Asustor nous présente ses NAS séries 10 et 61, l'ADM 2.5 et son application AiCast

Mais parle aussi de vidéosurveillance 3
Accès libre
image dediée
Stockage COMPUTEX
Sébastien Gavois

Asustor était présent au Computex afin d’exposer ses NAS des séries 61 et 10. Cette dernière vise l’entrée de gamme et casse un peu avec les habitudes du fabricant. L’interface d’administration ADM était également à l'honneur avec la future version 2.5 qui apportera quelques nouvelles fonctionnalités, mais pas de révolution.

Peu avant l’ouverture des portes du Computex, Asustor avait annoncé la liste des produits qui y seraient dévoilés, mais le salon de Taipei était l'occasion d'en apprendre un peu plus. Pour commencer, il était question des NAS de la série 61 équipés d'un processeur Celeron Braswell de chez Intel, qui prend en charge le jeu d'instruction AES-NI dédié au chiffrement des données. Une sorte de réponse au besoin exprimé par QNAP, qui a décidé de passer chez AMD pour quelques modèles en attendant.

Pas de changement du côté du châssis qui est identique à celui des autres produits du fabricant. Des modèles avec deux ou quatre emplacements « hot-swap » sont de la partie, tandis que la connectique comprend deux ports réseau Gigabit, deux USB 2.0, trois USB 3.0, deux ports eSATA, une sortie vidéo HDMI (avec prise en charge la 4K), un récepteur infrarouge pour une télécommande ainsi qu'un connecteur audio numérique (S/PDIF).

NAS série 10 : de l'entrée de gamme en Marvell, sans baies « hot-swap » et sans HDMI

Dans l'entrée de gamme, on retrouve ensuite les NAS de la série 10 (avec deux ou quatre emplacements) qui viennent se placer en dessous de l'actuelle série 2. De nombreuses concessions ont ainsi été faites, en commençant par le SoC qui est un modèle à deux cœurs de chez Marvell (la référence précise ne nous a pas été confirmée), alors que tous les autres NAS Asustor fonctionnent avec un processeur Intel, à partir de l'Atom et jusqu'au Xeon. La connectique est réduite au strict minimum avec deux ports USB 3.0, une prise réseau Gigabit et... c'est tout.

Pas de sortie vidéo HDMI donc, et il faudra également faire l'impasse sur les baies « hot-swap », une première chez Asustor qui articule plusieurs de ses fonctionnalités autour de ce point. Pour accéder aux périphériques de stockage, il y a là aussi du changement puisqu'il faudra jouer du tournevis afin d'enlever le capot, comme sur les NAS d'entrée de gamme de Synology. Côté performance, Asustor se contente d'annoncer qu'il sera possible de dépasser les 100 Mo/s, mais sans donner plus de détails pour le moment.

Bien évidemment, les NAS des séries 61 et 10 seront livrés avec la dernière mouture de l'ADM, l’interface d’administration d’Asustor. Aucun tarif ou date de disponibilité n'ont par contre été annoncés pour l'instant. Pour rappel, l'AS-202T (sans sortie HDMI) se trouve à un peu plus de 200 euros, et l'AS1002T devrait donc être proposé bien moins cher. La concurrence risque néanmoins d'être rude avec le DS214se de Synology qui se trouve à un peu plus de 130 euros, et le prochain DS216se qui pointe le bout de son nez (nous aurons l'occasion d'y revenir prochainement).

Asustor ComputexAsustor Computex

L'ADM 2.5 arrive : de nouvelles fonctionnalités, mais toujours la même interface

Revenons sur l'ADM qui passera prochainement en version 2.5, avec une bêta qui sera mise en ligne d'ici peu. La bonne nouvelle, c'est que le fabricant nous confirme que l'ensemble des NAS de son catalogue pourra profiter de cette mouture. Elle était d’ores et déjà en démonstration, l'occasion d'un rapide tour d’horizon des nouveautés.

Ceux qui attendaient une mise à jour du design et de l'ergonomie, à la manière de ce que la société met en place progressivement avec ses applications mobiles, pour rendre l'ensemble un peu plus plaisant et plus « punchy », en seront pour leurs frais : il n’y a rien de nouveau à signaler de ce côté-là. Un point d'autant plus regrettable que c'est l'un des rares vrais défauts que l'on peut opposer aux solutions d'Asustor qui datent un peu sur ce point.

