Numericable-SFR a perdu un demi-million de clients ce trimestre

Contrôlé O négatif 137
En bref
image dediée
Crédits : RomoloTavani/iStock/thinkstock
Finances
Kevin Hottot

Pour la première fois, le groupe Numericable-SFR a présenté des résultats pour l'ensemble du groupe... Et ils ne sont pas glorieux. Le chiffre d'affaires est en légère baisse, en partie à cause du départ d'une partie de ses abonnés, surtout de la division mobile de SFR, à la peine.

La valse des résultats se poursuit, y compris chez les opérateurs téléphoniques. Après Orange il y a deux semaines, c'est au tour du nouvel ensemble Numericable-SFR de présenter ses chiffres pour le premier trimestre de 2015. Si l'opérateur historique pouvait se vanter d'avoir fait progresser son parc d'abonnés sur le fixe et le mobile, son concurrent détenu par Altice ne peut pas vraiment en dire autant. 

Moins de clients sur le fixe et le mobile

Alors que l'opérateur comptait certainement sur son réseau FTTLA (fibre à terminaison câble) pour engranger de nouveaux abonnés sur le marché fixe, la mayonnaise n'a apparemment pas aussi bien pris que prévu. Au 31 mars 2015, le parc fixe du groupe compte 6,520 millions de clients, contre 6,577 trois mois plus tôt, soit une perte de 57 000 abonnés (-2,1 %). Une chute qui vient s'ajouter à celle de 319 000 clients observée lors du trimestre précédent. Du côté du revenu moyen par abonné (ARPU) sur le fixe, le groupe annonce une hausse de 0,9 % sur un an, à 34,3 euros.

La répartition des lignes entre ADSL et très haut débit (30 Mb/s et plus) est la suivante :

  • Clients ADSL : 4,925 millions (-105 000 abonnés sur trois mois)
  • Clients THD : 1,595 million (+48 000 abonnés sur trois mois)

Côté mobile, le groupe n'est pas non plus à la fête avec une nette baisse du nombre de clients, notamment au niveau du secteur « résidentiel », c'est-à-dire des lignes ouvertes par les particuliers. Cette chute concerne à la fois les clients forfait et les utilisateurs de solutions prépayées. Sur le trimestre, le groupe a perdu 278 000 clients prépayés, soit plus d’un tiers des cartes prépayées annulées sur cette période.

  • Parc mobile total : 22,494 millions (-445 000 sur trois mois)
  • Dont parc mobile résidentiel : 15,816 millions (-422 000 sur trois mois)
  • Dont clients forfait : 12,860 millions (-144 000 sur trois mois)
  • Dont clients prépayés : 2,956 millions (-278 000 sur trois mois)

Il n'y a pas besoin de chercher très loin les raisons de ces désertions. Lors du premier trimestre, Numericable-SFR a enchaîné plusieurs annonces pas vraiment alléchantes pour ses clients. Entre la mise en place de l'option TV obligatoire pour les clients fixe, la hausse du prix du service TV en triple-play, la hausse du prix de certains appels internationaux, la modification des avantages « Gold », l'ambiance n'était pas vraiment à la fête. Si l'on se fie aux annonces plus récentes, comme l'augmentation des tarifs des offres RED de SFR, cela pourrait ne pas aller en s'améliorant, à moins que les nouvelles gammes de forfaits ne parviennent à séduire de nouveaux adeptes.

Pour rappel, voici les derniers chiffres publiés par Orange

  • Nombre de clients mobile total : 27,280 millions (+193 000 sur trois mois)
  • Nombre de clients fixe total : 10,421 millions (+75 000 sur trois mois)

Un chiffre d'affaires en baisse, mais une rentabilité en hausse

Conséquence directe de ces pertes d'abonnés, le chiffre d'affaires du groupe recule. Il s'établit ainsi à 2,74 milliards d'euros au dernier trimestre contre 2,87 milliards d'euros un an plus tôt à la même période, soit une baisse de 4,6 %. Le secteur B2C (celui dédié aux particuliers) est le plus touché avec un recul de 6,1 % sur un an.

SFR Numericable Q1 15

Par contre, Numericable-SFR réalise de jolies performances sur le plan financier, avec une nette amélioration de son EBITDA, c'est à dire de son bénéfice avant soustraction des intérêts financiers (liés à la dette) de ses impôts, de ses amortissements et les dépréciations. Celui-ci s'établit à 930 millions d'euros, en hausse de 21 % sur un an. Visiblement le plan d'économies lancé par Patrick Drahi semble avoir porté ses premiers fruits, malgré l'opposition des syndicats et des sous-traitants.

Le résultat net sur ce trimestre est également assez satisfaisant, avec un bénéfice de 816 millions d'euros. Attention toutefois, deux éléments sont venus le gonfler suite aux récents accords signés avec Vivendi pour un total de 684 millions d'euros. En excluant ces recettes ponctuelles, le bénéfice reste tout de même à hauteur de 132 millions d'euros, contre 35 millions l'an dernier.

La dette pèse très lourd

Suite au rachat de SFR par Numericable, la dette du nouvel ensemble reste un poids très lourd à gérer pour la société. Celle-ci s'élève en effet à 10,7 milliards d'euros et a donc un impact loin d'être négligeable pour le groupe. Rien que sur ce trimestre, cette dette a grevé les résultats à hauteur de 150 millions d'euros. Pour l'instant, l'opérateur est capable de soutenir ce poids sans que cela ne pose de problèmes, il faudra par contre voir ce qu'il en sera si les abonnés continuent de déserter au même rythme qu'actuellement. 

Les investisseurs eux, ne semblent pas s'en inquiéter pour le moment, l'action de Numericable-SFR affichant aujourd'hui une progression de 4,5 % en bourse. Une hausse qui valorise l'opérateur à 25,7 milliards d'euros. À titre de comparaison, le groupe Bouygues s'affiche à 12,4 milliards d'euros, Iliad (Free) à 12,3 milliards d'euros et Orange à 38 milliards d'euros.


chargement
Chargement des commentaires...