Deux députées veulent couper les bourses aux jeux vidéo sexistes

Les crédits commandements 627
En bref
image dediée
Crédits : robtek/iStock Editorial/Thinkstock
Loi
Xavier Berne

Trop sexistes, les jeux vidéo ? Si la question se pose souvent, deux députées de la majorité ont peut-être une idée pour limiter ce phénomène en France. Elles proposent que le respect de l'égalité hommes-femmes soit pris en compte dans l’éligibilité au crédit d’impôts jeux vidéo (CIJV).

Depuis juin dernier, les jeux destinés à un public adulte (de type PEGI 18) sont éligibles au CIJV. Cette aide d’État permet aux entreprises ayant dépensé au moins 100 000 euros dans le développement d’un jeu d’obtenir jusqu’à 20 % du montant total des sommes engagées pour la création d’un titre : rémunération des auteurs, dépenses de personnel, charges sociales, fournitures, frais de déplacements, etc.

Les jeux « comportant des séquences à caractère pornographique ou de très grande violence » sont exclus du dispositif, mais un barème a été mis en place pour subventionner des titres qui ne seraient pas trop durs. Sous réserve de ne pas répondre à plus de trois de ces critères, un jeu peut être éligible au CIJV :

  • « La violence présente un caractère disproportionné et gratuit ».
  • « La violence présente un caractère cru et détaillé dans un environnement visuellement réaliste ».
  • « Dans le cas où la séquence ferait état d'une violence répondant aux deux précédents critères, la violence dans cette séquence est quantitativement accentuée ».
  • « La violence ne peut pas être contournée ».
  • « La violence est encouragée ».

Vers de nouveaux critères pour le barème d’éligibilité au CIJV ?

Au travers d’une question écrite parue aujourd’hui au Journal officiel, la députée Édith Gueugneau suit sa collègue Catherine Coutelle et déplore que « la loi ne prévoit pas, à ce jour, de dispositions similaires permettant de signaler la présence de contenu sexiste dans un jeu vidéo. La promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes dans les médias est pourtant un objectif fort des politiques publiques, fait valoir l’élue socialiste, comme l'a démontré la loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes ». On comprend ainsi que les deux parlementaires voudraient que le respect de l’égalité hommes-femmes fasse son entrée parmi les critères d’éligibilité au CIJV.

La députée insiste sur le fait que la Suède a lancé l’année dernière « une réflexion autour de la création d'un label, indiquant si une œuvre participe, ou non, à la reproduction des stéréotypes de genre ». Selon elle, un tel dispositif pourrait permettre « de disposer des outils nécessaires pour identifier le contenu sexiste de certaines œuvres éligibles aux financements publics ».

Priée de « s'assurer que les financements publics alloués au secteur du jeu vidéo soient conditionnés au respect de l'égalité femmes-hommes et à la lutte contre les stéréotypes de genre », la secrétaire d’État au Numérique Axelle Lemaire dispose désormais de deux mois pour répondre à Édith Gueugneau.


chargement
Chargement des commentaires...