Le Mini STX est une réalité : le barebone ASRock DeskMini 110 est là, quelles alternatives ?

Compact et facile à mettre à jour 42
image dediée
Carte mère CES

Cela fait un peu plus d'un an que le format Mini STX (14,7 x 14 cm) fait parler de lui. Plus évolutif que les NUC d'Intel, plus compact que le Mini ITX, il a tout pour plaire... et commence à arriver sur le marché. Tour d'horizon et analyse du Barebone DeskMini 110 d'ASRock.

L'année dernière, nous avons découvert un nouveau format de cartes mères au CES : le Mini STX (anciennement 5x5). Celui-ci avait déjà été évoqué par Intel quelques mois auparavant, mais le salon de Las Vegas était l'occasion de passer à du concret, notamment à travers l'annonce de la carte mère H110M-STX d'ASRock.

Dans la pratique, ce n'est vraiment qu'au Computex de juin dernier que l'on a vu les constructeurs multiplier les annonces. Chacun disposait de son modèle Mini STX, sans que l'on dispose pour autant de dates de disponibilité précises ou de tarifs. Aujourd'hui, force est de constater que ce nouveau standard commence à peine à percer chez les revendeurs.

ASRock est le plus actif sur le terrain avec son modèle unique à moins de 100 euros, qui est aussi proposé sous la forme d'un barebone à un peu moins de 200 euros : le DeskMini 110. Alors que le CES 2017 va ouvrir ses portes, nous avons donc décidé de faire le point sur ce format et sa disponibilité sur le marché français.

Mini STX : la compacité rencontre la flexibilité

Commençons par la première question qu'il convient de se poser : qu'est-ce que le Mini STX ? Les adeptes de Mini PC connaissent déjà des formats comme le Mini ITX (17 x 17 cm). Celui-ci a été décliné dans un version « thin », notamment adaptée pour un fonctionnement avec une alimentation externe, dans une machine dont l'épaisseur est contrainte.

Depuis, un format plus compact a vu le jour : celui des NUC. Ici, le but était de proposer une carte mère d'à peine 10,2 x 10,2 cm capable d'accueillir des processeurs Core, afin de fournir des machines à la fois très compactes, mais offrant un minimum de puissance et de flexibilité.

Ainsi, il est possible d'en modifier la mémoire, le stockage, etc. Ce qui n'est pas possible avec des formats encore plus petits comme Mini Lake ou les Compute Stick. Mais voilà, le gros souci des NUC, c'est qu'ils imposent un processeur BGA, donc soudé à la carte mère. Pour l'évolutivité de l'ensemble, on repassera. Le Mini STX a donc été créé pour offrir une solution intermédiaire, entre la flexibilité du Mini ITX et la compacité des NUC.

Au final, on peut donc changer le processeur qui utilise un socket LGA tout en économisant 2 à 3 centimètres puisqu'il est question de 14,7 x 14 cm. L'alimentation est gérée par un bloc externe.

DeskMini 110 : un PC de la taille d'une alimentation

Par David Legrand Publiée le 02/01/2017 à 10:00

chargement
Chargement des commentaires...