Alphabet : la nouvelle maison-mère de Google

ABC, it's easy as 1, 2, 3... 158
En bref
image dediée
Crédits : Carpe89/iStock Editorial/Thinkstock
Société
Kevin Hottot

Google entame aujourd'hui une importante phase de restructuration. Le géant de la recherche en ligne devient une simple filiale d'un groupe tentaculaire baptisé Alphabet, qui regroupera tous les actifs de Google afin de les gérer différemment. 

Google va subir dans les prochains mois la plus profonde transformation de son histoire. Le géant de la recherche en ligne était jusqu'à aujourd'hui une société indépendante dans laquelle on retrouvait une multitude d'activités allant de la livraison par drones à la recherche dans le domaine de la santé, sans oublier les travaux sur les véhicules autonomes. La firme de Mountain View est ainsi devenue au fil des années une sorte de patchwork géant de filiales pas très simple à appréhender.

Un Alphabet pour les gouverner tous

La société a donc décidé de se restructurer afin de clarifier tout cela. Le principal chantier consiste en la création d'une super holding qui détiendra l'ensemble de ce qui compose la galaxie Google aujourd'hui : Alphabet. Celle-ci sera dirigée par Larry Page, qui occupera le poste de PDG tandis que Sergey Brin occupera celui de président. Tous deux laissent la tête de Google à Sundar Pichai, l'homme qui a mené les développements de Chrome et Chrome OS.

De son côté, Google se séparera de certains de ses actifs afin de laisser Alphabet les gérer directement, ce qui permettra au géant de la recherche de se concentrer sur ses métiers de base : la publicité, la recherche en ligne, les systèmes d'exploitation, les applications, les infrastructures techniques et bien évidemment la plateforme de vidéos YouTube.

Alphabet s'occupera donc de développer les activités de Calico (un laboratoire de recherche dans le domaine de la santé), Google Fiber, Nest, et globalement de tout ce qui touche de près ou de loin à Google[x], l'entité regroupant tous les projets les plus fous de l'entreprise, allant de Google Loon à la mise au point d'un réseau neuronal pour la reconnaissance d'images ou vocale.

Alphabet doit apporter plus de souplesse à l'entreprise

De son côté, Larry Page présente Alphabet comme « une collection d'entreprises dont la plus grande est évidemment Google », et assure que son objectif est de mieux répartir les ressources de l'ancien Google afin de faire fonctionner chacune de ses parties avec une plus grande souplesse. Ainsi, si une filiale tire son épingle du jeu, Alphabet pourra lui fournir de plus en plus de soutien pour assurer sa croissance, pendant que les projets les moins aboutis ou irréalisables verront leur allocation se réduire. 

Sans surprise, les premières entités à profiter d'un meilleur financement ne seront autres que Google Capital et Google Ventures, les deux fonds d'investissement de l'entreprise. On imagine donc assez facilement qu'Alphabet se lancera rapidement dans une série de rachats pour faire grossir sa collection d'entreprises.

Alphabet Google Silicon Valley 

Certains pourront y voir une sorte de matérialisation de Hooli, le géant tentaculaire des nouvelles technologies imaginé dans la série Silicon Valley, Alphabet semble s'en amuser et fait même directement référence au show de HBO avec un lien caché dans son communiqué d'annonce. Ainsi, cliquer sur le point souligné dans l'image ci-dessus renvoie directement sur la page de Hooli[xyz], l'équivalent dans la série de Google[x]. D'autres verront un autre clin d'œil au niveau de l'URL du communiqué : abc.xyz.

Rendez-vous fin 2015

Quoi qu'il en soit, Alphabet devrait se matérialiser d'ici la fin de l'année. La société prévoit de dévoiler ses comptes du quatrième trimestre 2015 sous sa nouvelle forme, en prenant soin de séparer les résultats de Google de ceux réalisés par les autres entités du groupe. 

Les actionnaires actuels de Google obtiendront une action d'Alphabet en échange de chacune de leurs actions Google, tandis que le titre continuera de s'échanger sur les marchés avec les sigles GOOG et GOOGL. Les investisseurs ont semble-t-il salué l'initiative du géant de la recherche, puisqu'avant l'ouverture de la séance du jour, l'entreprise profite d'une hausse de son cours de plus de 6 %. Cela valorise l'ensemble à hauteur de 473 milliards de dollars, ce qui n'est qu'à quelques milliards du record enregistré il y a une quinzaine de jours par l'entreprise.


chargement
Chargement des commentaires...