Vivendi augmente sa participation dans Ubisoft et parle de convergence opérationnelle

Prochaine étape : l'OPA hostile ? 71
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

La sitcom entre Vivendi et Ubisoft vient de connaître un retournement de situation plutôt brutal. Le groupe de Vincent Bolloré a décidé de porter sa participation au sein d'Ubisoft et de Gameloft au-dessus de la barre des 10 %, et il n'est plus question d'un simple « placement de liquidités ».

Ce matin, Vivendi a réservé une drôle de surprise aux membres du conseil d'administration d'Ubisoft. Par voie de communiqué, le groupe de Vincent Bolloré a fait savoir aux marchés financiers qu'il a décidé d'augmenter sa prise de participation au sein d'Ubisoft et de Gameloft. Le groupe dispose désormais de 10,39 % des parts d'Ubisoft et de 10,20 % de Gameloft, qu'il a achetées pour respectivement 244 millions d'euros et 34,41 millions d'euros, grâce à ses quelques milliards de liquidités disponibles.

Vision stratégique et convergence opérationnelle

La semaine dernière, lors de son entrée au capital des deux éditeurs français, Vivendi affirmait que cette acquisition avait lieu «dans le cadre du placement de ses liquidités ». Autrement dit que le géant des médias et des contenus ne faisait que placer quelques billes dans ces entreprises dans le but de faire travailler son argent et espérer réaliser une plus-value au passage. 

Aujourd'hui, le discours de Vivendi a changé et se veut un peu plus musclé. Le groupe explique ainsi que « ces investissements s’inscrivent dans une vision stratégique de convergence opérationnelle entre d’une part les contenus et plateformes de Vivendi et de l’autre les productions d’Ubisoft et Gameloft dans le domaine des jeux vidéo ». Il n'est plus question d'un simple placement de liquidités et désormais Vivendi veut faire usage de sa position dans les éditeurs pour les amener à travailler avec lui. 

Le ton employé par le groupe de Vincent Bolloré se veut d'ailleurs plutôt agressif. Vivendi « ne s’interdit pas d’augmenter sa participation dans ces deux sociétés en fonction des conditions de marché et se réserve la faculté, le moment venu, de demander à être représenté à leur conseil d’administration ». Une déclaration qui risque de ne pas plaire à la famille Guillemot, fondatrice des deux éditeurs.

L'Union des Bretons Indépendants

Dans un mail interne envoyé la semaine dernière à ses équipes (et que Games Industry a pu se procurer), Yves Guillemot, le PDG d'Ubisoft, a fait savoir que son ambition « est et a toujours été de rester indépendant, une valeur qui pour 30 ans, nous a permis d'innover, de prendre des risques, de créer des franchises aimées par des joueurs du monde entier et ont aidé à faire grandir l'entreprise jusqu'à en faire un leader aujourd'hui », expliquait le dirigeant avant d'affirmer qu'il comptait se « battre pour préserver [son] indépendance ». 

« Nous ne laisserons pas cette situation, ni aucune action future de Vivendi ou d'autres nous distraire de nos objectifs ». Dans un autre e-mail lui aussi passé entre les mains de nos confrères, Guillemot affirme que le principal risque d'une prise de participation de Vivendi dans Ubisoft est que l'entreprise « serait alors dirigée par des gens qui ne comprennent pas notre expertise ni ce qu'il faut faire pour avoir du succès dans cette industrie ». Rappelons à toutes fins utiles que de 2006 à 2013, Vivendi disposait de plus de 60 % du capital d'Activision, qui était alors l'un des éditeurs les plus rentables de toute l'industrie vidéoludique.

Officiellement, Ubisoft et Gameloft avaient de leur côté réagi en « prenant acte de cette prise de participation non sollicitée », lors du premier raid de Vivendi. Leur réaction à cette nouvelle offensive se fait désormais attendre, tout comme celle des marchés boursiers.


chargement
Chargement des commentaires...