Visual Studio Code passe en open source et gagne des extensions

Firefox attitude 48
En bref
image dediée
Développeurs
Vincent Hermann

Microsoft a publié hier soir une nouvelle version de son environnement de développement Visual Studio Code. Cette version (très) allégée de l’IDE y gagne un système attendu d’extensions, mais l’éditeur avait une surprise en réserve : l’ouverture des sources.

Visual Studio Code (VSC), disponible sur Windows, OS X et Linux, est désormais open source. Son code a été publié hier soir sur Github sous licence MIT. Cette dernière, relativement proche de la licence BSD, est particulièrement permissive puisque n’incluant pas de copyleft. Les modifications des sources peuvent donc se faire en incluant du code protégé par n’importe quelle autre licence, y compris propriétaire.

Le passage en open source de VSC est une surprise dans le sens où Microsoft n’avait pas laissé entendre une telle évolution. Cela étant, le mouvement est logique puisqu’il suit une libération du code sur un nombre croissant d’éléments. On se souvient ainsi que la société avait annoncé l’année dernière un passage d’une grande partie de l’environnement .NET en open source, et le processus continue petit à petit sur les technologies utilisées par les développeurs.

Des extensions pour personnaliser et enrichir VSC

Ce changement s’accompagne d’un autre apport majeur : l’arrivée des extensions. Elles fonctionnement exactement de la même manière que pour celles d’un navigateur. Elles vont ajouter des fonctionnalités ou introduire des changements pour rendre l’ensemble de l’environnement de développement plus adapté aux besoins de l’utilisateur. Elles peuvent donc être très complètes et ajouter par exemple la gestion d’un nouveau langage, mettre en place de nouveaux outils, adapter l’interface à des besoins plus particuliers ou même simplement ajouter un thème graphique.

Microsoft propose donc une galerie d’extensions permettant d’aller piocher dans une réserve existante. Comme d’habitude, on part sur un catalogue de départ qui s’enrichira avec le temps. L’installation est particulièrement simple puisqu’il suffira de cliquer sur le lien pour que l’extension aille s’ajouter automatiquement dans Visual Studio Code. Un fonctionnement identique à celui des navigateurs. Pour les supprimer, un panneau spécifique se trouve dans l’IDE (integrated development environment).

visual studio code

Les développeurs invités à créer leurs propres extensions

Plusieurs points intéressants sont à signaler. Les développeurs sont largement invités à créer leurs propres extensions et à la publier dans la galerie si le cœur leur en dit. Microsoft fournit d’ailleurs des « cours » ainsi qu’un exemple basé sur le célèbre « Hello World ». D’autre part, les extensions de VSC ne sont pas les mêmes que celles pour l’édition Community de Visual Studio classique. Les deux IDE n’ont en effet pas la même base technique. Précisons également que les personnalisations de l’interface peuvent intégrer des thèmes TextMate, mais pas directement. Certaines modifications seront nécessaires, même si les fichiers .tmTheme et .tmLanguage sont pris en charge.

La mise en place d'un système d'extensions est évidemment un très bon point pour VSC. Il n'est pas besoin de rappeler que de telles capacités ont fait le succès de produits tels que Firefox, laissant aux utilisateurs le choix de personnaliser ou d'ajouter les fonctionnalités qu'ils voulaient. Microsoft espère sans doute que la libération du code et ces extensions donneront un souffle supplémentaire à son produit et qu'il fédèrera des développeurs attirés par cet éventuel nouveau vent de « liberté ».

Comme d’habitude, la nouvelle version de Visual Studio Code pour Windows, OS X et Linux pourra se télécharger depuis le site officiel de l’IDE. Rappelons tout de même que cette édition spécifique de l’environnement ne prend pas en charge tous les types de projets. Il a surtout été conçu pour le développement des applications web et des projets liés au cloud.


chargement
Chargement des commentaires...