Xamarin 4.0 veut encore simplifier le développement pour Android et iOS

Si l'on y met le prix 17
En bref
image dediée
Développeurs
Vincent Hermann

Xamarin est un environnement de développement qui permet d’utiliser le langage C# de Microsoft pour créer notamment des applications mobiles Android et iOS. La version 4.0 ajoute des nouveautés bienvenues, souhaitant à la fois simplifier le travail des développeurs et accélérer les développeurs.

La société Xamarin a été fondée en 2011 par Net Friedman et Miguel di Icaza. Ce dernier est assez connu puisqu'il est à l’origine du projet Mono, implémentation libre de l’environnement .NET de Microsoft. Quand l’éditeur de Redmond a ouvert les sources d’une bonne partie de .NET, di Icaza était évidemment en première ligne pour applaudir. Et pour cause : plus les technologies sont ouvertes, plus elles ont de chances de séduire les éventuels réfractaires.

L’environnement Xamarin permet de créer des applications Android, Mac, iOS et Windows en utilisant le langage C#. Les développeurs peuvent utiliser Visual Studio et y intégrer Xamarin, ou se servir de l’IDE fourni avec le produit, Xamarin Studio. Dans les deux cas, l’objectif est le même : faire gagner du temps en se servant du même langage pour créer tout le socle de l’application. Ce sont les compilateurs qui s’occupent de faire le travail, un pont devant être établi avec un Mac dans le cas d’iOS (Xcode est obligatoire).

Test Cloud, Insight et prise en charge des dernières plateformes

La nouvelle version 4.0 de Xamarin veut évidemment enrichir l’existant et accélérer certains processus. Puisque l’on parlait du pont avec les Mac, le nouveau Mac Agent permet de configurer plus rapidement la connexion et les outils. La nouvelle mouture, qu’elle soit utilisée dans Xamarin Studio ou Visual Studio, propose également deux nouveaux outils qui devraient se montrer particulièrement utiles : Test Cloud et Insights. Le premier permet d’envoyer une application de test à une armée d’appareils hébergés par Xamarin pour en analyser le comportement, tandis qu’Insight fournit en temps réel des informations statistiques et des diagnostics sur la manière dont l’application se comporte. Notez que ces outils ne sont pas en eux-mêmes nouveautés, Microsoft en proposant de son côté pour Visual Studio.

Qui dit nouvelle mouture dit également prise en charge des dernières plateformes logicielles. Windows 10 est donc de la partie, de même qu’Android 6.0 Marshmallow et iOS 9.0/9.1. Il y a donc prise en charge des nouvelles API et du nouveau format universel sous Windows 10, avec évidemment possibilité de publier son application dans le Store.

Xamarin

Des Forms 2.0 qui se veulent beaucoup plus rapides

Mais l’une des nouveautés les plus importantes que Xamarin avait introduites dans la version précédente était les Forms. Elles permettent de définir l’ensemble de l’interface en C# et XAML, exactement comme les Windows Forms utilisables en environnement .NET. Gestes tactiles, disposition, boutons, listes et autres contrôles peuvent ainsi être tous définis de cette manière. Lors de la préparation du projet et de sa compilation, les éléments font ensuite appel à des contrôles natifs sur chaque plateforme.

La version 2.0 des Xamarin Forms peut jusqu’à doubler les performances, en fonction des cas. Les nouveaux éléments introduits par les différentes plateformes sont pris en charge. Dans le cas de Windows 10 cependant, ce support est pour l’instant en préversion seulement. Xamarin indique que les Forms sont également plus fiables et prennent en charge des gestes laissés de côté jusqu’à présent, comme le pincement et le « tirer pour rafraîchir » (quand on tire l’écran vers le bas pour en mettre à jour le contenu).

Quelques outils supplémentaires en préversions

Xamarin 4.0 en profite pour introduire quelques nouveaux outils en préversion, dont l’utilisation se fera évidemment à la discrétion du développeur. On notera par exemple l’arrivée d’Inspector, dédié aux applications iOS et qui permet d’en analyser et modifier le code en temps réel. Ainsi, on peut cliquer sur un élément de l’interface, mettant en évidence le code associé, en modifier les attributs et observer en direct l’évolution. À noter, là encore pour iOS, un support expérimental de CocoaPods, un gestionnaire de dépendances introduit par Apple pour ses langages Objective-C et Swift.

Côté tarification, Xamarin reste gratuite pour les étudiants et dans les environnements scolaires, de même que pour les développeurs open source. Par contre, les entreprises qui comptent s’en servir auront toujours une addition salée. Les tarifs débutent à 25 dollars par mois mais ce prix ne comprend que très peu d’outils et surtout aucune intégration à Visual Studio. Il faut grimper à 999 dollars par an, sachant que ce tarif est par développeur et par plateforme. La facture s’élève même à 1 899 dollars par an pour ajouter encore d’autres outils et du support supplémentaire.


chargement
Chargement des commentaires...