Bohemia autorise la monétisation des serveurs DayZ tenus par la communauté

Vends ouvre-boîte, 9,99 € seulement 38
En bref
image dediée
Jeux video
Kevin Hottot

Bohemia Interactive, l'éditeur d'Arma 3 et de DayZ, a décidé d'éclaircir ses règles concernant la monétisation des serveurs de jeu tenus par sa communauté. Les dons et une certaine forme de monétisation sont donc permis, mais quelques contraintes sont au menu. 

Comme sur de nombreux titres multijoueurs, une partie des serveurs de jeu d'Arma 3 et de DayZ est gérée par leur communauté. Autrement dit, des joueurs hébergent ces serveurs ou bien les louent auprès d'entreprises spécialisées, ce qui leur permet d'avoir leur espace de jeu privé avec leurs amis.

Seulement, l'hébergement et la maintenance de ces serveurs à un coût, généralement entre 20 et 30 euros par mois pour un modèle avec une cinquantaine de « slots ». Certains tentent donc de l'amortir en vendant des services aux joueurs qui passeraient sur leur petit monde virtuel.

Des règles simples, mais strictes

Conscient du problème, Bohemia Interactive, l'éditeur des deux titres, a décidé de mettre noir sur blanc quelques règles à respecter concernant la monétisation des serveurs. C'est le cas depuis février dernier pour Arma 3, mais les règles ont été étendues à Day Z au début du mois de décembre. Les personnes contrevenant à ces règles « peuvent faire face à des procédures judiciaires », annonce d'entrée de jeu la société sur sa FAQ consacrée au sujet. 

Parmi les formes de monétisation permises par l'éditeur, la plus évidente est l'appel aux dons. Les administrateurs de serveurs peuvent donc faire appel à la générosité de leur petite communauté pour lever des dons, qui par définition n'appellent à aucune contrepartie. Dans le cas contraire Bohemia parle de « vente » et les conditions sont alors plus strictes.

Les récompenses cosmétiques sont autorisées, tant qu'elles n'affectent pas le gameplay. Il est également permis de vendre des emplacements publicitaires en jeu, ou de faire sponsoriser son serveur par une marque. Bohemia précise qu'il ne réclame aucune part des revenus sur ces ventes. Par contre, la vente d'objets ou de bonus qui ont une influence sur le gameplay (armes, nourriture, outils, véhicules...) est formellement interdite

Une liste blanche qui n'oublie pas les moddeurs

Pour avoir le droit de monétiser son serveur sans faire face aux foudres de l'éditeur, il est nécessaire de le déclarer auprès de lui. Pour chacun de ses jeux, l'éditeur a mis en ligne une liste de serveurs sur laquelle la monétisation a été approuvée par ses soins (ici pour Arma 3 et là pour DayZ). Le précieux sésame n'est délivré que si les règles dictées plus haut sont respectées, et que l'administrateur du serveur dispose bien de l'autorisation des créateurs de l'ensemble des mods utilisés pour monétiser leur travail.

En cas de problème sur ce dernier point, les moddeurs peuvent tout simplement contacter Bohemia via un formulaire de signalement accessible sur la liste des serveurs approuvés. L'éditeur passera alors la plainte en revue et fera le nécessaire si besoin auprès des personnes concernées.

Pour l'heure la mise en place de la monétisation sur les serveurs d'Arma 3 et de DayZ n'est qu'un test. Dans le premier cas, il prendra fin le 31 janvier 2016 et le 31 mai 2016 dans le second, sauf si l'éditeur trouve que l'expérience est positive dans son ensemble.


chargement
Chargement des commentaires...