Flash bloqué temporairement par Firefox et fustigé par Facebook

Flash au ralenti 142
En bref
image dediée
Crédits : stevanovicigor/iStock/Thinkstock
Navigateurs
Vincent Hermann

Flash subit une lente érosion depuis plusieurs années, mais les évènements s’accélèrent depuis qu’une brèche sérieuse dans la technologie d’Adobe a été trouvée dans l’arsenal de Hacking Team. Mozilla a donc pris la décision de bloquer temporairement le lecteur dans Firefox, tandis que le chef de la sécurité de Facebook appelle de ses vœux la mort de Flash.

Sale temps pour Flash, mais certains diront que la météo est clairement défavorable pour cette technologie depuis des années, quand Steve Jobs avait annoncé qu’elle ne serait jamais présente dans iOS. Avec la révélation des activités menées par Hacking Team, une importante faille de sécurité a été exposée publiquement, forçant Adobe à prendre rapidement la mesure de la situation. Trop tard pour éviter le contrecoup chez Mozilla et Facebook.

Firefox bloque Flash jusqu'à l'installation de sa dernière version

Mozilla a annoncé hier que le lecteur Flash était donc banni temporairement de Firefox. Les utilisateurs se voient opposer un message leur expliquant que les vieilles versions de Flash sont bloquées à cause de vulnérabilités mettant en danger l’utilisateur. La mouture affectée en l’occurrence est la 18.0.0.203 et il n’existait aucune solution, jusqu’à ce qu’Adobe publie cette nuit une mise à jour réglant les problèmes. Le message d’explication de Firefox est actuellement modifié pour refléter l’arrivée de cette mouture 18.0.0.209 et encourager les utilisateurs à migrer.

La situation est causée en majorité par la faille critique utilisée par Hacking Team, mais elle n’a fait qu’empirer quand deux autres ont été trouvées dans les jours suivants, grâce à l’analyse des 400 Go de données qui avaient fuité. Et les dernières années ont été émaillées régulièrement par d’importants bulletins de sécurité, parfois publiés en urgence. Ce qui donne aujourd’hui à Flash cette très mauvaise réputation et a initié ce vaste mouvement anti-plugin. Au point d’ailleurs qu’Edge, le nouveau navigateur de Microsoft, n’en accepte aucun, à l’exception de Flash, présent par défaut dans une zone isolée.

« Il est temps pour Adobe d’annoncer la fin de vie de Flash »

Et l’aura de Flash ne va clairement pas s’améliorer avec la récente prise de position d’Alex Stamos, directeur de la sécurité chez Facebook. Dimanche, il indiquait ainsi sur Twitter qu’il était « temps pour Adobe d’annoncer la fin de vie de Flash et de demander aux navigateurs de mettre en place des killbits sur le même jour ». En d’autres termes, une variante moderne et informatique du vendredi 13 des Templiers : Stamos souhaite que Flash arrête de fonctionner dans tous les navigateurs au même instant. Il ne réclame pas pour autant la mort immédiate de la technologie d’Adobe : « Même si c’est dans 18 mois, une date commune est la seule manière de démêler les dépendances et de mettre à jour l’intégralité de l’écosystème d’une seule traite ».

Ce que le responsable demande, c’est ni plus ni moins que la date de départ à la retraite de Flash, pour que l’ensemble de l’industrie puisse s’organiser. Un départ qui serait largement facilité par le fait que la technologie s’est déjà retirée de nombreux domaines depuis que le HTML5 permet d’obtenir, dans les grandes lignes, les mêmes capacités, surtout sur les droits numériques des contenus multimédia. Pour autant, et même si tout semble se dresser contre Flash, la technologie est encore là pour un petit moment, le temps sans doute qu’Adobe termine le virage de ses outils d’authoring vers les technologies du web.


chargement
Chargement des commentaires...