Néanmoins, de nouvelles fonctionnalités sont de la partie avec, entre autres, la prise en charge des snapshots de LUN iSCSI, la mise en place d'un serveur pour les journaux d'événements Syslog, le support de OneDrive dans DataSync, la possibilité de créer des sous-dossiers dans Photo Gallery et l'ajout d'un service Internal Backup dans le menu Backup & Restore.

Ce dernier permet de créer des tâches de sauvegarde entre des données stockées sur le NAS et un périphérique de stockage directement géré par le NAS. Il peut par exemple être utilisé avec MyArchive (disponible depuis l'ADM 2.1) qui permet d'utiliser un des emplacements de 3,5 pouces comme une station d'accueil pour disques durs/SSD. Dans l'ensemble, il n'y a donc rien de bien révolutionnaire à attendre de l'ADM 2.5.

Asustor ComputexAsustor ComputexAsustor Computex

Lecture audio AAC, DSD et FLAC avec rompr-mpd, AiCast pour contrôler Kodi à distance

Du côté des applications mobiles, Asustor profite du Computex pour mettre en avant son lecteur audio rompr-mpd, même si ce dernier n'est pas nouveau et date déjà du mois d'avril. Pour rappel, il prend en charge de nombreux formats audio dont FLAC, OGG Vorbis, MP3, M4, AAC et DSD. Sur les NAS de la série 7, les fichiers DSD peuvent directement être lus, même si l'utilisation d'un DAC USB compatible est recommandée par le fabricant. Quoi qu'il en soit, Asustor tente ici de se démarquer en s'adressant à un public particulier, comme peut le faire Qobuz, reste à voir si ces derniers seront à l'écoute de ses arguments.

Toujours du côté des applications mobiles, le constructeur lance AiCast (le nom n'est pas définitif)... qui n’a rien à voir avec Chromecast et/ou Google Cast. Elle permet en effet de simplifier la lecture d'une vidéo depuis le NAS, mais exclusivement via Kodi et donc la sortie HDMI intégrée. De plus, le fabricant précise qu'« AiCast permet aux utilisateurs de naviguer intuitivement à travers les fichiers multimédias sur leur NAS sans interrompre la lecture vidéo dans Kodi ».

Asustor ComputexAsustor ComputexAsustor Computex

Ce service se veut des plus simples, avec le lancement d'une vidéo en un seul clic. De plus, AiCast peut récupérer automatiquement les jaquettes de vos contenus afin de vous proposer une présentation bien plus visuelle (voir capture ci-dessus). Depuis l'application, on peut évidemment mettre sur pause, reprendre la lecture, avancer, reculer, changer la piste des sous-titres, la langue ainsi que le volume. Par la suite, elle prendra également en compte des listes de lecture éditables et pourra gérer plusieurs NAS, qu'ils soient sur votre réseau local ou non. 

On regrettera par contre qu’elle ne prenne pas en charge Chromecast et qu'il faille toujours passer par l'application AiVideos qui n’est disponible que sous Android et pas des plus intuitives avec la clé HDMI de Google. En effet, avant de « caster » un contenu, il faut commencer par lancer la vidéo puis changer son mode de diffusion. QNAP, par exemple, fait largement mieux sur ce point.

De la vidéosurveillance avec un maximum de 49 caméras sur une seule page

Pour finir, Asustor proposait des démonstrations de son Surveillance Center qui, comme son nom l'indique, s'occupe de la vidéosurveillance. Un NAS AS7010T était ainsi relié à pas moins de 49 caméras avec une prévisualisation de l'ensemble des flux sur une seule page web (en 720p maximum), alors qu'il n'était question que de 24 jusqu'à présent. Attention, par défaut il n'est généralement pas possible de gérer plus quatre caméras, au-delà il faut acheter des packs supplémentaires. Ils ne sont pas donnés puisqu'ils coutent 45 dollars pour une caméra supplémentaire et 170 dollars pour un lot de quatre. 

Bien évidemment, il est possible de personnaliser la présentation, mais aussi de mettre en place des cartes interactives avec l'emplacement des caméras, de les gérer à distance si elles supportent cette fonction, d'ajouter des règles de détection automatique et d'enregistrement, etc. Il est également question de la prise en compte d'événements extérieurs, comme une pression sur le bouton d'urgence sur la photo ci-dessous, mais pas d'une prise en compte d'une installation domotique pour le moment. Dommage, le Surveillance Center pourrait pourtant bien se marier avec des détecteurs de mouvements et d'ouvertures de portes/fenêtres.

Asustor Computex


chargement
Chargement des commentaires...