Windows 10 : Microsoft assure que les utilisateurs auront toujours le choix de l'installation

Mais ce n'est pas le seul critère 190
En bref
image dediée
OS
Vincent Hermann

Windows 10 est régulièrement l’objet de critiques sur certains choix un peu agressifs opérés par Microsoft, notamment autour de son installation et sur l’insistance de la petite application de promotion. Mais alors que ces efforts s’apprêtent à s’accentuer, l’éditeur se veut rassurant : l’utilisateur gardera la main.

Depuis la sortie de Windows 10, on observe une certaine dichotomie dans les articles qui abordent son fonctionnement. Rapide et consensuel sont des adjectifs qui reviennent dans les uns, intrusif et agressif parfois dans les autres. Il faut dire que si le système est réussi sur de nombreux points, plusieurs choix malheureux de Microsoft ont écorné sa réputation, notamment sur les options activées par défaut et sur les décisions prises lors d’une mise à jour.

Un autre problème revient souvent : les efforts de Microsoft pour pousser le système sur un maximum de machines. Pour l’éditeur, il en va de son succès car désormais l’équation est simple. Microsoft doit en effet convaincre les éditeurs tiers de créer un maximum d’applications pour son Windows Store. Or, puisque la plateforme est désormais unifiée à travers les PC, tablettes, smartphones et Xbox One, plus il y aura de migrations, plus la firme pourra vendre l’idée d’un public potentiellement très large. On rappellera d’ailleurs que Microsoft souhaite que Windows 10 se retrouve sur un milliard d’appareils au bout de deux ans.

windows 10 gwx
Crédits : InfoWorld

De l'insistance

Seulement voilà, une partie des utilisateurs potentiellement concernés et actuellement sous Windows 7 ou 8.1 sont agacés. Microsoft avait lancé en juillet, plusieurs semaines avant la commercialisation de Windows 10, une petite application chargée de faire la promotion du système. Il fallait surtout en vanter la migration gratuite et la facilité de la procédure, quitte à faire oublier au passage que changer de système d’exploitation n’est jamais une opération anodine. Cette application s’est faite plus insistante avec le temps, jusqu’à changer de forme il y a environ une semaine.

Comme nous l’indiquions alors, le panneau se changeait en une fenêtre ne laissant plus que deux boutons disponibles : mettre à jour maintenant, ou mettre à jour le soir. Nulle part l’interface ne suggérant que l’on pouvait faire autrement, et si l’utilisateur ne pensait à fermer la fenêtre en utilisant la croix rouge traditionnelle en haut à droite, il pouvait se sentir acculé et sans autre choix que d’accepter une migration.

Microsoft affirme que le choix sera préservé

Nous avions critiqué ce choix très discutable d’interface, en plus de l’insistance trop présente de cette application à vouloir installer le système. Nous avions demandé à Microsoft de réagir à ce sujet, et la firme est finalement revenue vers nous : « Windows Update est la zone sécurisée logique pour nos mises à jour les plus importantes, et en ajoutant Windows 10 à cet endroit, nous allons le rendre facile d’accès pour mettre à niveau sa machine. Avant la mise à niveau du système d’exploitation de votre appareil, vous serez invité à choisir clairement de continuer ou pas ».

Microsoft réagit en fait à deux thèmes : le contrôle et Windows Update. Dès le mois prochain en effet, la mise à jour vers Windows 10 va passer en statut « Recommandé » et donc s’initier automatiquement. Microsoft ne le contredit pas, mais indique simplement que même si la procédure se lance, il sera de toute manière demandé une confirmation à l’utilisateur avant d’aller plus loin.

Mais quoi qu’en dise l’éditeur, le passage en mise à jour recommandé va déclencher un nombre accru de migrations. Une partie va accepter, ce qui est évidemment le but de Microsoft, tandis que les autres vont remettre à plus tard, voire refuser complètement tout changement sur leur machine. Mais dans tous les cas, l’accentuation de la pression pourrait être dommageable une fois de plus pour le système, les utilisateurs ne goutant souvent que peu ce type de « forcing ».


chargement
Chargement des commentaires...