Mozilla réfléchit à la manière de se débarrasser de Thunderbird

Et il était temps 231
En bref
image dediée
Applications
Vincent Hermann

Mozilla réfléchit désormais à porter le coup final à Thunderbird. Le client email, âgé de plus de dix ans, n’est pratiquement plus entretenu par l’éditeur, qui cherche à s’en débarrasser. Cependant, les modalités de ce départ ne sont pas encore fixées, et le logiciel pourrait être donné à un tiers ou confié à la communauté.

Le client email Thunderbird a eu son heure de gloire. Léger, gratuit, open source, ouvert aux extensions comme son cousin Firefox, il était hautement personnalisable. Pour replacer l’arrivée de Thunderbird dans son contexte, il faut rappeler qu’en 2004, l’expérience du courrier électronique était pour beaucoup centrée sur un Outlook Express. Les fonctionnalités proposées allaient donc beaucoup plus loin, sans parler des mises à jour régulières qui enrichissaient le tout.

Pourtant, les utilisateurs de longue date savent que ces mises à jour, si elles ne se sont pas arrêtées, se sont faites beaucoup moins conséquentes. Corrections de bugs, colmatages de brèches de sécurité, mises à jour du moteur de rendu Gecko pour suivre les évolutions de Firefox : très peu de fonctionnalités ont été ajoutées et beaucoup sentaient que Mozilla ne souhaitait finalement que se concentrer sur son navigateur.

La séparation complète abordée officiellement

La confirmation est finalement arrivée dans un mémo que Mitchell Baker, présidente de la fondation Mozilla, a fait circuler dans un Google Group. Elle y aborde très clairement la situation du client email et fait tomber le couperet : « Je pense que Thunderbird devrait beaucoup mieux se porter en le séparant de sa dépendance aux systèmes de développement de Mozilla, et dans certains cas des technologies de Mozilla. L’état actuel n’est pas stable et nous devrions chercher activement un moyen de faire la transition vers un futur où Thunderbird et Firefox sont séparés ».

La situation du logiciel tient en fait à deux critères essentiellement. Tout d’abord, même si Mozilla a retiré peu à peu ses billes du développement de Thunderbird, la gestion de son développement reste attachée aux infrastructures de l’éditeur, à savoir les mêmes que pour Firefox. Parallèlement, le manque d’investissements crée une frustration chez les utilisateurs, notamment chez ceux qui aimeraient s’impliquer davantage.

Reprise par un tiers ou par la communauté ?

Mitchell Baker évoque deux solutions. Thunderbird pourrait être confié aux soins d’un éditeur tiers qui en reprendrait donc le contrôle, le développement et surtout l’avenir. Auquel cas la communauté n’aurait pas nécessairement son mot à dire. Mais le client email pourrait tout aussi bien être confié à cette communauté pour en faire un logiciel open source à titre « complet », c’est-à-dire sans qu’une structure commerciale n’en chapeaute les principales directions.

Il est clair dans tous les cas que Mozilla ne veut plus s’occuper de Thunderbird. Les interventions des ingénieurs pour les corrections de bugs représentent un détournement des ressources humaines au détriment d’un Firefox dont les défis ne cessent d’augmenter. Baker l’indique d’ailleurs clairement : « Les ingénieurs travaillant sur Thunderbird doivent se concentrer et adapter Firefox aux changements imposés par le web ». Au final, la gestion actuelle ne conviendrait donc à personne.

Reste que pour l’instant, la fondation ne fait que réfléchir aux deux pistes évoquées et qu’aucune décision n’a été prise. Il est probable que rien ne soit annoncé avant quelques mois.


chargement
Chargement des commentaires...