Pour Deutsche Telekom, l'avenir d'Internet est à plusieurs vitesses

L'autoroute à péages de l'information 160
En bref
image dediée
Crédits : George Clerk/iStock
FAI
Guénaël Pépin

La neutralité du Net à peine votée au Parlement européen, l'opérateur historique allemand Deutsche Telekom affiche ses ambitions. Pour l'entreprise, la qualité d'accès aux services Internet sera bien fonction de ce que paieront les internautes et fournisseurs aux opérateurs.

Mardi, le Parlement européen a adopté le texte sur l'« Internet ouvert » et la suppression des frais d'itinérance, mettant fin à deux ans de va-et-vient entre les institutions européennes. Si le principe de la neutralité du Net est désormais écrit noir sur blanc, le texte est controversé, notamment car il permet la création de « services spécialisés », qui transitent par la connexion, mais sont séparés du flux Internet principal. Une brèche dans laquelle l'opérateur historique allemand, Deutsche Telekom, compte bien s'engouffrer.

Pour une qualité de service garantie, sortez le RIB

Dans un billet intitulé « Neutralité du Net : trouver le consensus dans un champ de mines » publié mercredi, Timotheus Höttges, le PDG de l'opérateur salue le travail européen et annonce ce qu'il estime être l'avenir « naturel » d'Internet. Il sera rose pour le fournisseur d'accès, prédit-il, mais peut-être moins pour les autres acteurs. « Un email peut arriver avec quelques millisecondes de retard. Une vidéoconférence, elle, ne devrait pas subir de latence en cas de pic de trafic. C'est pourquoi la possibilité de donner priorité à des services sensibles si le réseau est saturé doit exister » explique le PDG de Deutsche Telekom.

Pour le patron du premier fournisseur d'accès allemand, la différenciation payante est une pratique déjà habituelle, par exemple pour obtenir plus de stockage d'emails ou regarder une vidéo en HD plutôt qu'en qualité standard. « À l'avenir, il y aura aussi l'option de réserver un service avec une qualité garantie en échange de quelques euros de plus. La différenciation de qualité n'est absolument pas une révolution sur Internet, mais un développement naturel » prédit-il.

Pour ceux qui y sont opposés, par exemple la Quadrature du Net, les services spécialisés sont un risque pour la concurrence, vu que ce seront surtout les gros acteurs qui pourraient se les offrir. Pour Deutsche Telekom, ce sont pourtant les start-ups qui en auront besoin, car ils n'ont pas les moyens d'un GAFA pour maintenir leur propre infrastructure. D'une manière ou d'une autre, elles devront donc y passer. « Selon nous, ils partageraient quelques pourcents de leurs revenus » avec les FAI pour obtenir ce service, soit « une contribution juste pour l'usage de nos infrastructures ».

Une régulation européenne à construire

Ce n'est pas la première déclaration polémique de la société sur la neutralité. Début 2013, le fournisseur d'accès avait déjà annoncé qu'il réduira le débit des abonnés fixe qui consomment trop de bande passante, à 384 kb/s. Les quotas annoncés restent tout de même « raisonnables », avec 75 Go permis en ADSL et au moins 300 Go en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH).

L'avenir prédit par Deutsche Telekom n'est pourtant pas garanti. Si le nouveau cadre européen laisse des portes ouvertes, elles ne le seront pas forcément dans la pratique. La responsabilité reviendra ainsi aux régulateurs nationaux, comme l'ARCEP en France, d'interpréter ce règlement dans le détail, quitte à devoir créer des jurisprudences.

Le travail du groupement européen de ces régulateurs, le BEREC, sera également crucial en la matière, pour harmoniser l'application de ces nouvelles règles. L'ARCEP, défenseur historique de la neutralité du Net, nous disait d'ailleurs il y a quelques mois vouloir prendre plus de responsabilités au sein du groupement européen. « Les régulateurs doivent élaborer sans tarder des règles claires fixant solidement les principes de la neutralité du Net, et se donner les moyens de les appliquer sans faiblesse, afin de pallier les carences du texte voté aujourd'hui » réclame d'ailleurs La Quadrature du Net.


chargement
Chargement des commentaires...