Twitter : quand les hoax font trembler la bourse de New York

Selon le Gorafi, Nokia va racheter Microsoft 90
En bref
image dediée
Crédits : Tom Grill/iStock/Thinkstock
Finances
Kevin Hottot

Pour faire trembler Wall Street, il n'y a pas forcément besoin de provoquer une panne ou de se lancer dans des manœuvres compliquées. Hier, c'est un faux article publié sur un site copiant l'apparence de Bloomberg qui a mis le feu aux poudres en annonçant qu'une OPA à 31 milliards de dollars allait être déposée prochainement pour Twitter. En mai, une OPA fantôme sur un géant des cosmétiques a également donné du fil à retordre aux autorités.

L'histoire semble complètement improbable, pourtant elle s'est bien produite dans la soirée du 14 juillet. Entre 11h38 (heure locale) et 12h00, le cours de l'action Twitter a connu d'importantes variations. Parti en début de séance pour profiter d'une hausse stable d'environ 2 %, il s'est soudainement envolé, jusqu'à connaître une hausse de plus de 8 %, avant de retomber encore plus brusquement à la normale.

Twitter secoue Wall Street à cause d'une fausse dépêche

En l'espace de vingt minutes, plus de 40 millions d'actions Twitter se sont échangées, un volume anormalement haut pour l'entreprise, dont habituellement seuls quelques millions de titres sont achetés ou vendus quotidiennement. À l'origine de ce sursaut, une dépêche publiée sur le site bloomberg.markets expliquant que des sources bien informées ont déclaré qu'une entreprise non identifiée allait déposer une offre de rachat de 31 milliards de dollars sur Twitter.

Les rumeurs étant persistantes dans ce domaine, et le site ressemblant comme deux gouttes d'eau au véritable Bloomberg.com, la nouvelle circule rapidement, et les traders se pressent d'acheter de grandes quantités d'actions Twitter dans l'espoir de générer de grosses plus-values.

Twitter Hoax Bourse

Manque de chance, dix minutes plus tard Bloomberg fait savoir que la dépêche que tout le monde se relaie est totalement fausse. Non seulement ses informations sont erronées, mais elle n'a pas été publié sur un des sites de Bloomberg, mais sur un site tiers ayant copié son apparence. Le site en question a en effet été enregistré à Panama le 10 juillet dernier et n'est aucunement affilié à l'agence de presse. Rapidement, les traders débouclent leurs positions et la valeur boursière du réseau social est revenue à des valeurs proches de la normale.

Les autorités financières américaines sont sur les dents

Bien évidemment, l'U.S. Securities and Exchange Commission (ou SEC) l'autorité américaine des marchés financiers a décidé d'ouvrir une enquête, celle-ci suspectant une tentative de manipulation du marché. Une déclaration plutôt prudente malgré l'ampleur des faits. Il est à noter que la manœuvre reste tout de même assez grossière et il y a d'assez fortes chances que la SEC puisse identifier les lots de transactions les plus suspects, même si des moyens permettant de s'assurer d'un certain anonymat sur les marchés existent, tels que les « dark pools ».

La SEC a d'ailleurs pas mal de pain sur la planche en ce moment côté hoax, puisqu'elle enquête également sur une autre tentative de manipulation à grande échelle. Celle-ci concerne une OPA hostile sur le groupe de cosmétique Avon, menée le 14 mai par un fonds d'investissement fantôme baptisé PTG Capital Partners.

Selon Reuters, le fonds aurait fait savoir qu'il comptait racheter la société pour 18,75 dollars par action, un montant représentant une prime de 181 % sur le dernier cours de clôture alors connu, ce qui a inévitablement fait grimper le cours de l'entreprise. Un suspect a été appréhendé le mois dernier et l'enquête suit son cours.

Ces attaques ponctuelles semblent se multiplier ces derniers temps, et généralement les autorités ne sont pas en mesure de les détecter suffisamment tôt pour les enrayer avant que des dégâts ne soient infligés sur les marchés. En 2013 un faux tweet publié sur le compte de l'agence Associated Press avait causé plus de 200 milliards de dollars de pertes en annonçant que des explosions avaient été entendues à la Maison Blanche. Si pour l'instant, aucune de ses tentatives n'a vraiment abouti, on n'ose imaginer ce que pourrait donner ce genre de manipulations à plus grande échelle.


chargement
Chargement des commentaires...