FAI : le terme « fibre » fait à nouveau débat, mais le problème est plus large

La 4G aussi c'est de la fibre ! FTTA (Fiber To The Antenna) 125
En bref
image dediée
Crédits : DelafrayeNicolas/iStock/Thinkstock
FAI
Sébastien Gavois

Cela fait maintenant plusieurs années que l'utilisation du terme « fibre » dans la communication des fournisseurs d'accès à internet fait débat. Et depuis le rachat de SFR par Altice (Numericable), ce problème revient sur le devant de la scène. Le gouvernement pourrait réagir, mais le fera-t-il de manière suffisante ?

Si l'on avait déjà connu de gros soucis dans la communication des opérateurs de téléphonie mobile, notamment autour de la 3G+ et de la 4G, les fournisseurs d'accès à internet dans le fixe ne sont pas en reste. En effet, avec l'arrivée de la fibre optique, qui a bien du mal à se déployer sur notre territoire, certains acteurs ont décidé de jouer sur ce terme en y englobant différentes technologies.

Fibre partout, clarté nulle part

Idéalement, il ne devrait concerner que le terme FTTH (Fiber To The Home) utilisé par Orange ou encore Free et qui consiste à amener la fibre optique jusqu'à votre box. Mais cela fait des années que Numéricable l'utilise aussi pour sa solution maison : le FTTLA (Fiber To The Last Amplifier) où la partie de la ligne du pied du bâtiment à la box est en câble coaxial.

Et si cela permet d'atteindre des débits jusqu'à 800 Mb/s dans certains cas en téléchargement, on est loin du compte en upload, où l'on propose 40 Mb/s au maximum. Surtout, le débit minimal proposé est de 30 Mb/s en téléchargement et 1 Mb/s en upload dans certaines zones, autant dire que lorsqu'un client se voit proposer de la fibre optique, sans précision aucune, il ne s'attend pas à un tel résultat.

Cela vaut à Numéricable les reproches de ses concurrents depuis des années, mais ceux-ci ont pour le moment toujours perdu leurs batailles en justice. Ainsi, le FAI qui a récemment racheté SFR en profite pour exploiter largement cette faille dans sa communication. Patrick Drahi a d'ailleurs un point de vue assez tranché sur ce sujet : « Le fixe c’est la fibre, il n’y a pas la fibre 2G, 3G, 4G, 5G, 6G. Il y a la fibre, point barre ». Le dirigeant explique même qu'en interne il ne parle pas de FFTH ou de FTTB (Fiber To The Building), mais de FTTx tout simplement.

SFR communique, la concurrence se plaint, le gouvernement se prépare

Depuis le rachat et la refonte des offres de SFR, on a donc vu plusieurs changements s'opérer. Ainsi, le réseau FTTH n'est plus proposé lorsque du FTTLA est disponible dans une zone, alors que dans le même temps, les villes couvertes ont droit à de belles affiches qui mettent le terme « fibre » en avant.

Les différences technologiques sont donc parfaitement gommées au profit d'un discours marketing qui oubliera de vous dire au passage qu'il n'est question que de 100 Mb/s au maximum, là où Orange propose jusqu'à 1 Gb/s dans certaines parties de la ville par exemple. Cela donne aussi l'impression que la fibre optique se déploie sur le territoire, alors qu'elle est encore minoritaire, même si les choses bougent doucement.

Fibre Nancy

Ce manque de distinction entre les deux technologies de la part de Numericable-SFR aurait d'ailleurs poussé Orange et Free à monter  à nouveau au créneau contre le groupe de Patrick Drahi. Selon Les Echos, les deux FAI auraient en effet envoyé une « note blanche » à la répression des fraudes sur ce qu'ils considèrent comme étant de la « fausse fibre » et une communication qui « pourrait relever d’une pratique commerciale trompeuse ».

Toujours selon nos confrères des Echos, le gouvernement aurait finalement décidé de modifier un arrêté de décembre 2013 afin de préciser que « tout message publicitaire ou document commercial d’un fournisseur de services [...] doit, s’il associe le terme “ fibre ” aux services du fournisseur alors que le raccordement du client final n’est pas réalisé en fibre optique, comporter une mention précisant le support physique du raccordement final commençant les mots : “raccordement final en ” », ce qui n'est pas sans rappeler ce qu'indique déjà Bouygues Telecom sur sa carte d'éligibilité, comme nous le verrons un peu plus loin.

Cet arrêté serait « en consultation jusqu’à l’automne », il faudra donc probablement encore attendre plusieurs mois pour voir les choses réellement bouger.

Il faut aller plus loin que la question du terme à utiliser

Et quand bien même on arriverait à un tel résultat. Est-ce que les choses seraient plus claires pour autant ? Car comme à l'époque de la 3G+ et du passage à la 4G, on note une tendance à éviter de nombreux détails dans la communication. On peut d'ailleurs le constater en comparant les détails des cartes de couvertures des deux FAI.

Car si dans les deux cas, le terme de fibre optique est évoqué, seule la carte de Numericable précise les débits descendants que l'on peut espérer obtenir. Les débits montants, eux, ne sont bien entendu évoqués que dans les fiches d'information standardisées.

Ainsi, un code couleur indique si vous êtes dans une zone couverte à 30, 100, 200, 400 ou 800 Mb/s. Dans le cas de Nancy, seuls les deux premiers cas sont proposés : 30 Mb/s en jaune, 100 Mb/s en vert. Chez SFR, il faut descendre en bas de la page pour apprendre que « les débits offerts sont variables selon le type de raccordement »... qui n'est justement pas précisé sur la carte. Impossible donc de savoir s'il s'agit de FTTLA ou de FTTH :

Fibre Numericable SFRFibre Numericable SFR

Quid de Bouygues Telecom, Free et Orange ?

Ce mélange des genres n'a pas lieu d'être chez Free ou Orange, qui ne proposent que de la fibre optique jusqu'au domicile (FTTH) à leurs clients. De son côté, Bouygues Telecom dispose de son propre réseau et n'est pas concerné non plus, mais il exploite également par celui de Numericable en marque blanche.

Néanmoins, la carte de couverture fait là encore la distinction entre les deux types de terminaisons, mais aussi en terme de débits descendants proposés. Les débits montants ne sont pas directement détaillés, mais le FAI propose une page assez complète mise en avant au-dessus des notes de bas de page.

De plus, des cases à cocher permettent de choisir ce que l'on veut afficher ou non. Comme on peut le constater sur la ville de Nancy, la couverture en fibre jusqu'au quartier/pied de l'immeuble correspond exactement à celle en fibre optique de Numericable(-SFR). Bref, des manières de présenter les choses bien différentes pour la même chose au final :

Bouygues fibre NancyBouygues fibre Nancy

La carte fournie par la mission France THD, chargée de coordonner le déploiement de la fibre, donne elle une vision assez fine des réseaux, quartier par quartier. Elle permet entre autres de différencier la fibre du câble (FTTLA) et donne une idée des débits à attendre pour une rue donnée. Malheureusement, elle ne différencie pas la disponibilité par FAI, entre autres parce qu'à terme, tous sont censés fournir du service par la fibre.

Ainsi, on se demande si le gouvernement n'aurait pas aussi tout intérêt à obliger les FAI à communiquer systématiquement de manière claire sur les débits montants et descendants qui sont proposés dans telle ou telle zone en fonction des technologies proposées, avec des cartes de couverture claires et offrant des filtres pratiques à utiliser.


chargement
Chargement des commentaires...