« Dégooglisons Internet, saison 2 » : Framasoft lance un produit par jour cette semaine

Sensibiliser, pas conquérir 197
image dediée
Services
Par
le mardi 06 octobre 2015 à 10:30
Vincent Hermann

Il y a un an, l’association Framasoft lançait un ambitieux programme, baptisé « Dégooglisons Internet ». Elle avait réuni sous une même bannière un ensemble de logiciels et de services libres et respectueux des données personnelles. Pour son premier anniversaire, l’initiative se voit ajouter cinq nouveaux produits.

« Dégooglisons Internet » fête donc sa première année, et l’association française Framasoft semble être contente des résultats. Il y a eu visiblement un vrai engouement, même si le succès peut différer selon les produits. Framadate par exemple, qui permet la mise en place de réunions et de sondages, enregistre la création de plus de 500 nouveaux évènements par jour. Le réseau social Framasphère n’enregistre lui que 20 000 membres, mais puisqu’il est basé sur Diaspora, il est compatible avec ce dernier et ses 250 000 inscrits.

Même si Google était particulièrement visé par cette campagne (ce qui explique son nom évidemment), ce sont bien tous les éditeurs célèbres qui sont dans la ligne de mire, ainsi que leurs produits « privateurs », peu enclins à une politique de transparence et de respect des données personnelles. Framasoft insiste sur l’aspect éthique de ses solutions, toutes basées sur des produits libres et décentralisées. Il n’y a bien sûr aucune publicité.

Un nouveau produit chaque jour de la semaine

Pour fêter dignement ce premier anniversaire, l’association française lance cette semaine un nouveau produit chaque jour. Hier, c’était Framadrive, une alternative à Dropbox, OneDrive et Google Drive qui était officialisée. Ce service de synchronisation des données offre 2 Go de stockage. On est loin évidemment des montagnes d’espace distant proposées par les services des grosses entreprises, mais 2 Go peuvent largement suffire à une majorité d’utilisateurs. La solution est basée sur ownCloud et son client de synchronisation. Attention, Framasoft ne compte pour le moment proposer que 1 500 comptes (543 sont encore disponibles). Selon les dons des prochains mois, 1 500 comptes supplémentaires pourraient être ouverts.

Aujourd’hui, c’est MyPads qui viendra enrichir Framapad, afin de le rendre plus compétitif face à Google Docs. MyPads ajoutera notamment un gestionnaire de documents collaboratifs et de groupes privés. Framapad doit donc permettre aux utilisateurs de travailler à plusieurs sur les mêmes documents. Le reste de la semaine accueillera :

  • Mercredi : Framaboard, un outil d’aide à la réalisation de projets, basé sur Kanboard
  • Jeudi : un nouveau Framadate, entièrement réécrit et prenant en compte les « nombreux retours » des utilisateurs
  • Vendredi : Framadrop, un service chiffré d’hébergement temporaire pour les fichiers

Les dons et le bénévolat restent essentiels pour sensibiliser

L’association explique cependant que la campagne a souffert d’un manque de communication. Une partie du public a ainsi estimé que Framasoft voulait simplement mettre en avant ses propres produits et devenir en quelques sorte le « nouveau Google ». Mais les moyens sont limités et l’association compte bien garder ses statuts. Elle résume : « Notre but est simplement de sensibiliser les gens, de démontrer que le Libre offre des solutions et alternatives viables, et qu’un maximum de gens y goûtent ».

Framasoft ajoute qu’elle reste plus que jamais dépendante des dons, puisque ce sont eux qui financent principalement « les salariés, les serveurs et les frais de déplacements ». Ce sont bien les dons qui définissent les moyens disponibles derrière chaque service, comme dans le cas de Framadrive. Un forum spécifique a également été créé en début d’année pour rassembler dans un même lieu tous les efforts des bénévoles, dont l’association apprécie particulièrement le travail puisque ces participations « enlèvent une pierre du sac à dos ».


chargement
Chargement des commentaires...