aussi la possibilité d'utiliser un processeur LGA 1151 jusqu'à un maximum de 65 watts, ce qui inclut même le Core i7-6700

ASRock DeskMini 110ASRock DeskMini 110

Attention tout de même, un tel processeur demandera un ventirad conséquent, alors que l'espace est limité au niveau de la machine. Ainsi, avec des modèles Intel « basiques » et à épaisseur réduite (sans base cuivre) nous avons vite atteint une température très importante (avec un 6700K utilisé sans overclocking). Veillez donc à bien faire attention au moment de votre achat.

Avec un Core i3-6100T (35 watts de TDP) et son ventilateur « low profile », commandés aussi pour l'occasion, nous obtenions une température située entre 29 et 32°C. La machine était alors parfaitement silencieuse. La consommation de l'ensemble était située entre 15 et 41 watts (30 watts sans charge sur la partie graphique).

On appréciera que l'UEFI proposé par ASRock soit assez complet, même sur une carte mère d'entrée de gamme. Ainsi, outre les nombreuses options habituelles et quelques fonctionnalités d'overclocking, on retrouve de quoi ajuster la ventilation de manière simple (via des modes prédéfinis dont un « Silence ») ou de manière bien plus poussée :

ASRock DeskMini 110 UEFIASRock DeskMini 110 UEFI

La carte mère elle-même est assez complète avec deux emplacements pour de la DDR4 (SO-DIMM), un M.2 2230 pour du Wi-Fi, un autre 2280 « Ultra » (PCIe 3.0 x4) pour un SSD. Sur la façade arrière, deux ports S-ATA sont proposés via un connecteur compact, permettant de relier un SSD/HDD via un câble flexible fourni dans le bundle (il y en a deux). Ces ports sont aisément accessibles via une ouverture prévue à cet effet.

Notez qu'un BIOS assurant la compatibilité avec les prochains Kaby Lake d'Intel est déjà disponible (1.50).

Le Mini STX à l'heure du choix

Bref l'ensemble est plutôt bien pensé, compact, accessible et évolutif. Ce sera un avantage par rapport à un modèle comme le Cubi 2 Plus de MSI qui, s'il est moins cher et exploite le Mini STX, utilise un boîtier qui empêchera le remplacement de la carte mère.  

Avec un Core i3-6100T, il vous en coutera un peu moins de 350 euros. Pour référence, les NUC et BRIX avec un processeur soudé pour ordinateurs portables tel que le Core i3-6100U (moins puissant qu'un 6100T) sont vendus à partir de 320 euros, avec une puce Wi-Fi/BT. Acheter la carte mère seule peut avoir son intérêt puisqu'il est désormais possible d’acheter un boîtier séparément, notamment le SST-VT01B de SilverStone qui coûte un peu plus de 30 euros. Attention, il faudra alors vous fournir une alimentation par vous-même. 

Notez enfin que le modèle H110S1 d'ASUS (avec double HDMI et DisplayPort) semble enfin être arrivé sur le marché puisque l'on peut le trouver chez certains revendeurs aux alentours de 100 euros. La preuve que ce format commence à s'étendre. Cela devra néanmoins se renforcer afin que le Mini STX puisse trouver sa place de manière pérenne.

Le CES 2017 qui ouvre ses portes ce jeudi devrait être l'occasion de voir si la tendance se confirme ou non.

SilverStone SST-VT01B Mini STXASUS H110S1 Mini STX

Publiée le 02/01/2017 à 10:00
David Legrand

Directeur des rédactions et responsable des L@bs de Nancy. Geek de l'extrême spécialisé dans l'analyse des produits high-tech, les réseaux sociaux et les trios d'écrans. Adepte du libre.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...