Cloud souverain : Numergy placé sous procédure de sauvegarde

À part ça, tout va bien 52
En bref
image dediée
Crédits : chert61/iStock
Services
Guénaël Pépin

L'hébergeur de cloud souverain Numergy, monté par SFR, Atos et la Caisse des dépôts, s'est placé sous procédure de sauvegarde à la mi-octobre. L'entreprise songerait à un virage stratégique, alors qu'elle ne pourrait bientôt plus payer ses employés.

Le 13 octobre, Numergy s'est placé sous procédure de sauvegarde. Comme le révèlent Les Échos, l'opérateur de cloud public « souverain » est dans une mauvaise passe. Le problème ne viendrait pas des résultats, mais d'un « désaccord entre actionnaires sur la stratégie d'investissement et sur leurs obligations à libérer du capital », explique son PDG, Patrick Tavernier, à nos confrères.

Deux entreprises pour un seul objectif

Pour rappel, Numergy est né d'un partenariat entre -Numericable-SFR, Bull et l'État pour créer un « cloud souverain », financé à un tiers par la Caisse des dépôts. Elle était en concurrence directe avec Cloudwatt, piloté par Orange et Thales, créé dans les mêmes conditions, pour le même objectif. Leur arrivée il y a trois ans avait suscité une levée de boucliers des acteurs en place, qui n'y voyaient pas de démarche légitime. L'année dernière (voir notre dossier), les deux entreprises se voulaient rassurantes, même si l'activité était encore très loin d'être rentable.

Depuis, la Caisse des dépôts a décidé de se désengager des deux sociétés, n'ayant versé que la moitié des sommes promises (150 millions d'euros en tout). De son côté, Orange a réintégré Cloudwatt dans sa branche business, qui gèrera le cloud public de l'État. Enfin, les doutes planent sur l'actionnariat de Numergy. Selon l'Usine Digitale, Numericable-SFR serait à la recherche d'acheteurs pour sa part dans l'entreprise, qui ne conviendrait pas au nouvel ensemble. 

Une sortie de procédure de sauvegarde prévue d'ici Noël

Actuellement, les actionnaires sont en discussion pour pérenniser l'entreprise, avec une sortie de la procédure de sauvegarde d'ici Noël. « Une chose est sûre, à terme, le capital devrait évoluer » notent Les Échos. L'envie prêtée à Numericable-SFR de quitter l'entreprise viendrait de ses résultats : 2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014, alors qu'il doit en générer 400 millions en 2017. Alors que Numergy se montrait confiante un an plus tôt, elle estime désormais ces prévisions « délirantes ».

Dans les faits, l'entreprise pourrait devenir incapable de payer ses 72 salariés dans les mois à venir, à cause de ses pertes importantes. Pour Philippe Tavernier, il faudrait sortir Numergy de la « niche » du cloud public pour que la société puisse s'en sortir, alors que cela devait être un filon en or il y a encore quelques mois. Contactée, l'entreprise n'a pas répondu à nos sollicitations.


chargement
Chargement des commentaires...